Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Le pour et le contre des services Web et XML


Des technologies comme les bases de données ouvertes règlent certains problèmes, comme l’accès aux données de différents systèmes.




Michael Burns
Michael Burns
Toutefois, pour ce qui est d’autres difficultés, en particulier l’intégration de votre système à ceux de vos partenaires commerciaux, les services Web et XML (eXtensible Markup Language) se présentent maintenant comme la meilleure solution. La base des services Web, c’est de permettre à tout logiciel, écrit dans n’importe quel langage et tournant sur n’importe quel système d’exploitation, de se connecter à un autre logiciel pour échanger des informations. Et XML est le langage qui rend les services Web possibles.

Pour faciliter la compréhension, comparons XML et les services Web avec HTML (Hypertext Markup Language) et Internet. Le langage HTML établit des règles qui permettent à n’importe quel ordinateur, indépendamment de son système d’exploitation, de lire une page Web. Chaque élément devant s’afficher à l’écran est défini à l’aide de balises indiquant son emplacement, sa police de caractères et sa densité. D’une façon similaire, les services Web utilisent le langage XML pour désigner chacun des éléments d’un fichier de données, comme un bon de commande, au moyen d’étiquettes descriptives.

XML présente des avantages appréciables par rapport aux moyens traditionnels d’échange d’information par voie électronique, comme l'échange électronique de données (EDI) ou l’utilisation du CSV (comma-separated values). Le CSV est le format standard privilégié pour l’exportation et l’importation de fichiers électroniques. Les fichiers CSV ne contiennent que des données brutes et non structurées.

Quant à l’EDI, il a toujours été considéré comme difficile et coûteux à mettre en œuvre. La flexibilité de XML permet de définir des structures de données complexes, comme des données multidimensionnelles (par exemple, un bon de commande comportant de multiples lignes ou une ligne de commande comportant plus d’une date de livraison).

Toutefois, XML n’est pas une panacée. Au moment de leur apparition, les services Web devaient uniformiser les opérations électroniques afin que toutes les organisations puissent transmettre des factures et d’autres documents sans codage ni personnalisation. Or, les types d’opérations varient trop d’un secteur à un autre pour qu’une seule norme soit suffisante. Par exemple, les entreprises du secteur du vêtement font le suivi des articles par style, par couleur et par taille; les entreprises du secteur du sciage utilisent des critères comme le produit, la largeur, l’épaisseur et la longueur.

C’est le problème qui s’est posé lorsque le fournisseur de services informatiques Asynchron Systems a voulu éliminer, pour l’un de ses clients, la nécessité de ressaisir les bons de commandes. Il fallait créer des standards propres à ce client, fondés sur les pratiques courantes de son secteur d’activité. Les clients de cette entreprise devraient, à leur tour, adapter le format de leurs opérations à ces standards. Il est facile, pour les organisations, de créer des fichiers XML s’appuyant sur des standards établis par leurs partenaires d'affaires.

Une autre préoccupation à l’égard de XML est liée à la sécurité, car des fichiers XML pourraient être lus en cas d’interception. Asynchron a configuré le système de son client pour que les données soient transmises de façon sécurisée grâce au protocole de transfert de fichiers sécurisé SFTP. Celui-ci assure la confidentialité, l’authentification et l’intégrité des données lors du transfert de fichiers. Il existe également un certain nombre de standards de sécurité XML, mais leur description déborde du cadre du présent article.

Les services Web et XML ne permettent pas une intégration instantanée des systèmes, mais il reste que l’acquisition de certaines compétences en XML ouvre d’énormes possibilités d’amélioration des processus d’affaires.

Michael Burns, M.B.A., CA, est président de 180 Systems , cabinet-conseil indépendant dont les services comprennent l’analyse des processus, la sélection de systèmes et la vérification informatique.
www.180systems.com

Source :
www.camagazine.com

Mercredi 16 Juillet 2008
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs