Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Le Bund va continuer à pâtir d’une érosion de son rôle de valeur refuge (Stelphia AM)


Au fil des mois, le regard des investisseurs sur le Bund a évolué. Cette évolution s’est confirmée au cours du mois écoulé, pendant lequel on a pu observer deux phénomènes.D’un côté, le rendement du Bund a regagné 19 points de base durant le mois de janvier, portant à plus de 100 points de base sa progression depuis le mois d’août. De l’autre on a observé des mouvements de spreads très désordonnés et dans un contexte de corrélation assez faible des différents pays périphériques entre eux.




Le Bund va continuer à pâtir d’une érosion de son rôle de valeur refuge (Stelphia AM)
Le contexte international favorise depuis plusieurs mois la hausse des rendements du Bund. Une croissance meilleure que prévu, une remontée des taux d’inflation, une politique de création monétaire toujours très généreuse ont fait monter les taux aux Etats-Unis. Une contagion était dans l’ordre des choses. A cela s’ajoute la logique remise en cause du rôle de valeur refuge de la dette allemande. Celui-ci reposait sur l’idée d’un possible éclatement de la zone euro, lequel a été écarté par les autorités allemandes.

Dès lors, dans tous les cas de figure, le Bund est cher. En cas de crise importante, le coût pour l’Allemagne le sera également. Et si une solution crédible est apportée au problème de la dette souveraine au sein de la zone euro, les spreads doivent se resserrer fortement, une partie du mouvement étant faite sur la hausse du taux du Bund. Autrement dit, le Bund est trop cher, quel que soit le scénario retenu. Cette cherté relative persistante se vérifie d’ailleurs avec l’émission à cinq ans du FESF, dont le rendement dépasse de 45 points de base celui de la dette allemande de même échéance, en dépit d’une qualité de crédit très voisine.

La hausse du rendement du Bund pourrait donc encore un peu se poursuivre au cours du semestre, même sans hausse des taux de la BCE. Le fait que le Bund profite peu des crises politiques au Moyen-Orient semble aller dans ce sens. En février, le rendement du Bund devrait osciller entre 3% et 3,4%.

Ce commentaire est signé Etienne Pourny, Président Directeur Général de Stelphia Asset Management

A propos de Stelphia Asset Management :
Stelphia Asset Management est une société de gestion indépendante française spécialisée sur les marchés de taux européens et sur les marchés d’Europe convergente et émergente. Son équipe fonde notamment sa méthodologie autour d’une vision analytique de la construction européenne et de la globalisation de l’économie mondiale. Société indépendante détenue majoritairement par ses fondateurs, Stelphia Asset Management compte Ofi Asset Management et La Banque Postale Asset Management à son capital. Les encours gérés s’élèvent à 230 millions d’euros (à fin décembre 2010).

Retrouvez toute l'actualité du cash management dans notre magazine en ligne Global Treasury News
www.globaltreasurynews.com

Mercredi 16 Février 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News