Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Le CIRI fete ses 30 ans d’existence


Le CIRI - Comité Interministériel de Restruction Industrielle fete ses 30 ans d’existence aujourd’hui. Ce bras armé de l’Etat aide les entreprises de plus de 400 salariés à diagnostiquer leurs difficultés, à construire des solutions et à rétablir la confiance entre les banques, les créanciers, les actionnaires et les entrerpises.




Maître Gilles de Poix
Maître Gilles de Poix
Maître Gilles de Poix, spécialiste en restructurations d’entreprises dans le cabinet d’avocats international Nixon Peabody, répond à nos questions.

Quel est exactement le rôle et le spectre d’intervention du CIRI ?

Le rôle du Comité Interministériel de Restructuration Industrielle (CIRI) est d’aider les entreprises en difficulté de plus de 400 salariés.
À cet effet, le CIRI, qui est saisi par les chefs d’entreprise qui en font la demande, met autour de la table les différentes parties concernées par le retournement en cause : dirigeants, banquiers, investisseurs potentiels, principaux créanciers … afin de valider, aider et organiser le schéma d’une sortie de crise.
Celle-ci peut passer par un refinancement, des cessions d’actifs, un renforcement des fonds propres ou toutes autres mesures qui se font jour au cours des réunions organisées au CIRI.

Pourquoi est-ce important à l’heure actuelle pour les entreprises d’avoir ce comité de soutien ?

Il permet de rassurer les différents intervenants sur le caractère équilibré, confidentiel, égalitaire et transparent de la restructuration.
Il permet aussi de convaincre certains acteurs qui, sinon, pourraient être récalcitrants.
Par ailleurs, le CIRI peut faire la liaison avec un certain nombre d’acteurs publics (créanciers publics, Procureur, mandataires judiciaires) et il coordonnera et reliera leur action.

Quelles sont les faiblesses et les points d’évolution de ce comité ?

Il est possible que le CIRI se rapproche de la taille qu’il a pu avoir dans le passé (jusqu’à 30 rapporteurs pour seulement 5 aujourd’hui) du fait de l’augmentation prévisible des dossiers de retournement.
Mais ce serait un mauvais signe !

Vendredi 19 Octobre 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News