Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Le cloud en confiance : oui, c'est possible !


Avis d'expert de Frédéric Fouyet, Directeur de l'Innovation et des produits et RSSI chez Oodrive.




Frédéric Fouyet
Frédéric Fouyet
Volontaires, de plus en plus, pour adopter des solutions dans le cloud, de nombreuses entreprises restent freinées par l'absence de clarté autour de la sécurité de leurs données, en particulier les plus sensibles. Pourtant, la souplesse et la simplicité peuvent parfaitement cohabiter avec la sécurité dans le cloud.

Le cloud, véritable enjeu économique

Certains le qualifiaient de « buzzword ». Il faut dire qu'une déferlante sans précédent s'est abattue sur la presse spécialisée - et même un peu plus - autour du cloud. Mais force est de constater qu'au-delà de l'effet de mode, le cloud s'est bel et bien installé durablement sur le marché de l'IT en général, et dans les systèmes d'information des entreprises en particulier.

Il faut dire que le cloud tient ses promesses. Comparativement à une infrastructure en propre gérée par l'entreprise, le cloud est moins cher, plus souple et beaucoup plus simple : externalisée, l'infrastructure est louée et totalement administrée par le fournisseur de services cloud. Et s'adapte précisément aux besoins de l'entreprise, sans nécessiter d'investissements lourds au départ.

Seulement voilà, le cloud rencontre encore, dans de nombreux cas, un obstacle de taille : le manque de confiance. A tort ou à raison, les entreprises sont encore frileuses à l'idée de stocker et gérer leurs données, notamment les plus sensibles, à l'extérieur du périmètre de leur système d'information. Considérant à ce titre que leur propre système d'information est parfaitement sécurisé, ce qui est loin d'être toujours le cas.

Sensibles ou non : la gestion kafkaïenne des données

Les médias en font leurs choux gras : de nombreuses affaires de vols de données, d'intrusions sur les comptes d'autrui, etc., éclaboussent régulièrement des géants du Web. Apple et les photos de stars volées a été la dernière victime de cet acharnement médiatique. Résultat : les inquiétudes et le manque de confiance persistent. Car outre la protection des données, c'est aussi l'usage qui prime. Et les systèmes de sécurité peuvent être si contraignants qu'ils retardent ou restreignent l'adoption des solutions.

Pour éliminer ce risque, nombreuses sont les entreprises à avoir fait le choix d'un système d'information à deux vitesses. Et ventilé leurs solutions en deux catégories distinctes : celles qui hébergent des données sensibles et qui doivent nécessairement rester sur site d'une part ; et celles dont les données, moins sensibles, peuvent être externalisées vers le cloud d'autre part.

Mais cette gestion dichotomique des données ne va pas sans poser problème. Tout d'abord sur la qualification de la sensibilité des données : en tant que telles, les données d'une entreprise sont toutes plus ou moins sensibles. Et celles qui ne le sont pas pour un département de l'entreprise, peuvent l'être pour un autre.

Ensuite, parce que le système d'information des entreprises est nécessairement poreux, ne serait-ce qu'au travers des échanges avec leur environnement immédiat : clients, partenaires, fournisseurs, etc. Un cloisonnement strict des deux types de données est donc, complexe et nécessite une classification précise des données.

Un référentiel pour gagner la confiance des entreprises

Conscients de ces questionnements quant à la confiance dans le cloud des entreprises, autant que des enjeux économiques que représente le cloud, des acteurs du secteur se sont réunis autour d'une table pour construire les outils de la confiance dans le cloud. Composé d'éditeurs et d'auditeurs spécialisés, et à l'initiative de l'ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d'Information), représentant les pouvoirs publics, le consortium ainsi réuni a récemment publié un référentiel de « qualification de prestataires de services sécurisés d'informatique en nuage ».

L'objectif est clair : proposer un cadre à ces prestataires, et surtout une certification selon les critères de ce référentiel. En particulier autour des questions de sécurité : disponibilité, intégrité et confidentialité des données, mais également traçabilité des données et des actions entreprises.

Une certification qui permet dès lors aux entreprises d'être en pleine confiance auprès d'un prestataire de services cloud certifié : plus aucun besoin de s'interroger sur la sensibilité ou non des données. Si l'entreprise estime qu'une solution cloud est la réponse à son besoin, elle peut l'intégrer à son système d'information en toute confiance. Quels que soient les données, les départements de l'entreprise ou les processus (métiers, commerciaux, administratifs, financiers...) concernés.


Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Lundi 20 Octobre 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News