Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Le contrat ne fera bientôt plus vraiment la loi des parties : introduction de l'imprévision dans le Code Civil


Bousculant le grand principe de l’autonomie de la volonté, la théorie de l’imprévision pourrait faire son entrée dans le Code civil, à la faveur du projet de réforme du droit des contrats.




Nicolas Sidier
Nicolas Sidier
En l’état du projet d’ordonnance, un contrat pourra être adapté en cours d’exécution par le juge, à la demande des parties :
- si un changement imprévisible des circonstances économiques est intervenu depuis sa conclusion,
- et si ce changement influe sur l’économie initiale du contrat, rendant son exécution excessivement onéreuse pour l’une des parties,

A défaut d’accord des parties sur l’intervention du juge, la partie en situation de faiblesse pourra demander au juge qu’il mette fin au contrat.
De toute évidence, cette intervention du juge implique préalablement une tentative de renégociation du contrat entre les parties.

Ainsi, à la demande des cocontractants, un contrat de prestation de service ou de fourniture de produits pourra être adapté par le juge dans l’hypothèse où de nouvelles données économiques telles qu’une hausse du cours des matières premières, une baisse du cours de la monnaie de référence, une hausse du coût de la main d’œuvre etc., auraient des conséquences qui dépassent les prévisions économiques d’origine.

Alors qu’aucune considération de temps ou d’équité ne permettait au juge de modifier le contrat, l’introduction de cette théorie dans le droit civil français lui permettra de déterminer les nouvelles conditions d’exécution d’un contrat devenu économiquement déséquilibré pour l’un des cocontractants.

Certains y voient la fin de la force obligatoire du contrat, redoutant une insécurité juridique et un arbitraire des juges qui favoriseraient l’instabilité du contrat.

A contrario, ne devrait-on pas considérer l’introduction de la théorie de l’imprévision comme une alternative au principe d’exécution de bonne foi des conventions qui disparaît purement et simplement en tant que tel du projet de réforme ?

Les cocontractants qui souhaiteraient privilégier une force obligatoire rigoureuse pourraient alors volontairement écarter l’application de ce principe par des clauses contractuelles de renonciation…
A n’en pas douter, ces dispositions qui doivent entrer en vigueur prochainement seront la source d’un abondant contentieux dont les juges auront à fixer les limites.

Par Nicolas Sidier et Nicolas Niel, avocats à la Cour au Barreau de Paris, cabinet Péchenard et associés
Département Entreprise – Mai 2015

A propos de Péchenard & associés :
Créé il y a plus de 50 ans par Christian Péchenard, le cabinet d’avocats Péchenard & associés s’est développé autour de 4 départements : communication, entreprise, social et sport.
Certifié ISO 9002 depuis 1994 et ISO 9001 depuis 2003, Péchenard & associés compte 5 associés entourés de 16 collaborateurs.
Pechenard.com

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur

Le magazine bimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Lundi 8 Juin 2015
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News