Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Le financement des villes de demain


La division Financial Services de Siemens a publié récemment une étude, The Affordable Metropolis, révélant l’ampleur des besoins d’investissements des zones urbaines d’une dizaine de pays. Les collectivités et les entreprises du secteur privé sont confrontées à des milliards d’euros d’investissements en équipements et infrastructures s’ils veulent aborder l’avenir dans les meilleures conditions d’un point de vue économique et énergétique.




Thierry Fautre
Thierry Fautre
En France comme dans le reste du monde, les villes devront s’appuyer de plus en plus sur des financements privés et publics pour faire face aux 413 milliards d’euros nécessaires au développement de leurs infrastructures d’ici 2020.

Thierry Fautré, Président de Siemens Financial Services en France, se penche sur les conclusions du rapport.

Quelles sont les grandes conclusions de votre étude ? Quels sont les différents défis de financement d’infrastructures des villes ?

Notre étude s’est basée sur les projections de Capex (dépenses d'investissement) (2011-2020) de Global Insight pour parvenir à une estimation du montant d'investissement requis pour l'ensemble des zones urbaines, ainsi que pour les trois plus grandes agglomérations, de chaque pays. Les dix pays étudiés dans le rapport sont le Royaume-Uni, l'Allemagne, la France, l'Espagne, la Pologne, la Turquie, les Etats-Unis, la Chine, l'Inde et la Russie.

Avec des besoins d’investissement estimés à 413 milliards d'euros, la France dépasse le Royaume-Uni (274 milliards d’euros), mais se place derrière l’Allemagne (439 milliards d’euros). La France et l’Allemagne figurent parmi les 4 premiers pays qui nécessitent le plus d’investissements, après les USA (2 684 milliards d’euros) et la Chine (2 521 milliards d’euros).

Face à une conjoncture économique délicate, certaines villes et agglomérations européennes se voient contraintes à repenser et à optimiser leurs systèmes de financement. Pour palier les restrictions budgétaires, les collectivités doivent dorénavant faire preuve d’inventivité en diversifiant leurs sources de financement et se servir par exemple d’une combinaison de solutions de financement d’actifs, de partenariats public-privé (PPP) et de crédits bancaires.

Ces solutions alternatives de financement peuvent-elles faire face aux besoins des villes ?

Le montant des investissements requis pour les infrastructures des villes et agglomérations ne peut être financé uniquement par les fonds publics. Le soutien du secteur privé est primordial pour que celles-ci aient accès aux capitaux nécessaires au financement de leurs projets, quelle que soit leur taille.

En effet, le financement d'actifs (location ou crédit-bail) mérite toute l’attention des décideurs, car il permet aux villes d'acquérir les derniers équipements et technologies sur un modèle de répartition des paiements. Cette pratique de financement est déjà utilisée pour l’intégration de technologies génératrices d’économies d’énergie dans les bâtiments publics, l’acquisition des dernières générations d’équipements médicaux ou la vidéosurveillance.

Le recours à des techniques de financement alternatives est fondamental au développement des infrastructures et des économies des zones urbaines. En se tournant vers les financements privés, les collectivités s’ouvrent à un nouvel éventail de possibilités comme le financement locatif, les PPP ou les financements structurés…

Cette approche est vouée à s’intensifier dans les dix prochaines années, en raison de l’ampleur des investissements nécessaires pour permettre aux collectivités de prospérer de manière durable. Le financement d'actifs, par exemple, permet de surmonter la volatilité à court terme des lignes de crédit classiques au profit d’un coût de financement fiable et transparent sur la durée. En offrant aux collectivités des solutions de crédit-bail ou d’achat locatif, le montant des mensualités est fixe et peut être remboursé en fonction des revenus généré par l’actif financé ce qui permet un calcul extrêmement précis du retour sur investissement.

The Affordable Metropolis :
http://finance.siemens.com/financialservices/fra/presse/Pages/Presse.aspx

Lundi 19 Mars 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear


Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs