Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Le retour de la volatilité procure des opportunités d’achat aux investisseurs actifs


Enfin du mouvement sur les places boursières européennes ! Depuis quelques séances, le regain de volatilité et la relative correction des actions européennes ne manque pas de galvaniser les flux d’échanges. Dans ce contexte, les investisseurs les plus actifs entrevoient des opportunités de trading.




Une partie des investisseurs s’enthousiasme du retour de la volatilité, dont le niveau a sensiblement augmenté depuis une semaine. À Wall Street, l’indice de volatilité (VIX) s’est tendu de +14%, tandis que le niveau de son homologue européen, l’indice VSTOXX, a augmenté de +32%. Les quelques séances baissières consécutives éprouvées par les Bourses européennes militent en faveur de nouvelles positions. En effet, après avoir pris leurs bénéfices, les investisseurs les plus actifs pourraient revenir à l’achat sur des niveaux de valorisation plus attractifs. À 4 100 points, le niveau de l’indice CAC 40 offre par exemple un nouveau point d’entrée.

Le coup de frein des marchés actions européens ressemble à une réaction psychologique consécutive aux signes tangibles d’amélioration de l’économie US, un paradoxe. Les marchés sont toujours bercés par la surprenante équation « good news = bad news », selon laquelle tout signe d’amélioration de la croissance économique américaine, pourtant salutaire, est perçu comme un pas supplémentaire vers une diminution des mesures d’assouplissement quantitatif de la Fed, donc un moindre soutien à la valorisation des actions. C’est la façon dont ont été interprétés les bons chiffres de l’emploi américain. Les 215 000 créations d’emploi en novembre (contre 173 000 attendu initialement) et la perspective d’une amélioration de la croissance économique U.S. au troisième trimestre (à +3.6% en deuxième estimation) pourraient inciter la Réserve Fédérale à resserrer sa politique monétaire plus tôt que prévu, en réduisant par exemple le montant de ses achats d’actifs obligataires. Il faudra lire attentivement l’évolution du chiffre NFP « Non Farm Payroll » à paraître à 14h30 qui intègre la comptabilité des emplois des fonctionnaires dans la création globale d’emplois.

Dans ce contexte, les intervenants du marché vont scruter avec attention la ligne de conduite que va adopter la Réserve Fédérale au cours de sa prochaine réunion, les 17 et 18 décembre prochains. Il y a fort à parier que Ben Bernanke laissera l’initiative du « tapering » c’est-à-dire du ralentissement du programme du QE à son successeur, Janet Yellen. Or, celle-ci au tempérament plutôt « colombe » devrait attendre encore davantage de signes de robustesse de l’économie américaine avant d’initier ce fameux resserrement monétaire. Un changement de cap qui ne devrait donc pas intervenir avant la fin du premier trimestre 2014 !

Par Fabrice Cousté, Directeur Général de CMC Markets France
Le Commentaire de CMC Markets France - 6 décembre 2013

Ce commentaire présente un caractère purement informatif et ne constitue ni un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers.

A propos de CMC Markets : Fondé en 1989 par Peter Cruddas, CMC Markets est l’un des principaux courtiers en CFD dans le monde. A l’origine spécialisé sur le marché des devises (Forex), CMC Markets s’est rapidement positionné sur les CFD (Contract for Difference), avant de lancer en 1996 la première plate-forme globale de trading en temps réel sur le Forex. Présent en France depuis fin 2010, CMC Markets est agréé par la FCA au Royaume-Uni (Financial Conduct Authority) et enregistré auprès de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution en France.

Les CFD (contract for difference) sont des produits financiers à effet de levier comportant un risque de perte supérieure au capital investi. Ces produits présentent un caractère hautement spéculatif. Ils sont destinés à des investisseurs avisés pouvant surveiller leurs positions de façon continue et ayant les moyens financiers de supporter un risque de perte en capital. Les CFD sont liés à des actifs sous-jacents extrêmement variés. Les CFD présentent des risques spécifiques qui peuvent varier grandement d’un produit à l’autre, par exemple s’agissant de la rapidité des variations des cours ou en matière de liquidité.


Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct : www.finyear.com/newsletter

Lisez chaque mois notre magazine digital sur www.finyear.com/magazine

Jeudi 12 Décembre 2013
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs