La saisonnalité des marchés…


Il faut donc bien parler de « rallye de fin d’année » : les indices actions restent perchés au plus haut de l’année, et ne veulent pas en descendre. Le CAC 40 a inscrit encore hier un plus haut journalier, l’indice japonais se porte d’autant mieux que le yen baisse et les indices américains continuent à tutoyer leurs plus hauts… En Europe, comme au Japon, la hausse récente tranche avec un contexte macroéconomique et politique qui reste pour le moins incertain et en tous cas anxiogène. Les derniers indicateurs conjoncturels ne sont pas bons, tant en Europe, qu’au Japon, dont la récession s’accélère dans un cadre politique perturbé. Plusieurs éléments permettent de comprendre néanmoins ce phénomène :




Eric Galiègue
Eric Galiègue
1/ Cette hausse dite « de fin d’année », est conforme aux observations historiques de longue période. C’est une hausse « saisonnière » : la Bourse monte en moyenne, significativement plus en décembre (et janvier) qu’au cours des autres mois. La raison habituellement évoquée est le « facteur d’oubli » de l’année qui se termine et surtout la capacité des investisseurs à « positiver » pour l’année qui va commencer. C’est, en quelque sorte, une nouvelle page qui se tourne, ce qui permet aux investisseurs de rêver un peu que ce que sera le futur…

2/ L’EUROPE, que l’on imaginait disloquée pendant l’été 2012, poursuit sa construction. Certes, laborieusement, sous les quolibets des anglo-saxons, mais elle avance. L’Union Bancaire Européenne a un premier pilier, c’est la supervision de la BCE. D’ici juin 2013, il faudra que les deux autres piliers soient mis en place : la garantie européenne des dépôts et mode opératoire précis de résolution des crises bancaires... Il faudra probablement 10 ans pour construire l’Etat Fédéral européen, mais cette perspective reste réelle, même si les dernières discussions de cette semaine n’ont pas été productives sur le sujet de la mise en place d’un embryon de budget autonome européen.

3/ Aux USA, la détermination de la FED est sans faille. Dans le cadre du FOMC des 11 et 12 décembre, la FED a, pour la première fois, clairement annoncé ses objectifs de politique monétaire en termes réels : la politique monétaire restera très accommodante tant que le taux de chômage restera supérieur à 6.5% et /ou l’inflation inférieure à 2.5 %... La Fed n’a pas parlé de change externe, mais il est implicite que la confirmation du QE3, qui signifie l’injection de 85 milliards de $ chaque mois, a pour effet induit ou objectif inavoué, de faire baisser la parité externe du dollar. Les opérations de « carry trade » qui sont facilitées par la politique monétaire et devraient y contribuer largement.

4/ Aux USA, enfin, le statu quo au sujet des discussions sur le fiscal cliff est naturellement inquiétant. Rien ne sort, pour l’instant, des négociations en cours, mais nous pensons toujours que dans tous les cas de figure, l’annonce qui sera faite dans les semaines qui viennent, devrait soulager tous les investisseurs et susciter une hausse significative des marchés d’actions, simplement par la réduction de l’incertitude.
Au total, nous considérons que la hausse saisonnière actuelle est finalement justifiée, même si les nouvelles sur le front de la conjoncture économique immédiate ne sont pas bonnes. 2013 sera une bonne année pour les actions, comme 1993, comme 1983.

Investisseurs : Nous sommes investis « normalement » en actions, et dans la perspective d’un accord entre républicains et démocrates au sujet de la dette des USA, nous envisageons de rehausser encore nos bornes de l’allocation d’actifs.

Spéculateurs : le Cac40 cale sur 3600, il va revenir vers l’ancienne résistance à 3580.

Tendances sur les taux et les devises : les taux obligataires espagnols et italiens ont baissé à nouveau cette semaine

Tendances récentes sur les matières premières : Le prix des matières premières est stable.


Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr

Mardi 18 Décembre 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear



Finyear lettres métiers