Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Le marché baisse par sa propre inertie


Depuis l’entrée des marchés financiers dans un cycle baissier, la volatilité a augmenté significativement.




Elle peut être simplement appréhendée comme l’amplitude de variation des cours sur une période donnée, associée aux volumes de transactions. Sur cette base et sur l’ensemble de la phase de repli, la volatilité a atteint ses sommets à l’automne 2008. Le découpage des phases de volatilité distingue quatre périodes avec un premier envol du niveau de volatilité lors de la crise ses subprimes (été 2007). Les second et troisième actes accompagnent l’entrée de nos économies dans la récession et la faillite de Lehman brothers.

La dynamique négative des marchés financiers est désormais bien mature et le niveau de volatilité tend à présent vers son niveau d’équilibre, quatrième séquence de notre découpage. Cette situation est bien illustrée par la ligne de l’ATR, indicateur de volatilité émanant de l’analyse technique des marchés financiers.

La tendance baissière de ce premier trimestre 2009 est donc atypique sur les indices car elle s’accompagne d’une baisse de la volatilité. Le marché baisse par sa propre inertie et n’attend plus que le retour des volumes du côté de la demande pour se reprendre significativement. Mais toute prospective en termes de timing est encore trop incertaine.

Le marché baisse par sa propre inertie

Vincent Ganne
IG Markets France
www.igmarkets.fr

Lundi 16 Mars 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News