Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La reprise de la croissance mondiale est menacée


La reprise de la croissance mondiale est menacée par des nouveaux déséquilibres naissant sur les différents marchés contredisant ainsi les prévisions optimistes des Etats quant à une reprise.




Ces déséquilibres sont amplifiés par l’absence de mécanismes d’autorégulation inhérent au système de l’économie de marché.

Apportons quelques précisons
Sans pour autant adhérer pleinement à la théorie d’Adam Smith sur l’existence d’une main invisible qui permettrait aux marchés de revenir à l’équilibre après des phases de fortes récessions, force est de constater que ce mécanisme naturel de fonctionnement des marchés est remise en cause par l’intervention des puissances publiques.

En apparence cette intervention masque et /ou attenue les effets de la crise (le politique aime protéger une population qui ne veut pas renier ses avantages acquis) sans pour autant que les véritables causes de la crise systémique soit recherchées et régularisées.

C’est ainsi qu’après avoir crier victoire, les gouvernements observent que la crise est en train de les rattraper via l’apparition des crises budgétaires menaçant des pays tels que la Grèce et l’Espagne demain le Portugal, puis à terme le Royaume-Uni mettant ainsi en exergue l’absence de marges de manouvre des gouvernements. D’autres pays devront laisser filer leur deficit budgétaires pour minorer les conséquences de ces crises mais est ce la véritable solution ?

Dans le même temps apparaissent des tensions sur les marchés matières premières, flambée des prix, elle même encouragée par la forte reprise économique des pays émergents.

La surabondance de liquidités dans le système financier internationale créé un déséquilibre entre la Chine et les pays occidentaux (USA, Europe de l’Ouest) conduisant a des tensions sino-américaines :

Je souhaiterai reprendre Fernand Braudel sur les centres de gravité des « économies mondes ». Les USA et l’Europe devraient admettre que la Chine est devenue le centre de l’économie mondial. Nous ne devons pas et ne pouvons pas empêcher l’avènement de la Chine en tant que 1ere puissance mondiale.

Tous nos mécanismes solutions financières pour réfuter cette vérité nous reviendront avec un effet « Backlash ».

De l’autre, L’autorégulation chère à A. SMITH doit inciter la Chine à jouer le JEU (Accepter la réévaluation de sa monnaie par exemple). Elle doit accepter ce leadership et en assumer les avantages autant que les inconvénients. L’unique condition pour retrouver une croissance stable et durable est que la Chine assume son leadership et serve au monde de moteur.

Les Etats-Unis sont exsangues.
Tant que cette situation perdurera, la crise sera parfois financière, budgétaire, industriel…..ou cumulatives.

Nous sommes dans une phase de transition, de passation, Rome fut le centre du Monde aujourd’hui c’est au tour de la Chine.

Lionel Chouraki
Fortis Commercial Finance
Sales & Marketing Department

Mercredi 24 Mars 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs