Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Le SEPA : Où en est-on ?


Par Joël Quéré, Directeur Business Development d’ATHIC




A l’heure où l’Europe traverse une crise identitaire sur la gouvernance économique, le plan SEPA est actuellement dans une étape intermédiaire. En France, après le démarrage du virement (SCT ou SEPA Credit Transfer) et du prélèvement (SDD ou SEPA Direct Debit), les dates butoirs d’arrêt des moyens de paiement nationaux sont encore incertaines (achèvement de la migration pour le virement en juin 2013 et juin 2014 pour le prélèvement). Cette évolution qui parait inéluctable, du fait de l’intégration à l’échelle européenne des banques centrales ne deviendra cependant réellement concrète qu’avec la décision d’arrêter les systèmes de paiement nationaux redondants.

Marche forcée ou véritable projet motivant ?
Le Comité National SEPA s’est réuni le 10 juin 2011 en vue d’examiner l’état d’avancement de la migration vers le SEPA en France au regard des dates butoirs européennes de fin de transfert (« end-dates ») actuellement en cours d’adoption par le Conseil et le Parlement Européen.

Si les administrations visent une fin de montée en charge des virements vers le SCT fin 2012, la migration des entreprises n’est pas encore véritablement engagée. Quant à la migration du prélèvement vers le SDD, l’horizon de migration est maintenant envisagé courant 2014 par le comité. Une communication active va être engagée pour la rentrée prochaine afin d’apporter un signal fort aux entreprises et les inciter à s’engager dans la migration vers les virements et prélèvements SEPA.

Dans ce climat d’attente, certains acteurs parient sur l’investissement dans la modernisation des solutions de gestion des encaissements et construisent les offres à valeurs ajoutées de demain. L’adoption des nouveaux moyens de paiement est une véritable opportunité de gain de part de marché.

Pourquoi changer les systèmes en place ?
L’arrêt du X25 et la migration vers des technologies récentes (transferts sécurisés sur IP et format XML) impliquent des changements de protocole d’échanges de données (ETEBAC vers EBICS ou SwiftNet) avec les banques (virements nationaux, envois TLMC). Au-delà des motivations techniques, il s’agit bien d’une uniformisation des moyens de paiement qui est visée ici.

Certains moyens de paiement, comme le TIP sont actuellement en attente d’une décision quant au niveau de standardisation envisagé. Le projet SEPA prévoit notamment une disparition des « produits de niche » nationaux au plus tard en 2016. Le moyen de remplacer le TIP n’est cependant pas encore identifié. Une réflexion est en cours sur les moyens de paiement alternatifs tel que le virement de proximité, avec un point d’étape prévu à l’automne 2011 et un bilan à fin 2012.

Quels intérêts pour les créanciers ?
Nombreuses sont les entreprises qui continuent à utiliser les moyens de paiement nationaux (virements et prélèvements) sans engager de vraie réflexion sur le sujet. Pour le moment, le SEPA apporte surtout des contraintes aux créanciers sans apporter véritablement d’atouts de compétitivité. Sur l’aspect technique, les nouveaux moyens de paiement SEPA sont la meilleure occasion de moderniser les solutions d’encaissement en adoptant les concepts et les technologies issues du monde de l’Internet et notamment la flexibilité, la sécurisation, la mutation vers le tout dématérialisé.

Les vrais attraits n’apparaissent cependant qu’en considérant l’intérêt d’une échelle européenne des services. La normalisation des systèmes d’encaissement devrait faciliter l’extension des services au marché transfrontalier aux entreprises nationales.

A propos d’ATHIC
Créé en 1994, ATHIC est un éditeur de logiciels et un intégrateur de solutions de dématérialisation. Son offre permet notamment d’automatiser le traitement des chèques des établissements bancaires, le traitement des encaissements collectés par les entreprises (coupons-chèques, encaissements divers, titres prépayés…) et la dématérialisation des documents de gestion entrants (courriers, dossiers, formulaires…). Partenaire historique des banques françaises en matière de solutions de traitement de moyens de paiement, l’offre d’ATHIC s’adresse à l’ensemble des entreprises désireuses d’optimiser le traitement de leurs flux. ATHIC est également présent à l’international au travers de partenariats techniques et commerciaux avec des acteurs locaux ou des partenaires internationaux dont la présence dans le pays est déjà établie (Afrique, Amérique du Sud, Amérique Centrale, …). Implantée à Rouen et à Paris, filiale du groupe Orone, ATHIC compte 60 personnes au service de plus de 50 clients et prestataires de services. A l’occasion des Trophées Publi-news 2011 des solutions bancaires innovantes, ATHIC a remporté un Trophée dans la catégorie « Traitement des chèques ».

Jeudi 8 Mars 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News