Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La crise sans réel examen


Trois ans ont passé depuis l’effondrement de Lehman Brothers. Le monde de la finance est-il devenu plus sûr ?




La crise sans réel examen
Quelques jours après les attentats terroristes du 11 septembre 2001, les Américains ont érigé d’énormes mesures de sécurité nouvelles dans les aéroports dans tout le pays. En un mois, l’armée américaine était sur le terrain en Afghanistan. En trois ans, les États- Unis avaient un rapport officiel sur les causes des événements du 11 septembre; la commission d’experts efficace qui l’a produit a identifié les faiblesses des organismes de sécurité nationale de l’Amérique et a formulé des recommandations pour y remédier. Mais de quoi disposons-nous trois ans après le début de la crise financière ? Pour se rassurer, l’Amérique a les 2000 pages de la Loi Dodd-Frank pour attester de ses efforts. Malheureusement, peu de ces pages résolvent les problèmes censés avoir provoqué la crise financière.

La dépendance des investisseurs obligataires lourds sur les agences de notation, qui ont tendance à être plus laxistes avec les émetteurs puissants, n’a pas été fixée. La dépendance du secteur bancaire de l’ombre sur la liquidité et les garanties du secteur bancaire officiel et donc finalement sur le gouvernement, n’a même pas été effleurée. Et la limitation sur l’endettement des institutions financières sera seul changement dans la prochaine décennie.

La liste des déficits s’allonge à l’infini. Les incitations perverses à prendre des risques excessifs sur le marché des fonds monétaires restent inchangées pour une grande part. Les problèmes liés à la rémunération au rendement ont été ignorés. Le changement le plus racoleur - la séparation entre les opérations pour compte propre et la banque commerciale (aussi connu sous le nom de « règle Volker», d’après l’ancien président de la Réserve fédérale américaine Paul Volker) - n’a rien à voir avec ce qui a causé la crise et il est à peu près certain qu’elle est inefficace.

La Commission d’enquête sur la crise financière, présidée par Phil Angelides, a produit un rapport sur la crise - en fait, trois rapports. En revanche, la Commission Rogers, qui a enquêté sur les causes de la catastrophe de la navette spatiale Challenger, n’a produit qu’un seul rapport. Les meilleurs esprits de l’époque, y compris le prix Nobel Richard Feynman, faisaient partie de l’enquête et aucun élément n’a été laissé au hasard pour trouver la cause. Finalement, le coupable a été précisément identifié comme étant un joint torique défectueux, devenu trop raide à basse température et qui a provoqué une fuite. Pour convaincre le public, Feynman a démontré cette conclusion dans une expérience télévisée.

L’économie n’est pas une science aussi précise que la physique, mais cela ne saurait justifier l’échec de la Commission Angelides. Avec suffisamment de données, nous avons des méthodes pour identifier les causes probables d’un phénomène économique. Nous sommes encore meilleurs pour réfuter les explications possibles. Les principales limites sont imposées par la disponibilité des données et non pas par nos méthodologies. Mais les données n’étaient pas disponibles, parce que les parties intéressées avaient (et ont toujours) peur de les partager, en sachant très bien ce qui allait être révélé.

Malheureusement, la Commission - composée principalement d’élus, plutôt que d’experts - a perdu son temps dans les querelles politiques. Ses membres n’ont même pas pu s’entendre sur la façon de définir les prêts hypothécaires subprime, ni pour calculer le montant de ces hypothèques aux États-Unis au moment de la crise.


L’enquête qui a suivi le travail de la Commission était plus complète que l’enquête de la Commission pendant la crise. Après lecture des e-mails, un rapport du Congrès a trouvé des preuves selon lesquelles les travaux de la Commission ont été guidés par la politique plutôt que par les faits. Après tout, les correctifs avaient déjà été décidés et approuvés avant qu’aucun fait n’ait été trouvé; l’attention de la Commission se portait sur le soutien ou le discrédit (selon le parti politique de l’administrateur) de la législation Dodd-Frank, plutôt que sur l’établissement de la vérité. Ceci a été une grande perte. Grâce à son pouvoir d’assignation, la Commission Angelides aurait pu recueillir et mettre à la disposition des chercheurs les données nécessaires pour répondre aux nombreuses questions cruciales sur la crise. Les entreprises qui ont davantage rémunéré leurs traders (et pas seulement leurs PDG) ontelles pris plus de risques? L’hypothèse de risque excessif des institutions financières a-t-elle été le résultat de l’incompétence ou de la stupidité, ou bien a-t-elle été une réponse rationnelle à la garantie implicite offerte par le gouvernement? Le marché a-t-il perçu la diffusion des normes de crédit laxistes et le prix de prêts hypothécaires pertinents en conséquence, ou était-il dupe? Qui étaient les acheteurs finaux de ces produits toxiques et pourquoi les ont-ils achetés? Quelle est l’importance du rôle joué par la fraude ? Telles sont les questions qui attendaient une réponse. Malheureusement, elles sont susceptibles de rester sans réponse, sans une divulgation obligatoire des principales données. Sans cela, nous risquons de découvrir ce qui a provoqué cette crise après la prochaine.

L’Agefi, quotidien de l’Agence économique et financière à Genève
www.agefi.com

Vendredi 30 Septembre 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs