Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Le rebond constaté la semaine dernière augurerait-il une nouvelle phase de hausse ?


La semaine dernière fut très attendue par la communauté financière. Sans tendance majeure depuis début juin les opérateurs voulaient en savoir plus sur l’état de santé de l’économie mondiale et notamment sur celui de l’économie américaine. Les premiers résultats envoyés par des poids lourds de la première économie mondiale ont été très bien accueillis par la communauté financière.




A l’instar de Goldman Sachs ou Johnson & Johnson dont les performances se sont révélées supérieures au consensus des analystes. Les principales places boursières se sont bien reprises dans la foulée. Elles enregistrent une performance moyenne proche des 8% sur la semaine écoulée. La vigueur de ce rebond est supérieure à celui enregistrée début mars. Pour rappel ce rebond nous avait permit de passer en deux mois sur le S&P 500 de 675 Pts à presque 950 Pts soit une progression de 40%. Par mimétisme sur le Cac 40 le même mouvement nous avait emmenés de 2500 à 3400 Pts.

Une conclusion très rapide nous imposerait de dire que les marchés devraient être haussiers sur les prochaines semaines. Les relations inter-marchés plaident en faveur de ce scénario. Elles confirment le mouvement haussier sur les indices. Le dollar US, véritable baromètre de l’appétence pour le risque des investisseurs est passé suite à la consolidation à plat des indices de 1.6581 à 1.6056 pour une Livre Sterling en un mois et demi. En deux semaines la monnaie américaine a perdu près de 4% et nous sommes revenus sur des niveaux proches des plus hauts de 9 mois atteints début juin. Les matières premières qui évoluent en sens inverse du dollar ont-elles aussi profité de l’embellie provoquée par les résultats d’entreprises.

A titre d’exemple, l’once d’or s’est appréciée de presque 50 Dollars en une semaine. Toutefois, en décortiquant davantage les premiers résultats d’entreprises, il convient d’apporter une nuance à la reprise constatée. Nous nous rendons compte que souvent le bénéfice par action est supérieur aux attentes des analystes. Par contre l’activité mesurée par le chiffre d’affaires est souvent conforme ou inférieure aux attentes. A l’image de Général Electric où la profitabilité est ressortie supérieure aux attentes mais l’activité est bien en deçà des espoirs des analystes financiers. Les banques traditionnelles américaines ont mis un bémol aux excellents résultats de Goldman Sachs. Beaucoup plus exposées à l’économie américaine, elles ont été pénalisées par leurs activités de réseaux.

Le premier constat que nous pouvons établir après une semaine de publication de résultats c’est que les entreprises et notamment américaines se sont bien restructurées. Par contre l’activité reste extrêmement faible et pourrait continuer ainsi dans les prochains mois. Les discours des dirigeants d’entreprises sont assez unanimes et pessimistes sur la vigueur de la reprise. La croissance ne pourra revenir que si la consommation américaine repart. Pour cela la recette est simple et toujours la même : accroître le sentiment de richesse du consommateur américain pour l’inciter à consommer. Compte tenu du mouvement de la semaine écoulée, nous pouvons penser que les investisseurs ont une réelle envie de redémarrer la machine. Néanmoins, une fois cette étape franchie, il faudra ensuite s’atteler au chômage qui atteint ses plus haut depuis 20 ans.

D’un point de vue technique, nous pourrions voir pour le S&P le début d’une nouvelle phase haussière en cas de débordement de la résistance située à 945 Pts. Une fois entamée notre prochain objectif serait une résistance psychologique située à 1000 Pts. En cas de repli marqué des cours, le support situé à 875 Pts devrait pouvoir contenir le marché. Par comparaison, nous visons sur le Cac 40 le franchissement des 3400 Pts et 3700 Pts en extension. Une correction sur les marchés devrait nous emmener sur le support à 3000 Pts puis 2840 Pts.

Le rebond constaté la semaine dernière augurerait-il une nouvelle phase de hausse ?

Le rebond constaté la semaine dernière augurerait-il une nouvelle phase de hausse ?

Par Julien Fraigneau - Analyste de Marchés IG Markets

A propos de IG Markets
Filiale d’IG Group Holdings Plc, fondé en 1974 et coté sur le London Stock Exchange, IG Markets est une société financière, teneur de marché sur les produits dérivés, offrant principalement des Contracts For Différence sur actions et indices. IG Markets est également un acteur majeur sur le marché Forex. Parmi ses clients se trouvent des courtiers, des gestionnaires de fonds, des sociétés de bourse ainsi que des investisseurs particuliers. IG Markets Ltd est autorisée et régulée par la Financial Services Authority du Royaume Uni et dispose depuis le 1er novembre 2007, en vertu de la directive Européenne 2004/39/CE, d’un passeport lui permettant de fournir un service d’exécution d’ordres sur CFD en France. Elle a établi une succursale immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le n° 500 540 174.
www.igmarkets.fr

Jeudi 23 Juillet 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs