Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Le communisme est mort, le capitalisme agonise … est ce qu’on voit à l’horizon la fin du « banque-isme » ?


L’Europe, avec toute son expertise bancaire, est en pleine crise et ne sait plus se sauver elle-même.




Le communisme est mort, le capitalisme agonise … est ce qu’on voit à l’horizon la fin du « banque-isme » ?
Depuis 2008 le secteur financier est aux abois. Il plie sous les créances douteuses et doit faire appel aux gouvernements Européens pour assurer sa survit. Les Etats et banques centrales rachètent à coups de milliards ces encours fortement dépréciés dans l’espoir de sauver un pan entier de l’économie.Mais en voulant in fine ponctionner aux particuliers les milliards d’euros de l’ardoise finale, les Etats européens ne risquent-ils pas par ricochet de faire littéralement exploser les encours de créances impayées ?

Où en est la situation en France ?
Les banques l’ont bien compris et commencent d’ailleurs depuis 2, 3 ans, à accélérer leur rythme de cession de créances douteuses à des spécialistes du recouvrement. Le marché de la cession en France est passé de +/- 500 à au moins 900 M€ en valeur d’achat. Et le potentiel de cession à venir est encore plus important eu égard aux montants colossaux de créances impayées que les banques portent encore à l’actif de leur bilan. On parle de plusieurs dizaines de milliards d’euros en plus de celles déjà rachetées par l’Etat.

Une preuve de l’accroissement de l’offre se trouve dans la forte baisse des prix proposés à l’achat.
Ce processus de cession pourrait être encore accéléré par les nouvelles normes internationales de fonds propres ou par une nouvelle crise sur les marchés financiers.

Certaines banques, de surcroît, accélèrent l’externalisation de leur recouvrement grâce à des sociétés spécialisées. Ces experts peuvent conseiller soit en amont soit en aval de la chaîne du recouvrement : de la phase diagnostic – à savoir l’audit de dettes et/ou des processus internes de l’entreprise – à l’externalisation du recouvrement amiable ou judiciaire, en passant par la formation des équipes internes.

Les sociétés anglo-saxonnes ont compris ceci depuis longtemps et appliquent le ‘à chacun son cœur de métier’ depuis des années : certaines phases de leur recouvrement de créances sont externalisées à 100%. Leur Leitmotiv étant : « trouver une solution avec leurs débiteurs le plus rapidement possible et tout faire pour sauver la relation commerciale ». Elles considèrent, à juste titre, qu’il est plus difficile de trouver de nouveaux clients, et très facile d’en perdre. Le processus amiable est donc privilégié par ces experts de la relation financière.

D’autres sociétés adoptent une stratégie un peu opposée et considère les spécialistes du recouvrement comme leur dernier rempart pour se faire payer. C’est alors qu’intervient le recouvrement judiciaire.

Contentia assure qu’il existe toute une panoplie permettant de gérer ces risques de liquidité des entreprises ou la relation commerciale avec le débiteur. Mais aujourd’hui, avec l’adage « cash is king », ce sont les cessions d’encours de créances que retiennent de plus en plus les banques et sociétés financières. Elles permettent d’engranger immédiatement de la trésorerie, allègent leurs encours au bilan, améliorent leurs ratios de liquidité, de fonds propres et, cerise sur le gâteau, la société enregistre un profit immédiat dans ses comptes.

Nous sommes de plus en plus sollicités et la satisfaction de nos partenaires et de leurs clients étant notre raison première d’exister, les plus gros acteurs financiers du marché nous font confiance lors d’opération de cession d’encours de créances.

Mais céder ses créances n’est pas qu’une affaire de gros sous, c’est avant tout une relation partenaire de premier ordre et un engagement responsable d’hommes et de femmes.

Philippe LORTHIOIR , Directeur Administratif et Financier chez CONTENTIA France

Retrouvez toute l'actualité du credit management dans notre magazine en ligne DSOnews
www.dsonews.fr

Mercredi 15 Décembre 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News