Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La volatilité des marchés s’explique par le manque de liquidité, non par les fondamentaux économiques !


Commentaire de marché / Obligations. Paris, le 30 septembre 2015.




La volatilité des marchés s’explique par le manque de liquidité, non par les fondamentaux économiques !
A l'occasion de son ‘Rendez-vous obligataire’, évènement qui a réuni un trentaine d'investisseurs institutionnels français, l'équipe de l'Union Bancaire Privée a livré son analyse de l'environnement de marché et présenté ses choix d'investissement. Pour l’UBP, le crédit ‘Investment grade’ libellé en dollar US, les obligations CoCo (‘Contingent Convertibles’) émises par les banques les plus robustes et les indices CDS ‘high yield’ représentent les classes d'actifs obligataires les plus attrayantes.

Depuis les turbulences boursières du mois d’août, provoquées par la dévaluation du yuan et la recrudescence de craintes sur l’économie chinoise, les marchés financiers subissent une forte volatilité. Pour Christel Rendu de Lint, Responsable de la gestion obligataire chez UBP, « les intervenants de marché se sont livrés à une lecture excessive des facteurs de risque, en particulier chinois. Cela s’est traduit par des mouvements brutaux, amplifiés par le manque de liquidité actuel des marchés ».

Lors de la correction du mois d’août, plusieurs indicateurs de marché ont eu un comportement similaire à celui affiché au cœur de la crise de 2008. C’est le cas de la volatilité de l’indice de volatilité des actions américaines (VVIX), qui a atteint un record historique après l’annonce de la Banque populaire de Chine de procéder à une libéralisation des fluctuations du taux de change. De son côté, la volatilité intraday de l’Euro Stoxx a, entre le 21 et 24 août dernier, atteint les mêmes sommets qu’entre le 3 et le 6 octobre 2008, quand s’effondrait Lehman Brothers.

Des certitudes sur les fondamentaux macroéconomiques et l’orientation des politiques monétaires

« Pourtant, au vu des fondamentaux, les réactions extrêmes récentes des marchés ne font pas vraiment sens. Les investisseurs doivent appréhender les données macroéconomiques avec rationalité ». En effet, celles-ci livrent tout de même quelques certitudes sur l'orientation réelle de la croissance à l'échelle mondiale : les indicateurs PMI, entre autres, démontrent la solidité des économies développées qui se portent mieux que leurs homologues émergentes, en phase de ralentissement. « Cette divergence témoigne d'une redistribution des dynamiques de croissance ». En Chine, la croissance ne s’effondre pas mais ralentit progressivement depuis plusieurs années. « La situation de l’économie chinoise n’est pas nouvelle, rien d’inédit dans les données macroéconomiques ne justifie aujourd’hui davantage de craintes quant aux conséquences du ralentissement chinois. Les statistiques à haute fréquence pointent même plutôt vers un rebond de l’activité économique chinoise à partir du début d’année 2016 » précise Christel Rendu de Lint.

Aux États-Unis, la reprise économique reste robuste avec une croissance proche de 2,5% cette année et l’amélioration significative du marché de l’emploi. Toutefois, l’inflation salariale est encore faible, ce qui a justifié le choix de la Réserve fédérale de ne pas relever ses taux directeurs dès le mois de septembre. « La Fed n’a pas souhaité prendre le risque de déstabiliser les marchés. L’absence d’inflation lui donne du temps, qui plus est, la banque centrale peut déjà compter sur l’appréciation du dollar qui contribue au resserrement naturel des conditions financières. Le mouvement du billet vert réalise ainsi une partie du travail de normalisation de la Fed » analyse-t-elle.

Concernant la politique de la BCE, les anticipations d’inflation garantissent la flexibilité du programme de rachats d’actifs de la banque centrale. Avec une inflation à 5 ans dans 5 ans proche de 1,6%, Mario Draghi est disposé à accélérer les mesures d’assouplissement quantitatif si nécessaire. « L’impact de la politique de la BCE se mesure surtout dans le sentiment des investisseurs, Mario Draghi ne souhaitera pas donner pas l’impression qu’il baisse les bras face aux faibles perspectives d’inflation ».

« Tous ces enseignements offrent quelques repères aux investisseurs pour pouvoir appréhender les marchés avec un peu plus de sérénité » estime Christel Rendu de Lint.

Stratégie obligataire : un positionnement protecteur privilégiant la liquidité

L’équipe obligataire de l’UBP continue de privilégier, en cœur de portefeuille, une exposition aux obligations d’entreprises de notation investment grade et libellées en dollar US. « Le rendement du crédit investment grade américain est actuellement identique à son niveau moyen des cinq dernières années, c’est-à-dire proche de 2,8% ». La composante spreads constituant ce rendement offre encore un coussin confortable, de l’ordre de 150 points de base. « En termes de maturités, nous surpondérons les titres 3 à 5 ans au sein de cet univers, attrayants pour leur portage et en particulier le ‘roll down’ qu’ils permettent ».

En revanche, l’équipe reste à l’écart du segment investment grade libellé en euro, dont le profil rendement-risque est jugé peu attractif « Nous estimons qu’avec seulement 1% de rendement, le risque est mal rémunéré sur ce segment ». La prudence vaut également vis-à-vis des obligations émergentes (grandes capitalisations). « Si les titres ont peu corrigé ces dernières semaines, il existe un risque de dégradation de leur notation, à l’instar des émetteurs périphériques européens il y a quelques années. Ce risque n’est pas encore pricé dans les cours » constate Christel Rendu de Lint.

Enfin, deux autres classes d’actifs sont appréciées par l’UBP. D’une part, le crédit high yield investi via des indices CDS procure un rendement de plus de 6%, pour un risque de taux d’intérêt négligeable et une liquidité élevée. « Le recours au CDS (et non directement aux titres obligataires eux-mêmes) permet de s’affranchir des contraintes de capacité, propres à l’univers obligataire. Et contrairement aux obligations, les CDS ne présentent aucun risque de remboursement anticipé, ce qui préserve leur potentiel de performance ».

D’autre part, les obligations CoCo (‘Contingent Convertibles’) européennes affichent un très bon parcours depuis le début de l’année, avec une surperformance de plus de 5% face à l’indice EUR Aggregate. « Le segment gagne en maturité, avec 130 milliards de dollars de dette existante, auxquels se sont ajoutés 30 milliards de nouvelles émissions depuis le 1er janvier ». Du point de vue des fondamentaux des émetteurs, les signaux sont au vert : « les banques ont réalisé les efforts de rationalisation nécessaires pour renouer avec leur niveau de profitabilité d’avant crise et augmenter fortement leurs fonds propres » conclut Christel Rendu de Lint.

A propos du Groupe Union Bancaire Privée (UBP)
L’UBP figure parmi les plus grandes banques privées de Suisse et est l’une des banques les mieux capitalisées, avec un ratio Tier 1 de 29%. La Banque est spécialisée dans la gestion de fortune au service de clients privés et institutionnels. Basée à Genève et présente dans une vingtaine d’implantations dans le monde, l’UBP emploie 1’350 collaborateurs et dispose de CHF 98,7 milliards (EUR 93,5 milliards) d’actifs sous gestion au 31 décembre 2014.
www.ubp.com

L’Union Bancaire Gestion Institutionnelle (France) est agréée et réglementée en France par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) - N° d'agrément AMF GP98041

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL & TAUX INTERBANCAIRES

L'ordonnance du 20 août 2014 (n°2014-947) a introduit deux taux différents, l'un s'appliquant aux créanciers personnes physiques n'agissant pas pour des besoins professionnels, l'autre "pour tous les autres cas".

Le gouvernement a également instauré un calcul semestriel du taux légal calculé "en fonction du taux directeur de la Banque centrale européenne sur les opérations principales de refinancement et des taux pratiqués par les établissements de crédit et les sociétés de financement".

Comme prévu par l'article 2 de l'ordonnance du 20 août 2014, les deux nouveaux taux ont été fixés par arrêté pour leur entrée en vigueur dès le 1er janvier 2015.

L'arrêté du 23 décembre 2014 publié au JO le 27 décembre 2014 indique ainsi que :
"Pour le premier semestre 2015, le taux de l'intérêt légal est fixé :
1° Pour les créances des personnes physiques n'agissant pas pour des besoins professionnels : à 4,06% ;
2° Pour tous les autres cas : à 0,93%."


Rappelons que :
- En 2014, il était de 0,04%
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


INFORMATIONS LÉGALES

Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

AVERTISSEMENT LÉGAL CONCERNANT LES COMMENTAIRES ET AVIS D'EXPERTS:

Les commentaires et avis d'experts figurant dans cette série d'articles publiés par Finyear sont émis à titre d’information et ne doivent pas être considérés comme un conseil d’investissement.

Plus particulièrement, les contenus figurant sur ce site Internet Finyear.com ne sauraient être interprétés comme des conseils fournis ou approuvés par tout membre du Groupe Finyear, ou comme une sollicitation ou une incitation à souscrire, vendre ou acheter un quelconque instrument financier.

Les analyses et opinions exprimées sont celles des sociétés et experts référencés dans chaque article à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ces articles document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des auteurs. Des événements imprévus peuvent se produire.
Ces commentaires et avis sont fournis uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres professionnels ou investisseurs qualifiés.

Le site Internet Finyear.com ne contient aucun conseil financier, fiscal ou commercial, ni aucun conseil en investissement ou autre conseil proposé ou recommandé par le Groupe Finyear (et ne doit pas être interprété comme fournissant de tels conseils), et ne doit pas être considéré comme une liste des cours de placement, ni comme une offre, une incitation ou une sollicitation, en vue de la souscription, l'achat ou la vente de tout instrument financier.

Toute personne prenant une décision d'investissement en se fondant sur des informations disponibles sur Finyear.com agit à ses propres risques, et Finyear (y compris ses filiales) ne saurait en aucun cas être tenue responsable de toute perte subie de ce fait.

Tous les efforts ont été fournis afin de s’assurer de la justesse de l’information délivrée mais aucune assurance ou garantie ne peut être donnée.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 5 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The FinTecher
- Le Capital Investisseur

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Vendredi 2 Octobre 2015
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs