Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Le boom de la distribution en Inde - Des perspectives qui donnent le vertige


Les perspectives de développement de l’Inde en matière de grande distribution donnent le vertige. Alors que le marché représentait 200 milliards de dollars en 2000, on s’attend aujourd’hui à ce que les ventes dans le secteur de la distribution dépassent 450 milliards de dollars en 2010 (elles avoisinent aujourd’hui 350 milliards de dollars).




Des perspectives de développement plus qu’importantes, dont les raisons sont finalement assez traditionnelles. L’Inde combine en effet des atouts démographiques et économiques attrayants pour les professionnels de la distribution, ainsi qu’un marché de la distribution extrêmement fragmenté en attente d’organisation.

L’Inde compte aujourd’hui 1,1 milliard d’habitants dont la moitié a moins de 25 ans. Ces consommateurs de demain seront plus sensibles que leurs aînés aux modes de consommation contemporains.

De fait, on assiste à l’émergence d’une véritable classe moyenne. Cette nouvelle classe représente aujourd’hui 20% de la population indienne. En 2010, ce chiffre atteindra 30% de la population. De plus, cette population s’urbanise dans des proportions considérables. De 28% de la population en 2001, les citadins en représenteront 40% en 2011.

Autre élément structurant : le développement des crédits à la consommation, encore peu présents, mais qui devraient se développer de manière exponentielle dans les cinq prochaines années. Jusque là, les Indiens entretenaient une certaine aversion pour l’endettement, et n’empruntaient qu’à leurs amis ou leur famille, parfois à leur employeur. Le recours aux acteurs bancaires ou spécialisés ne s’est développé que depuis une dizaine d’années. De manière plus globale, le marché du crédit aux particuliers est aujourd’hui estimé à 43 milliards de dollars et devrait connaître un croissance de 20% au cours des prochaines années.

A l’heure actuelle, le secteur indien de la distribution est complètement fragmenté et fonctionne sur des modes de commerce encore largement traditionnels et individualisés. Le marché dit « organisé » (grande distribution et acteurs importants) ne représente que 3,5% du secteur de la distribution. A titre de comparaison, le marché « organisé » aux Etats-Unis en représente 85%. En Chine, ce chiffre s’établit à 20%. C’est d’ailleurs l’objectif à atteindre pour les acteurs de la grande distribution. La Chine et le Brésil, qui ont connu eux aussi des taux avoisinant les 5%, ont mis entre 10 et 15 ans pour que le secteur « organisé » n’émerge.

12 millions d’acteurs sont aujourd’hui actifs sur le marché indien de la distribution. Et 80% d’entre eux sont de petites affaires familiales qui entretiennent les millions de Kirana stores, petites échoppes incontournables dans toute l’Inde. Le pays a d’ailleurs l’un des taux de densité les plus importants au monde en matière de vente de détail (12 millions d’acteurs). Inquiets de l’arrivée prochaine des géants de la grande distribution, ces petits acteurs craignent pour leur activité. Depuis le début de l’année, de nombreuses manifestations ont été organisées pour appeler les autorités à protéger le petit commerce.

L’installation massive d’étrangers dans ce secteur dépend d’ailleurs d’un certain nombre de considérations politiques. Une marque ne peut actuellement s’installer seule en Inde, sans avoir noué de partenariat avec un acteur indien. Wal Mart vient par exemple d’annoncer la création d’une joint venture avec l’indien Bharti Entreprises. Carrefour et Tesco continuent activement de rechercher un partenaire. Metro a lui bénéficié d’une dérogation (dans la mesure où il approvisionne les professionnels) et est installé depuis 5 ans. Tous espèrent en tout cas que le gouvernement les autorisera à s’installer seuls. Et les déclarations politiques semblent aller dans le sens d’une plus grande libéralisation du secteur et la fin progressive de cette règle.

Dans ce contexte bouillonnant, les leaders indiens de la distribution adoptent des stratégies de développement agressives. Reliance, le géant pétrochimique, a investi ce secteur et a monté de nombreux supermarchés partout dans l’Inde. Pantaloons, l’un des leader de la distribution, poursuit son implantation dans les immenses centres commerciaux des grandes villes. Les premiers pas de Wal Mart et Carrefour sont eux attendus pour 2008.

Samuel Ziza, correspondant d'Asterès à Bombay

Nicolas Bouzou - Gérant de ASTERES (Analyses et Prévisions Economiques)
Nicolas Bouzou est à votre service pour animer ou diriger vos conférences :


Lundi 7 Janvier 2008
Notez






Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs