Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La tokenisation brise les dernières limites de l'e-commerce


Avis d'expert par Guillaume Ponsard, Directeur Associé de NordPay Financial.




Guillaume Ponsard
Guillaume Ponsard
La démocratisation massive de la tokenisation dans les solutions de paiement ouvre désormais au e-commerce et au m-commerce des possibilités, non seulement concrètes, mais matériellement et techniquement très simples à mettre en œuvre, pour offrir à la clientèle un parcours d'achat vraiment optimisé. Le jeton inviolable sera la norme du commerce en ligne comme des applications ou encore du NFC[1] dans 24 à 36 mois. Un pari facile à tenir tant l'idéal semble être atteint.

L'impact majeur des progrès du net

Si la tokenisation (ou tokenization) n'est pas une innovation en soi puisqu'elle est depuis longtemps utilisée pour l'anonymisation des bases de données par exemple, son application dans le paiement en ligne n'est apparue que récemment.

Et c'est en effet sous la conjonction de 2 facteurs que la tokenisation de paiement a réellement pu émerger.

D'une part, depuis 2/3 ans, la compatibilité générale des navigateurs avec JavaScript qui a permis la transmission des numéros de carte au prestataire de services de paiement (PSP) sans passer par les serveurs marchands en utilisant AJAX.

D'autre part, l'aménagement de la norme 3.1 de PCI DSS qui autorise clairement le PSP à stocker temporairement les cartes avec son CVV2 avant autorisation de façon à lui laisser le temps de fournir au marchand un token temporaire, que ce dernier utilisera pour initier le paiement.

Ces technologies enfin abouties ont dès lors permis aux marchands de ne plus faire transiter les données de cartes bancaires au travers de leurs serveurs. Les conséquences de ce process ont alors impacté positivement et irrémédiablement l'expérience d'achat en ligne.

La responsabilité de la sécurité bancaire revient aux mains des experts

Le premier grand avantage de la formule, c'est évidemment que les données sensibles ne transitent plus et sont encore moins stockées sur les serveurs du marchand. Celui-ci ne dispose que du token, un jeton composé de chiffres aléatoires sans rapport avec les informations bancaires, destiné à ne servir qu'à l'achat pour lequel il est créé.

Cette configuration place de facto cette information en dehors du périmètre PCI DSS, le standard de sécurité des données pour l'industrie des cartes de paiement. Pour les marchands, c'est une solution idéale.

En effet, le programme PCI-DSS, visant à garantir le risque de compromission des données bancaires, se compose de 300 bonnes pratiques à mettre en œuvre et repose sur l'audit des équipements, des procédures, des technologies, jusqu'aux processus métiers de l'entreprise. Doublé d'une importante conduite du changement et nécessitant un sponsoring fort, le programme PCI-DSS est un mastodonte dont la plupart des marchands s'efforce de réduire le périmètre pour des raisons évidentes de coût et de temps à y consacrer.

Dans le cadre de la tokenisation, le PAN[2] et la date d'expiration sont stockés dans une architecture de cryptographie, qui chiffre de façon forte les données en les stockant sous signature. Seule cette architecture de cryptographie est capable de mettre en relation le token avec les informations chiffrées, de le déchiffrer et de l'envoyer aux réseaux acquéreurs. De son côté, si le marchand a connaissance du token, il n'accède en aucune manière à l'architecture de déchiffrement. Le token est irréversible pour le marchand, qui peut alors choisir de s'affranchir des contraintes majeures du standard PCI-DSS.

Cette configuration inédite impose au seul token service provider, ayant délivré le token et conservé dans son coffre-fort numérique les données sensibles chiffrées, de se conformer au programme PCI-DSS Level 1. Il est l'unique responsable de la sécurité des données bancaires qu'il héberge.

A raison de montants pouvant aller jusqu'à 90 euros d'amende par carte compromise en cas d'attaque réussie sur le SI, la redistribution des rôles et des responsabilités en matière de sécurité bancaire rend la tokenisation très séduisante aux yeux des marchands.

L'acte de paiement, enfin sous contrôle du marchand

La possibilité offerte aux marchands de se recentrer enfin sur leur cœur de métier en laissant à d'autres le soin de leur mise en conformité PCI-DSS est en elle-même une amélioration majeure. Tant pour le e-commerçant que pour la clientèle, qui dispose d'un gage de confiance supplémentaire en confiant ses données sensibles à un établissement de paiement (le token service provider) dont la sécurité bancaire est le métier.

Mais surtout, au-delà de cette contrainte en moins, le marchand accède à une liberté qui lui était jusqu'ici refusée : le contrôle complet de l'acte de paiement. En effet, la disparition des pages de paiement externes profite à tous, sauf peut-être aux banques, qui y perdent en visibilité de marque.

Pour les commerçants, c'est au contraire l'intégration des fonctions de paiement au cœur du tunnel d'achat, aux couleurs de la marque, dans une one-page check-out regroupant à la fois l'offre et le paiement.

La tokenisation devient le fil rouge capable de gérer sans discontinuer le paiement au cœur de la chaine web et mobile, mais aussi d'accompagner désormais sans contrainte la conversion sur mobile. Les chiffres jusqu'ici témoignaient d'un abandon au stade du paiement sur les plateformes mobiles (60% des e-shoppeurs font leur choix sur mobile mais seulement 15% d'entre eux dépassent l'obstacle du paiement). Gageons que la tokenisation fera rapidement mentir les statistiques.

Pour un tunnel d'achat complet et harmonisé

Cette gestion intégrée de la chaine de paiement, c'est précisément ce vers quoi tendait jusqu'ici le commerce en ligne et mobile. C'est précisément ce que permet la tokenisation, enfin. Stocké dans le portefeuille électronique, dans le smartphone, activé sur le site web, le jeton apporte une quantité de solutions de paiement dont le caractère essentiel réside dans le fait qu'elles sont parfaitement intégrées au processus d'achat.

La tokenisation devient synonyme de multiplication des points d'interaction (web, mobile, apps d'achat, NFC...), de solutions de paiement assez nombreuses pour satisfaire tous les usages et comportements d'achats (paiement one-click, paiements récurrents par abonnement, paiement par lien internet).

Si des systèmes comme 3Dsecure resteront encore nécessaires lors de la première authentification du client sur un site marchand (par le biais d'un code de validation par exemple), le token, d'abord temporaire à cette occasion, sera permanent dès la première autorisation de paiement réussie.

C'est l'expression mathématique et technique de la reconnaissance de la fidélité du client par le marchand. Dans cette dynamique, on ne saurait être plus proche de son client quelle que soit la distance physique qui sépare les acteurs.

Les beaux jours de la vente en ligne, avec prudence

C'est dire si la tokenisation fait des émules. Des acteurs jusqu'ici peu au fait du métier de la monétique et de la sécurité financière cherchent également à tirer parti des avantages de la tokenisation. Constructeurs de devices mobiles, entreprises de social media, la déferlante token risque à terme d'opacifier un marché encore en devenir et de le rendre peu lisible.

Le marché des solutions de paiement est avant tout un marché d'experts, ayant passé avec succès l'ensemble des procédures de conformité financière et capable d'offrir un ou plusieurs services ouverts et interopérables. Sans l'expertise de ces établissements de paiement, les e-commerçants prennent le risque de se voir enfermer dans des écosystèmes au spectre restreint et ne leur convenant pas.

Un indice significatif de ce besoin d'expertise se trouve d'ailleurs dans l'absence d'offres disponibles en banque. Aujourd'hui encore, les banques n'ont ni la structure, ni le support ni le savoir-faire pour répondre efficacement aux e-commerçants.

Vers la généralisation du système de token

Peut-on aller plus loin encore avec la tokenisation ? Pour l'heure, il est difficile de faire mieux pour le paiement en ligne sécurisé, même si l'on ne doute pas du génie de certaines startups, dont les efforts porteront notamment sur la sécurisation du device lui-même, au travers de la biométrie notamment.

Dans un avenir plus proche, les réseaux interbancaires, déjà bien conscients des opportunités du système, généraliseront la gestion des tokens, jusqu'à proposer aux porteurs de cartes une solution universelle de portefeuille électronique, de façon à ne jamais impliquer les parties dans l'échange du numéro de carte réel.

Il appartiendra au token service provider d'assurer sa fonction technique centrale afin de permettre l'effet de compensation de la transaction entre banque émetteur et banque acquéreur. Dans cet écosystème complexe, les experts du paiement électronique prendront alors de plus en plus d'importance.

A propos de NordPay Financial
NordPay Financial devient Établissement de Paiement en 2011, suite à la fusion des entités CentralPay et Paysite-cash, présentes sur le marché depuis 10 ans. Le groupe est aujourd'hui un acteur majeur du paiement en ligne en Europe, régulé par l'autorité des services financiers britannique (FCA) et autorisé par la Banque de France.
A travers ses marques historiques Paysite-cash et CentralPay, NordPay Financial offre aux e-commerçants une gamme de services complète dédiée à l'optimisation des encaissements et à la régulation des places de marché. Sa solution de paiement en ligne par carte bancaire rassemble sur une interface unique, la gestion des encaissements multidevises, la détection des fraudes, ou encore SmartLink, le nouveau service de paiement par email/sms.
Présent dans de nombreux pays d'Europe (France, Royaume-Uni, Espagne, etc.), NordPay Financial traite les opérations e-commerce de plus de 10.000 marchands de l'Espace Economique Européen (EEE).

[1] NFC Technologie de communication en champ proche - paiement sans contact
[2] PAN - primary account number

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 5 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The FinTecher
- Le Capital Investisseur

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mardi 13 Octobre 2015
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs