Journal quotidien finance-innovation daily news
Financial Year Financial Year
Journal quotidien Finyear : finance-innovation all the year
 
 
 
 


              



La vigueur de l’euro est venue contrarier les marchés. Pour combien de temps ?


Cholet Dupont - Stratégie d’Investissement – Septembre 2017.



Eventualité d’un durcissement monétaire et hausse de l’euro forment un cocktail peu rassurant pour les actions européennes. C’est pourquoi les performances des indices boursiers se sont dégradées depuis la mi-juin. Parallèlement, les marchés obligataires, qui auraient dû souffrir des intentions de la BCE, ont bénéficié de plusieurs soutiens. Malgré leur repli depuis le mois de juin, les actions européennes et émergentes performent mieux que les produits obligataires depuis le début de l’année. Et il en est de même aux Etats-Unis en devise locale. Cela peut-il continuer ? Nous le pensons.

L’issue des élections françaises avait permis une hausse sensible des indices européens. Le recul du risque politique en zone euro avait aussi entrainé un rebond de la monnaie unique. Depuis, le redressement de l’activité s’est confirmé en Europe et les blocages politiques aux Etats-Unis se sont accumulés. En outre, la Banque Centrale européenne souhaiterait commencer à réduire son soutien monétaire, comme l’avait fait la Banque Centrale américaine avant elle. Ceci a accentué la hausse de l’euro et la baisse du dollar. Eventualité d’un durcissement monétaire et hausse de l’euro forment un cocktail peu rassurant pour les actions européennes. C’est pourquoi les performances des indices boursiers se sont dégradées depuis la mi-juin.

Parallèlement, les marchés obligataires, qui auraient dû souffrir des intentions de la BCE, ont bénéficié de deux soutiens. Les investisseurs ont estimé que la Banque Centrale américaine ne pourrait pas monter ses taux autant que prévu, du fait de la modération de l’inflation et de l’incapacité du Président Trump à mettre en œuvre son programme électoral. Ensuite, pendant l’été, les tensions avec la Corée du Nord ont provoqué une petite fuite des capitaux vers les valeurs refuges comme les emprunts d’Etat ou l’or.

Malgré leur repli depuis le mois de juin, les actions européennes et émergentes performent mieux que les produits obligataires depuis le début de l’année. Et il en est de même aux Etats-Unis en devise locale. Cela peut-il continuer ? Nous le pensons.

L’environnement macro-économique mondial reste bien orienté et les prévisions de croissance sont revues en hausse en Europe et dans les pays émergents. Quant aux Etats-Unis, dont le cycle économique plus avancé est proche de la maturité, la croissance se maintient en dépit des blocages politiques et le risque de récession est très faible pour l’instant. Dans le monde entier, les résultats des entreprises sont en hausse et les prévisions des analystes financiers ne semblent pas surestimées.

Certes, les valorisations des actions sont élevées, notamment aux Etats-Unis mais elles n’ont pas touché les niveaux atteints lors des précédentes bulles spéculatives. De plus, elles restent attractives par rapport au faible rendement des emprunts d’Etat.

Tant que les Banques Centrales américaines et européennes n’auront pas précisé leurs intentions ou que des dictateurs s’agiteront, il est possible que l’avance des marchés actions soit contrariée. Mais dès que ces incertitudes s’apaiseront, les fondamentaux reprendront le dessus et pourraient permettre aux actions de finir l’année sur une hausse d’environ 10% en monnaie locale.

C’est pourquoi nous continuons à préférer les actions aux produits obligataires, en Europe, aux Etats-Unis ou en Asie, en se protégeant dorénavant du risque de change. En effet, l’un des enseignements de ces derniers mois est sans doute la fin de la hausse du dollar initiée après 2008. La remontée de l’euro nous semble avoir été trop forte et trop rapide, ce qui permettra peut-être un rebond temporaire du dollar, mais elle vient juste de débuter…

Par le passé, une telle hausse n’a pas été incompatible avec une progression des marchés actions européens ce qui n’est pas le cas depuis quelques mois…Nous sommes donc dans une phase de transition, ce qui occasionne de la volatilité et des opportunités !

Nous avons légèrement abaissé nos prévisions pour les indices boursiers en zone euro. Mais ils offrent encore un potentiel d’appréciation d’environ 6% à fin décembre 2017 et 10% à fin juin 2018.

Nous surpondérons les actions à court et moyen terme et nous avons légèrement augmenté notre allocation pour profiter des replis actuels des actions en zone euro. Nous surpondérons également les actions asiatiques et revenons à une position neutre sur les actions japonaises. Concernant les actions américaines non couvertes du risque de change, nous conservons une sous pondération à court terme et adoptons une position neutre à moyen terme. Nous surpondérons toujours les Bourses européennes à moyen terme. Les actions américaines conservent leur attrait à moyen terme en les couvrant du risque de change.

Nous avons abaissé nos notations sectorielles à court terme sur les secteurs Santé et Media à Sous pondérer et sur le secteur Tourisme/Loisirs à Neutre. Nous avons relevé les secteurs Technologie, Produits de Base et Services Publics à Surpondérer. A moyen terme, nous avons aussi abaissé à Neutre le secteur Tourisme/Loisirs et relevé les secteurs Automobile à Neutre et Assurance à Surpondérer.

Nous maintenons une position Neutre sur le dollar à court terme mais nous adoptons une position surpondérer à moyen terme sur l’euro. Toutefois, après la forte hausse récente de l’euro, un retour vers le niveau de 1.15 semble possible. Cela donnerait l’occasion de couvrir des positions en actions et en obligations face au risque de baisse du dollar à moyen terme.

Nous conservons une position Sous pondérer sur les produits obligataires à court terme comme à moyen terme. Nous ne gardons une opinion positive que sur les obligations privées à haut rendement ou convertibles de la zone Euro. La probable tendance haussière de l’euro à moyen terme nous amène à sous pondérer à cet horizon les obligations américaines et émergentes non couvertes.

Achevé de rédiger le 7 septembre 2017




Contact presse : Agence FORCE MEDIA
Patricia Ouaki : +33 (0) 1 44 40 24 01 / +33 (0) 6 07 59 60 32 - patricia.ouaki@forcemedia.fr









Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

FINYEAR

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

Sa newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation & Digital transformation.

Ses 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief Digital Officer

Finyear magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour choisir de recevoir un ou plusieurs médias Finyear

BLOCKCHAIN DAILY NEWS

Le quotidien Blockchain Daily News :
- Blockchain Daily News

Sa newsletter quotidienne :
- Blockchain Daily News Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Blockchain daily News, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Blockchain révolution.

Sa lettre mensuelle digitale :
- The Chief Blockchain Officer

Lundi 11 Septembre 2017
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières



évènements



Lettres métiers


Livres Blancs



Blockchain Daily News