Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Le renouveau de la croissance japonaise : entre miracle et mirage…


A l'heure où la France entre officiellement en récession, d'autres pays étonnent. C'est notamment le cas du Japon. Au premier trimestre 2013, l'archipel nippon affiche en effet un taux de croissance de 0,9% par rapport au quatrième trimestre 2012 et, surtout, de 3,5% en rythme annuel (quand les spécialistes anticipaient 2,7%). Après une vingtaine d'années d'électroencéphalogramme plat, comment expliquer le redémarrage de l'économie japonaise et quelles en seront les conséquences ?




Anthony Benhamou
Anthony Benhamou
De la décennie perdue aux abenomics

Dérèglementation financière, excès de liquidités et euphorie générale, un cocktail (explosif) souvent synonyme de bulles spéculatives. Et c'est au début des années 1990 que le Japon a trinqué. L'éclatement de la baburu keiki (comprenez, littéralement la bulle économique) sur les actifs financiers et immobiliers a effectivement plongé le pays dans une crise économique durable. Ainsi, depuis près d'un quart de siècle, l'économie japonaise se caractérise par une croissance atone, de la déflation, et une accumulation de déficits publics importants. Ce dernier élément a favorisé une véritable flambée de la dette publique permettant au Japon d'occuper une place sur le podium des pays les plus endettés au monde (240% du PIB en 2012).

C'est dans ce contexte de crise latente que le parti libéral-démocrate a retrouvé le pouvoir en décembre 2012 avec la nomination officielle de Shinzo Abe. Et le nouvel homme fort a décidé de sortir la grande artillerie pour remettre le Japon sur les bons rails. Au menu, un mélange politique budgétaire expansionniste et politique monétaire ultra accommodante, conjugué à un ensemble de réformes structurelles. C'est ainsi que dès le mois de janvier, le gouvernement nippon a annoncé un plan de relance d'environ 20 000 milliards de Yens (175 milliards d'euros). Puis dès le mois de mars, Shinzo Abe a participé à la nomination de Haruhiko Kuroda au poste de gouverneur de la Bank of Japan (BoJ) pour mener à bien les missions de lutte contre la déflation et contre l'appréciation continue du Yen. Pour cela, La BoJ a fixé un objectif de doublement de la monnaie en circulation (à travers notamment le rachat massif d'actifs risqués aux banques et le rachat d'obligations publiques) afin d'atteindre une cible d'inflation de 2%. Un choc psychologique sensé relancer la consommation intérieure de même que la demande extérieure.

Au premier trimestre 2013, les abenomics ont largement porté leurs fruits. Le PIB japonais s'est ainsi inscrit en hausse de 0,9% par rapport au trimestre précédent, et de 3,5% par rapport à l'année dernière. La consommation des ménages a notamment progressé de 0,9% par rapport au quatrième trimestre 2012, signe d'un regain de confiance et de retournement des anticipations quant à l'avenir. Les exportations ont quant à elles bondi de 3,8% par rapport au trimestre précédent, tirées notamment par le marché automobile et les livraisons de produits chimiques… et surtout la dépréciation finement orchestrée du Yen, conférant aux biens japonais une forte compétitivité prix. En témoigne notamment la baisse du Yen de plus de 27% face au Dollar américain et d'environ 30% face à l'Euro depuis le début de l'année. Le 10 mai dernier d'ailleurs, le seuil symbolique des 100 Yens pour 1 Dollar a même été franchi ; un plus bas depuis plus de quatre ans alors que dans le même temps, le Nikkei, indice phare de la bourse japonaise, atteignait son plus haut depuis plus de cinq ans.


Le grand retour de la guerre des monnaies

La dépréciation continue du Yen a néanmoins engendré un certain nombre d'externalités négatives. Le commerce international repose en effet sur un jeu à somme nulle : quand le Japon voit ses exportations augmenter, celles de ses partenaires diminuent. C'est donc d'un véritable déficit de compétitivité prix dont souffrent les pays d'Asie-Pacifique relativement au pays du soleil levant. Et si la Chine a longtemps été montrée du doigt en raison de la manipulation de son taux de change, tous les regards sont à présent braqués sur le caractère offensif des actions de la BoJ. Le G20 qui s'est tenu à Moscou en février a pourtant conclu sa réunion en affirmant que les pays ne souhaitaient pas se livrer à des dévaluations compétitives ; mieux encore, Christine Lagarde, directrice générale du FMI, s'est félicitée de voir le G20 répondre à la situation en empruntant la voie « de la coopération et non celle du conflit ».

Seulement, derrière les beaux discours, il y a la réalité… Et il semble bien que le Japon ait déclenché une véritable guerre des monnaies comme en témoignent les actions récentes des banques centrales des pays de la région Asie-Pacifique. Ainsi, le 7 mai dernier, la banque centrale d'Australie annonçait une baisse de son taux directeur à 2,75%, un plus bas historique. Le lendemain, la Nouvelle-Zélande indiquait qu'elle réfléchissait à des mesures pour faire baisser sa monnaie. Le 9 mai, c'était au tour de la banque centrale sud-coréenne d'abaisser son taux directeur à 2,5% pour soutenir la relance économique et surtout favoriser ses exportations, récemment pénalisées par l'appréciation du Won face au Yen. Enfin, le 10 mai, la banque centrale du Vietnam procédait à une réduction de ses principaux taux directeurs, désormais au plus bas depuis trois ans.

Le renouveau de la politique japonaise et les réactions en chaîne de ses voisins pourraient en outre avoir des conséquences inattendues au-delà du continent asiatique, et plus précisément en Europe. En première ligne, l'économie allemande dont le modèle de croissance repose notamment sur le commerce extérieur. Avec son solde commercial excédentaire de 188 milliards d'euros en 2012, la structure des exportations allemandes a nettement évolué durant les dix dernières années. Si l'Europe demeure le premier partenaire commercial de l'Allemagne, la part des exportations vers le Vieux Continent s'établissait en 2012 à 59% contre 65% en 2003. A l'inverse, les exportations vers les pays d'Asie sont passées de 11,5% en 2003 à 16% en 2012. Les dévaluations compétitives asiatiques de même que la récession durable qui s'installe en Europe pourraient ainsi avoir des conséquences sur la croissance allemande en 2013.

Avec la publication de l'ensemble de ces chiffres, force est de constater que le Japon a envoyé un message clair au monde ; son grand retour parmi les puissances économiques mondiales. Et à l'heure où beaucoup de spécialistes soulignent les réussites de Shinzo Abe, il convient de bien se souvenir que celui-ci dispose d'un bras armé de taille, la BoJ.…Or, on le sait, l'indépendance d'une banque centrale est une condition fondamentale pour garantir la crédibilité à long terme de cette institution et, par la suite, la réussite de la politique monétaire. Après le miracle japonais, place au mirage japonais ?

Achevé de rédiger le 17 mai 2013,

Anthony Benhamou

Anthony Benhamou est un économiste diplômé de l’université de Paris Dauphine. Il a notamment exercé pendant 3 années en tant que consultant auprès de grandes entreprises internationales. Maître de conférences à Sciences-Po Paris et tuteur enseignant à l’université de Paris Dauphine, il rédige par ailleurs avec Marc Touati de nombreuses chroniques économiques et financières pour le cabinet ACDEFI.

Mardi 21 Mai 2013
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News