Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La croissance du PIB est un mauvais indicateur de la performance des marchés actions


Les investisseurs sont trop focalisés sur la croissance économique




Ignis Asset Management, une des principales sociétés de gestion britanniques (80,8 milliards d’euros d’actifs gérés au 31/03/10), présente l’analyse de James Smith, Directeur de l’investissement et gérant du fonds Ignis International Global Equity. Selon lui, la croissance du PIB est un mauvais indicateur de la performance des marchés actions.

Actuellement, le marché européen se traite à un niveau nettement moins cher que celui des États-Unis ou des principaux pays émergents. Pourtant, les entreprises européennes ont, dans l’ensemble, généré des profits satisfaisants et les prévisions de résultats sont en hausse. Les fondamentaux sont solides et devraient bénéficier, pour les sociétés exportatrices, d’un euro plus faible.

Cependant, les gérants continuent de sous pondérer les valeurs européennes dans leurs portefeuilles (de 21% selon l’édition de mars 2010 du Merrill Lynch Global Fund Manager Survey), favorisant les États-Unis ou les marchés émergents où la reprise du PIB a été plus forte.

Il convient alors de se demander si cette croissance se reflètera effectivement dans la performance des marchés des actions et si ces derniers ne sont pas surévalués.
Les marchés ayant pour habitude de prendre en compte très rapidement les prévisions de croissance économique dans le prix des actions, cette croissance pourrait ne pas être synonyme de performance sur les actions contrairement à ce que de nombreux investisseurs anticipent.

L’histogramme ci-après réalisé à partir des données de 19 pays sur 109 années montre même que la corrélation entre la croissance du PIB et les rendements des actions est négative (source Credit Suisse 2010 Yearbook).

La croissance du PIB est un mauvais indicateur de la performance des marchés actions

Si la croissance économique se reflétait effectivement dans la performance du marché action, les pays ayant réalisé les meilleurs rendements réels (à droite sur le graphe) auraient également dû montrer la progression du PIB la plus forte.

Ces différentes réflexions devraient donc conduire les investisseurs à rééquilibrer la part de l’Europe dans leurs portefeuilles au détriment de pays comme la Chine dont les niveaux de prix actuels ont largement anticipé les perspectives de croissance économique…

Par James Smith, Directeur de l’investissement et gérant du fonds Ignis International Global Equity

À propos d’Ignis Asset Management
Ignis Asset Management est une des principales sociétés de gestion britanniques, avec 80,8 milliards d’euros d’actifs gérés (au 31/03/10) pour le compte de plus de 6,5 millions d’investisseurs dans le monde. Ses fonds couvrent l’ensemble des classes d’actifs, actions et obligations, au Royaume-Uni, en Europe, aux États-Unis, en Asie et dans les marchés émergents. Avec plus de 500 employés dont 130 professionnels de l’investissement, la société se caractérise par une structure multiboutique, chacune spécialisée dans son domaine, offrant ainsi aux investisseurs une solution « one-stop-shopping » mais aussi une gestion dynamique et flexible, basée sur une culture entrepreneuriale. Précédemment connue sous le nom Resolution Asset Management (RAM), l’entreprise est devenue Ignis Asset Management en novembre 2008 lors de son rachat par Pearl Group (aujourd’hui Phoenix Group), une des plus grosses sociétés d’assurance vie britanniques.

Dimanche 4 Juillet 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News