Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La reprise aux Etats-Unis crée des opportunités sur le marché obligataire, selon Brandywine, filiale de Legg Mason


Les ventes massives d’obligations à haut rendement sont un phénomène ponctuel et la volatilité récente a créé des opportunités sur les marchés d’obligations les plus affectés, selon Brandywine, filiale de Legg Mason.




« Toute forme de volatilité crée des opportunités et nous pouvons désormais envisager d’investir dans certains marchés auxquels nous n’étions pas exposés auparavant. Les obligations et la monnaie indonésiennes se distinguent, c’est pourquoi nous les surveillons de près. De la même manière, nous n’avions pas d’exposition à la Colombie, mais le pays a été frappé de plein fouet et présente désormais un intérêt à nos yeux, » explique Brian Hess, gérant du fonds Brandywine Global Fixed Income Absolute Return (Brandywine GFIAR). Il juge également les obligations et le baht thaïlandais de plus en plus séduisants, tout comme le peso philippin.

La volatilité observée dernièrement sur les marchés émergents s’explique essentiellement par la perspective d’un ralentissement par la Fed de son programme d’assouplissement monétaire. Cependant, selon Brian Hess, les obligations d’Etat et les monnaies émergentes ont été sanctionnées de manière excessive.

Dans ce contexte, le fonds a profité de ses positions short sur la dette allemande et française et les monnaies telles que le dollar canadien et australien, qui sont susceptibles de rester sous pression. Brian Hess estime que les craintes d’un atterrissage brutal en Chine sont exagérées.

D’un point de vue macroéconomique, Brian Hess s’attend à ce que l’activité du secteur privé américain continue de croître à un rythme proche de sa tendance historique, tandis que l’économie dans son ensemble pourrait connaître un taux de croissance supérieur à sa tendance historique une fois que l’impact des coupes budgétaires se sera dissipé.

« Aux Etats-Unis, le marché du logement, les ventes de voitures et le marché de l’emploi sont actuellement en phase de croissance et, de ce fait, nous pensons que la Fed va réduire ses achats d’obligations, » indique-t-il. « Il est probable qu’elle le fasse au quatrième trimestre mais comme les chiffres de l’inflation sont largement inférieurs aux objectifs, aucune hausse des taux n’est à prévoir à court terme. Il est important de distinguer ces deux éléments dans la mesure où des hausses de taux perturberaient sans doute davantage les marchés qu’une réduction progressive du programme d’assouplissement quantitatif. »

Lorsque la Fed commencera à réduire ce programme, la courbe des taux devrait revenir progressivement à la normale selon Brandywine.

D’après Brian Hess, les rendements des bons du Trésor américain à 30 et 10 ans pourraient repasser au-dessus de 4 et 3 % respectivement dans les six à neuf prochains mois, pour autant que l’évolution de l’économie reste conforme aux prévisions.

« Cette tendance devrait profiter au dollar, face non seulement aux monnaies des autres pays développés mais aussi face aux devises émergentes. Nous sommes par conséquent encore plus optimistes à l’égard du dollar qu’il y a quelques mois, d’autant plus que la hausse des taux et le ralentissement du programme d’assouplissement quantitatif de la Fed devraient soutenir le billet vert, » conclut Brian Hess.

Legg Mason

Vendredi 13 Septembre 2013
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs