Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Le regard des DAFs (étude CFO - American Express)


American Express Global Corporate Payments et CFO Research annoncent les résultats de leur nouvelle enquête « Global Business Monitor ». Menée en Mars-Avril 2013 auprès de plus de 500 Directeurs Administratifs et Financiers à travers le monde, l’étude met en évidence un certain optimisme économique pour 2013, l’impact politique sur les perspectives de croissance, l’accent mis sur le contrôle des coûts et surtout le rôle prépondérant des DAFs dans la valeur apportée au client.




Le regard des DAFs (étude CFO - American Express)
Des prédictions de croissance plutôt optimistes
Selon l’étude, une majorité de DAFs s’attend à une croissance de leur pays pour l’année à venir et particulièrement l’Amérique du Sud à 81% ainsi que l’Asie-Pacifique à 80%. Une tendance contraire en Europe (48%) – à l’exception de l’Allemagne (73%) -, la France et la Russie étant les pays les plus réservés concernant une éventuelle croissance (39%).

En ce qui concerne l’acquisition de nouveaux clients, le Japon (57%), l’Amérique du Nord (53%), l’Argentine (50%) sont les premiers pays à se focaliser sur leur propre marché. La Chine se concentre davantage sur les marchés émergents (55%) suivie par l’Espagne qui affiche une forte propension à exporter tant dans les pays développés (43%) que sur les marchés émergents (35%). La France, quant à elle, s’illustre par un équilibre entre son marché domestique (27%), les pays développés (27%) et les pays émergents (32%). Et particulièrement en Chine, marché sur lequel 4 DAFs français sur 10 pensent le plus développer leur activité pour l’année à venir.

Les marchés émergents font l’objet de toutes les attentions de la part des DAFs en matière de vente et de distribution (50%) – notamment en Inde et en Chine, pour les sites de production (63% et 65%), là où la France se concentre essentiellement sur la recherche de matières premières (57%).

Les freins à la croissance : climat politique incertain et volatilité des marchés
L’Espagne, Hong Kong et les Etats-Unis sont les plus nombreux à déclarer que le climat politique aura un impact certain ou très négatif sur la croissance économique de leur pays. En France, ce chiffre atteint 82% si l’on tient compte des DAFs affirmant que le contexte politique impactera un peu, voire beaucoup, la croissance dans l’hexagone.

Par ailleurs, les DAFs d’Inde (56%), du Japon (53%) et de France (52%) ont déclaré avoir perdu en visibilité sur l’horizon économique ces deux dernières années, en raison de la volatilité des marchés.
Et ce sont les DAFs chinois qui sont les plus nombreux à penser que leurs résultats vont diminuer (73%), suivis par les brésiliens (57%).

Enfin, alors qu’à l’échelle mondiale, plus d’1 DAF sur 2 pense augmenter sa masse salariale dans l’année qui vient, l’Europe est à contre courant notamment avec l’Espagne qui s’attend à réduire ses effectifs pour 77% des DAFs, le Royaume Uni (53%) et la France (32%).

Prudence affichée pour les investissements
Si à l’échelle mondiale la plupart des DAFs (56%) prévoient des dépenses et investissements modestes pour l’année à venir quitte à nuancer la profitabilité, la France met l’accent sur le contrôle des coûts pour préserver cette profitabilité (48%) loin devant la moyenne mondiale (31%).

Parmi les domaines d’investissement, la majorité des DAFs interrogés ont déclaré qu’ils investiraient davantage dans le marketing et les ventes (54%) ainsi que l’efficacité des process de production (48%), alors qu’en France, c’est le développement de nouveaux produits et services que l’on privilégie (48%).

Concernant les dépenses hors production, ce sont surtout les dépenses informatiques qui se distinguent avec 39% des DAFs qui pensent qu’elles vont augmenter dans l’année à venir.

Enfin, si la tendance semble être l’augmentation du budget voyages pour plus d’1 DAF sur 2 (la Chine en tête à 84%), la France (35%) et l’Espagne (39%) sont plus sensibles au potentiel d’économies dans cette famille d’achat. A noter que les motifs de déplacement restent principalement la conquête et fidélisation clients pour près d’1 DAF sur 2.

Par ailleurs, si 44% des DAFs dans le monde déclarent qu’ils s’appuieront sur une partie de leur trésorerie (la Chine en tête), un quart (26%) des DAF français pensent y avoir recours.

Le climat politique et économique incertain favorise le maintient du niveau de trésorerie pour l’année à venir (75%) et plus d’1 DAF sur 2 s’attend à ce que les actionnaires réclament par conséquent leurs dividendes.

DAF : un rôle qui devient plus en plus influent dans une économie « de valeur »
Comparé aux 5 dernières années, 62% des DAFs constatent aujourd’hui une plus forte pression sur les prix et 60% prévoient que cette tendance sera amenée à s’intensifier sur l’année à venir.
83% d’entre eux pensent également que leur société évolue dans une économie « de valeur ». Dans l’année qui vient leur avantage économique dépendra de leur capacité à apporter à la fois de la valeur au client et à davantage optimiser l’ensemble de la supply chain.

La majorité des DAFs (84%) déclarent par ailleurs que dans l’année à venir leur rôle aura davantage de poids dans la valeur apportée aux clients et c’est aux Etats-Unis que leur rôle semble avoir pris une réelle ampleur dans les entreprises, notamment avec l’expérience de la crise économique (85%).

A l’échelle mondiale, la plus importante compétence requise pour un DAF pour les deux années à venir sera l’analyse stratégique (50%), suivie de près par la gestion du risque (41%). La France partage la première tendance à 43% mais c’est sa capacité à créer des partenariats internes productifs qui est la plus attendue (48%).

Enfin, l’étude conclut que dans les deux ans à venir, le rôle des DAFS contribuera de façon significative à encourager la croissance (50%) et l’innovation (46%). La France, quant à elle, plébiscite davantage l’innovation (64%) et le focus sur les marchés existants (41%).

« Plus que jamais en période d’incertitude économique, et alors que la France affiche sa prudence quant à une croissance éventuelle, le contrôle des coûts et la visibilité restent des impératifs pour les DAFs. S’ils sont devenus nos interlocuteurs ces dernières années, leur rôle interne est devenu déterminant en termes d’analyse stratégique, désormais véritables contributeurs de la croissance de l’Entreprise et de valeur apportée au client », Marc Clatot, Vice Président American Express Global Corporate Payments France & The Netherlands.

À propos de l’étude CFO Research pour American Express
CFO Research a interrogé 519 Directeurs Administratifs et Financiers de grandes sociétés internationales appartenant à divers secteurs industriels et dont le chiffre d’affaires est de plus de 500 millions de dollars.
L’étude a été menée en en mars - avril 2013.

A propos d’American Express Global Corporate Payments
Fondé en 1850, American Express est un groupe international leader dans les services financiers et dans le voyage. A travers sa division Global Corporate Payments, American Express propose des Cartes d’affaires, des solutions d’achat d’entreprise et des services de gestion des dépenses pour des multinationales, grandes entreprises ou PME-PMI dans le monde entier. Aux Etats-Unis, American Express est le principal émetteur de Cartes d’affaires et délivre ses services à plus de 60% des sociétés classées au palmarès Fortune 500, ainsi qu’à des dizaines de milliers de PME. American Express émet des cartes d’affaires dans plus de 40 pays dans leur devise locale et des cartes d’affaires en Dollar International dans plus de 100 pays.
Pour plus d’informations : americanexpress.fr

Jeudi 4 Juillet 2013
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs