Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

La proximité entre la France et l’Allemagne se traduit-elle en termes de transactions ?


Selon l’étude de PwC sur le marché des fusions-acquisitions franco-allemandes entre 1999 et 2010, le marché français des transactions est plus important que le marché allemand en volume, mais pas en valeur. Si les transactions transfrontalières de l’Allemagne vers la France sont plus nombreuses que les transactions de la France vers l’Allemagne, on constate une dynamique inversée depuis 2009, qui se confirme en 2011 : les investisseurs français ont repris plus d’entreprises allemandes au cours des 11 premiers mois de l’année 2011, avec 24 acquisitions de sociétés allemandes contre 20 acquisitions de sociétés françaises par des investisseurs allemands sur la même période.




1999-2010 : le marché français des fusions-acquisitions plus important que le marché allemand en volume, moins en valeur
Avec 23 838 transactions en France contre 17 963 en Allemagne entre 1999 et 2010, le marché français des fusions-acquisitions est plus dynamique que le marché allemand en nombre de transactions. La seule exception est l’année 1999, année du boom de la nouvelle économie, au cours de laquelle l’Allemagne dépasse fortement la France.

En revanche, sur cette période, la valeur moyenne des transactions est supérieure en Allemagne, à l’exception de 2004.

La forte augmentation de 2000 est principalement due à l’acquisition de Mannesmann par Vodafone pour un montant de 181 milliards d’euros.
Source : Zephyr
* Nombre de transactions impliquant une entreprise cible française ou allemande, respectivement
** Valeurs moyennes calculées sur la base des transactions dont le prix a été communiqué

Un rapport France-Allemagne dans les transactions transfrontalières qui s’inverse depuis 2009
Les transactions transfrontalières représentent 30% du nombre total de transactions en Allemagne, contre 22% en France. « Le marché français est traditionnellement marqué par une certaine forme de protectionnisme vis-à-vis des investisseurs internationaux. On peut citer à titre d’exemple la tentative d’acquisition en 2006 par l’italien Enel du français Suez. » souligne Olivier Lorang, Directeur, PwC, Responsable du German Business Group Transactions.

En moyenne, de 2000 à 2010, le nombre d’entreprises françaises reprises par des investisseurs allemands est de 15% supérieur au nombre d’entreprises allemandes reprises par des investisseurs français. Ainsi, sur cette période, les investisseurs allemands ont acquis 37 sociétés françaises en moyenne par an, tandis que les investisseurs français ont acquis en moyenne 32 sociétés allemandes. Mais en 2009, la tendance s’inverse, et est confirmée par les chiffres 2011 puisque, de janvier à novembre 2011, les investisseurs français ont repris 24 entreprises allemandes, contre 20 acquisitions de sociétés françaises par des investisseurs allemands.

« Les transactions franco-allemandes concernent en particulier les secteurs des produits industriels, de l’aéronautique & défense, de l’automobile, du transport et logistique. Cela s’explique notamment par la force des PME allemandes dans ces domaine. », souligne Olivier Lorang.

L’Allemagne s’ouvre progressivement aux fonds d’investissement
Le marché français des opérations de capital-investissement (regroupant les opérations de LBO, de capital risque et de capital développement) est plus dynamique qu’en Allemagne, le nombre d’opérations en France étant supérieur de 54 % sur la période 1999-2010.

Sur cette même période, la part des fonds de capital-investissement français intervenant sur le marché allemand est plus importante que celle des fonds allemands intervenant sur le marché français, comme l’indiquent les graphiques ci-contre.

Olivier Lorang explique : « En raison de leur diversité et de leur nombre, de leur savoir faire et de leurs moyens, les fonds d’investissement établis en France jouent un rôle important sur le marché des fusions-acquisitions en France et, dans une certaine mesure, dans quelques pays voisins. »

Si les industriels allemands, notamment les patrons de PME familiales, sont culturellement et historiquement plus enclins à transmettre ou céder leur entreprise à des industriels plutôt qu’à des financiers, on constate que le marché allemand s’est ouvert ces dernières années aux fonds d’investissements. Les investisseurs financiers internationaux considèrent que l’Allemagne est un pays attractif pour les années à venir.

Le Top 5 des transactions transfrontalières
La valeur cumulée des 5 premières transactions réalisées par des acheteurs français sur des cibles allemandes s’élève à 101 milliards d’euros, contre 66 milliards d’euros pour les 5 premières transactions dans le sens inverse.

"Au sein du German Business Group, nous accompagnons au quotidien les entreprises françaises et allemandes lors de leurs opérations de fusions-acquisitions transfrontalières ; nous constatons que ces opérations sont marquées par de nombreux défis culturels, économiques et sociaux dont la compréhension est nécessaire à la réussite de toute opération", conclut Olivier Lorang, Directeur, PwC, Responsable du German Business Group Transactions.

L’étude est disponible sur le site www.pwc.fr

A propos de PwC
PwC développe en France des missions d’audit, d’expertise comptable et de conseil créatrices de valeur pour ses clients, en privilégiant des approches sectorielles.
Plus de 169 000 personnes dans 158 pays à travers le réseau PwC partagent idées, expertises et perspectives innovantes au bénéfice de leurs clients et partenaires.
Les entités françaises membres de PwC rassemblent 4 000 personnes dans 25 bureaux.
Rendez-vous sur www.pwc.fr
« PwC » fait référence au réseau PwC et/ou à une ou plusieurs de ses entités membres, dont chacune constitue une entité juridique distincte. Pour plus d’information, rendez-vous sur le site www.pwc.com/structure

Mardi 3 Janvier 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News