Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Le capital-risque, un modèle de finance utile et responsable


Le capital-risque, du fait de ses spécificités mais aussi des leçons tirées de l'éclatement de la bulle de l'an 2000, propose un modèle intéressant et vertueux de gestion financière. Un exemple à suivre pour la refondation de la finance mondiale. En voici au moins six bonnes raisons.




Le capital-risque, un modèle de finance utile et responsable
Vertueux
Par définition, le capital-risque investit dans de jeunes entreprises innovantes, unanimement considérées comme le moteur essentiel de la croissance et de la création d'emplois. En complément de l'argent qu'elles apportent, les équipes de capital-risque jouent un rôle actif dans la gouvernance des entreprises financées et fournissent aux entrepreneurs un conseil précieux.

Long terme
De plus il s'engage sur le long terme. Les plus-values réalisées par les fonds de capital-risque sont étroitement liées au développement économique des entreprises financées, à l'exclusion de tout mécanisme de levier et autre effet de montage. La faible liquidité qui en découle n'est pas toujours appréciée par les investisseurs institutionnels ou privés, soucieux de la rotation de leurs actifs, mais induit une réelle stabilité et une faible volatilité bénéfiques pour le développement économique.

Equitable
Autre intérêt, en ces temps de débat agité sur le partage de la valeur entre actionnaires et salariés, il offre une répartition équitable dans le cadre de montages financiers simples grâce à la mise en place systématique d'un plan de stock-options au profit des salariés les plus impliqués. Les droits et les devoirs des actionnaires, ainsi que leur poids respectif dans le partage de la valeur future, sont régis par des statuts et un pacte d'actionnaires qui assurent l'alignement de tous sur les mêmes objectifs. La simplicité des montages garantit un lien direct entre la performance économique de la société, la performance financière des fonds et la rémunération du risque et des efforts des entrepreneurs et de leurs salariés clefs.

Responsable
Les sociétés de capital-risque perçoivent une commission de gestion, calculée sur l'assiette des fonds gérés, qui permet le financement de leur fonctionnement. Les gérants perçoivent également une partie des plus-values générées (le « carried interest »), mais sous la double condition d'investir en numéraire dans leur fonds (et donc de partager les mêmes risques que leurs investisseurs) et de réaliser un rendement minimal prioritaire. Mais l'exigence la plus contraignante est que cet intéressement n'est calculé que sur le flux de trésorerie rendu aux investisseurs et pas sur des valorisations intermédiaires. Il n'est donc versé qu'une fois la plus-value définitivement réalisée par les investisseurs. Nous sommes bien loin des pratiques mises en oeuvre dans d'autres classes d'actifs, où des bonus annuels sont distribués sur la base de valeurs liquidatives qui ne reflètent pas nécessairement la performance finale de l'investissement. Ainsi, l'adage boursier qui veut que « tant que l'on n'a pas vendu, on n'a pas perdu » est transformé en principe vertueux pour les gérants : « tant que l'on n'a pas vendu, on n'a pas gagné » !

Prudent
Les méthodes comptables de valorisation ont évolué afin de refléter plus fidèlement la valeur réelle des actifs. Cette évolution n'a eu que peu d'impact sur les portefeuilles de capital-risque, souvent constitués de sociétés relativement petites, encore peu profitables et pour lesquelles les comparables de marché sont difficiles à appliquer. Ainsi, en l'absence d'événements importants survenus dans la vie de la société, le maintien de la valeur historique est souvent resté la règle. Le capital-risque y perd certainement en termes de communication, puisqu'il s'interdit ainsi d'afficher des performances momentanément gonflées, mais ses investisseurs y gagnent en visibilité et l'ensemble de l'économie en sérénité.

Transparent
Les sociétés de gestion en capital-risque doivent être agréées par l'Autorité des marchés financiers et exercent leur activité sous son contrôle permanent. La forme juridique standard des fonds de capital-risque, le FCPR (fonds commun de placement à risque), est un type de véhicule unanimement reconnu, y compris par les investisseurs étrangers. De droit français, il offre une forte transparence à ses souscripteurs et aux autorités de régulation et évite la tentation de l'évasion des fonds vers des paradis fiscaux ou des juridictions faiblement régulées.

Ces grands principes de proximité avec l'économie réelle, de régulation, de gestion et de rémunération ont été instaurés progressivement par le capital-risque et constituent autant de solutions éprouvées dont la refondation de la finance devrait s'inspirer, sans omettre un dernier élément, essentiel au rétablissement de la confiance et sur lequel le capital-risque est également un modèle : la transparence de la communication ! Quelle autre classe d'actifs ose porter le mot « risque » dans son nom ?

Philippe Gire, Elaia Partners
www.elaia.com

Paru dans Les Echos le 13 mars 2009

Lundi 16 Mars 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs