La réforme de l'audit se précise


L'avant-projet relatif à la réforme de l'audit contient des dispositions qui ne recueillent pas les faveurs des professionnels français.




Ivan Tchotourian
Ivan Tchotourian
Cette réforme a été lancée au moyen de la publication d'un Livre vert par Michel Barnier le 13 octobre 2010. Les débats sur une nouvelle réglementation européenne de l'audit ont été nombreux et les professionnels souhaitaient que la Commission européenne revienne sur les propositions les plus "extrémistes".

Néanmoins, ces dernières sont contenues dans l'avant-projet de réforme et Gilles Hengoat, associé de Grant Thornton et vice-président du département marché financier de la CNCC estime que "la discussion tourne court" à partir du moment où les observations formulées ne semblent pas être entendues. La question se pose alors de savoir si cette "obstination" ne relève pas de la stratégie de négociation : la Commission proposerait un texte très exigeant afin de pouvoir abandonner certaines propositions.

Néanmoins, Michel Léger, président de BDO France, estime que cette analyse est possible mais qu'il est "évident que tout ne sera pas abandonné". La profession éprouve des difficultés à parler d'une seule voix car le réforme ne représente pas les mêmes enjeux pour tous. En effet, les Big four, cibles directs du projet en tant que détenteur d'un monopole sur les grands comptes et à cause de leur modèle pluridisciplinaire, sont plutôt hostiles à cette réforme alors que les autres cabinets semblent plutôt approuver Michel Barnier dans sa volonté de déconcentrer le marché.

Un des points les plus débattus concerne la création de cabinet d'audit pur. Les cabinets auditant des EIP (entreprises d'intérêts public : sociétés cotées, banques, assurances,…) et réalisant un chiffre d'affaire supérieur à 1.5 milliards en Europe auraient obligation de renoncer à leur activité de conseil pour se limiter à l'audit. Certains analysent cette disposition comme un démantèlement des grands réseaux et estime que si cette réforme était adoptée, les Big four pourraient soit arrêter l'audit afin de se consacrer au conseil, qui est une activité plus lucrative soit continuer l'audit des petites entreprises et pratiquer le conseil auprès des grandes.

Une autre disposition problématique concerne la rotation des firmes, à la place de la simple rotation des associés, tous les 9 ans afin d'éviter la proximité contrôleur/contrôlé. Gilles Hengoat rappelle que cette mesure "remettrait en cause la durée du mandat en France qui est de 6 ans" et il estime que "9 ans est une durée trop courte".

Enfin, l'instauration d'un cocommissariat aux comptes tel que cela existe en France ne fait pas non plus l'unanimité, étant précisé que au moins un des deux cabinets ne devra pas être un Big four.

L'avant-projet est un texte non officiel, le "vrai" texte étant attendu pour début novembre.

A la prochaine ...

Ivan Tchotourian
Maître de conférences à l'Université de Nantes
Chercheur associé à la Chaire en droit des affaires et du commerce international (Canada)
droit-des-affaires.blogspot.com/

Mercredi 9 Novembre 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

ENGLISH
Articles and press releases are provided as is and have not been edited or checked for accuracy.
Any queries should be directed to the company issuing the press release or to the author issuing the article.
If you have a question for the author, or would like to comment on this article, use the box above. Your comment will be moderated before publication.
Your comment or question will appear below and the author or Finyear editor will be able to respond. Please note that your name will appear next to your comment (not your email).
Finyear does not offer financial advice of any kind and the opinions of authors are not necessarily those of Finyear.
By posting your comment, you agree to our acceptable use policy. If you read anything here that you consider inappropriate or offensive, please contact the adress : contact (at) finyear.com
Finyear: Daily News & Best Practices for the Finance Executives (CFO, Treasurer, Controller, Credit manager, accountant, financial executive, etc...).

The Financial Year by Finyear. Copyright Finyear 2007-2013. You may share using our article tools.
Please don't cut articles from Finyear.com and redistribute by email or post to the web without permission: contact (at) finyear.com

FRANCAIS
Les articles et les communiqués de presse sont fournis tels quels et n'ont pas été modifiés ou vérifiés.
Toute demande de renseignement doit être adressée à la société émettrice du communiqué de presse ou à l'auteur de l'article.
Si vous avez une question pour l'auteur, ou si vous désirez commenter cet article, utilisez la boîte ci-dessus. Votre commentaire sera modéré avant publication.
Votre commentaire ou question ci-dessous apparaîtra et l'auteur ou l'éditeur Finyear sera en mesure de répondre.
Veuillez noter, s'il vous plaît, que votre nom apparaîtra à côté de votre commentaire (pas votre adresse email).
Finyear n'offre pas de conseils financiers de quelque nature que ce soit et les opinions des auteurs ne sont pas nécessairement celles de Finyear.
En postant votre commentaire, vous acceptez notre politique d'utilisation et nos mentions légales.
Si vous lisez quelque chose ici que vous considérez inapproprié ou offensant, s'il vous plaît contacter l'adresse: contact (at) finyear.com
Finyear: actus quotidiennes et meilleures pratiques pour les cadres financiers (CFO, trésorier, contrôleur, gestionnaire de crédit, comptable, cadre financier, etc ..).

The Financial Year by Finyear. Copyright Finyear 2007-2013. Vous devez utiliser nos outils de partage situés sur les articles.
SVP ne coupez-pas les articles issus de Finyear.com, ne les reroutez-pas par message sur le web sans autorisation : contact (at) finyear.com

Les derniers articles publiés sur Finyear


Lettres Finyear



Conférences


Magazine n°33


FY Research


Livres Blancs



L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30