Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La récession ne remet pas en question les budgets informatiques


L’étude Micro Focus révèle que les directeurs financiers investiront dans les systèmes d’informations existants pour réduire leurs coûts et accroître leur efficacité




Micro Focus® (LSE.MCRO.L), éditeur spécialiste des solutions de gestion, de test et de modernisation des applications, divulgue les résultats d’une étude conduite en partenariat avec CFO Research Services*, portant sur les impacts financiers de la crise sur les investissements IT.

200 directeurs financiers ont participé à cette étude et communiqué leurs points de vue sur leurs stratégies d’investissements informatiques et le rôle que joueront les technologies de l’information dans la sortie de la crise. Les entreprises interrogées en Europe, aux Etats-Unis et en Asie, proviennent de tous les secteurs d’activité et sont de taille significative, plus de 50% d’entre elles ayant un chiffre d’affaires compris entre 500 millions et 10 milliards de dollars.

Les conclusions de l’enquête mettent en lumière la position des directeurs financiers vis-à-vis des dépenses informatiques, qui exprime une nette tendance à investir dans les systèmes d’informations existants ; une volonté qui révèle que les entreprises se préparent à modifier et moderniser leur SI, délaissant les scénarios de création ou de développement de nouveaux systèmes, jugés inappropriés en temps de crise. Les DAF identifient les gains en efficacité et les économies de coûts comme les deux plus importantes mesures du retour sur investissement des projets IT, lesquelles peuvent être adressées par la modernisation d’applications.

L’étude fait ressortir le comportement des entreprises pendant la crise : 58% d’entre elles sont demeurées fidèles à leurs engagements contre 39% qui ont retardé leurs projets. Bon nombre d’entre elles soulignent que les investissements IT sont étudiés en fonction des priorités et de leur degré de criticité, au même titre que les autres activités de l’entreprise. Si le projet IT est stratégique, il est maintenu.

Tandis que les entreprises ont recherché les stratégies pour réduire leurs coûts pendant la récession, les actifs informatiques apparaissent aujourd’hui comme de forts différenciateurs stratégiques. Selon l’étude, 45% des répondants perçoivent l’informatique comme un facteur clé générateur de valeur ou une fonction qui contribue activement au succès de l’entreprise. De plus, 71% des répondants soulignent que leurs actifs IT joueront un rôle déterminant dans la compétitivité de leur entreprise, au sortir de la crise. Ils estiment que les actifs IT offrent des opportunités de croissance à long terme, tout en recelant des gisements encore inexplorés pour réduire leurs coûts à court terme.

Les entreprises examinent les scénarios IT qui s’offrent à elles, à la lumière de critères tangibles, notamment la mesure du retour sur investissement, qui se doit d’être rapide et clairement quantifiable. 79% des répondants admettent néanmoins que le ROI des projets IT est difficile à mesurer. Les bénéfices d’une initiative IT peuvent se répercuter à tous les niveaux de l’entreprise et à différentes entités, ce qui rend l’évaluation du ROI extrêmement complexe. En outre, une grande majorité des répondants estiment que le ROI n’est pas le seul critère de succès d’un projet IT et souhaitent mesurer les gains en efficacité et productivité.

« Ignorer la valeur des actifs informatiques et leur capacité à créer des différenciateurs, aurait été catastrophique ; les entreprises l’ont bien compris et sont de plus en plus nombreuses à reconnaître que leur patrimoine applicatif est un facteur clé de croissance, analyse Nick Bray, Chief Financial Officer de Micro Focus. Maintenant que les entreprises ont rationalisé et restructuré leur organisation dans un souci d’efficacité et d’économie, les investissements dans les systèmes d’informations existants apparaissent clairement comme un levier stratégique et rentable pour gagner des parts de marché sur la concurrence.

Les entreprises estiment que des décisions technologiques pertinentes peuvent, non seulement réduire leurs coûts, mais aussi générer de l’innovation. Et Nick Bray de conclure : une stratégie IT qui se contente d’appliquer des objectifs de réduction des coûts, n’a pas d’avenir ; elle doit également servir les axes d’innovation qui créeront de la valeur pour l’entreprise. »

L’étude révèle également que 34% des entreprises ont constaté un rapprochement entre les services IT et métiers pendant cette récession économique ; une coopération étroite s’est en effet développée entre l’informatique et les divisions métiers afin d’optimiser les ressources budgétaires raréfiées et soumises à des exigences de résultats élevées. Une tendance positive qui permettra aux entreprises de développer des stratégies technologiques, capables de supporter pleinement les objectifs business de l’entreprise.

L’étude complète est disponible sur le lien :
www.microfocus.com/promotions/WWADCFWP1009/

*CFO Research Services est la branche « Etudes » du Groupe CFO Publishing Corp. (Economist Group), éditeur du titre CFO Magazine.

A propos de Micro Focus
Micro Focus® (LSE.MCRO.L), membre du FTSE 250, offre des technologies innovantes aux entreprises pour optimiser et rentabiliser la valeur métier de leur portfolio applicatif. Les solutions Micro Focus de Gestion, de Test et de Modernisation des Applications d’Entreprise permettent à ses clients de répondre rapidement aux évolutions de leurs marchés et d’intégrer les architectures modernes en limitant les coûts et les risques.
www.microfocus.com

Mardi 2 Mars 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs