Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La crise remet-elle en question le voyage d’affaires responsable ? (4ème enquête mondiale ACTE-KDS)


L'étude révèle que si les entreprises prévoient d’augmenter leurs engagements en matière de responsabilité sociale, elles privilégieront néanmoins la réduction des coûts pour leurs voyages d’affaires par rapport aux critères environnementaux




Business Travel Show, Londres, 11 février 2009. L'engagement en matière de responsabilité sociale des entreprises (RSE) reste plus que jamais d’actualité, selon la dernière étude annuelle de l’association professionnelle ACTE (Association of Corporate Travel Executive’s) et KDS, le leader européen des solutions de gestion en ligne des voyages d’affaires et des notes de frais. Cependant, les voyages d'affaires respectueux de l’environnement souffrent de la récession, car les entreprises donnent aujourd’hui la priorité à la réduction des coûts par rapport à des choix de voyages plus respectueux de l’environnement.

Pour la quatrième année consécutive, ACTE et KDS ont mesuré l'opinion et le comportement des voyageurs d'affaires sur des questions liées à l’environnement et aux déplacements professionnels. Menée entre décembre 2008 et janvier 2009, la quatrième édition de cette enquête repose sur l‘avis de 329 travel managers et voyageurs d’affaires du monde entier.

Confondant les sceptiques, l'étude a révélé que les entreprises n’ont pas complètement abandonné leurs actions en matière de responsabilité sociale et environnementale :
·61% des entreprises ont maintenant une politique respectueuse de l’environnement (contre 59% en 2008)
·27% des entreprises préfèrent faire des affaires avec des fournisseurs et des partenaires affichant une politique éco-responsable
·28% des départements voyages d’affaires effectuent un reporting de leurs émissions carbone
·Les activités responsables les plus répandues portent sur les économies d'énergie au niveau des locaux des entreprises (76% des entreprises), les contributions aux actions sociales de proximité (55%), la réduction des émissions carbone au niveau des sites de production (34%) et la mise en place de mesures de compensation carbone (25%).

Cependant, cet engagement responsable ne se traduit pas automatiquement en choix plus "verts" en matière de voyage, ceux-ci entrainant souvent des coûts financiers plus élevés. L'enquête relève que les entreprises placent la réduction des coûts en tête de leurs priorités en matière de déplacements professionnels (classée en priorité haute par 79% des entreprises), alors que les voyages plus respectueux de l’environnement sont classés en priorité haute par seulement 17% d’entre elles. Dans l’ensemble, la responsabilité environnementale du voyage d’affaires est seulement évaluée comme une priorité moyenne par 48% des organisations.

La prise de conscience de l’impact des voyages d’affaires sur l'environnement semble être un phénomène plus marqué en Europe. Seulement 35% de répondants basés aux Etats-Unis ont indiqué prendre en considération les émissions carbone en planifiant leur voyage d'affaires, contre 42% des Européens.

Ceci dit, les Etats-Unis ont déjà procédé à de plus grandes réductions de coûts au niveau des budgets voyages, ce qui laisse à penser que la situation en Europe pourrait bien empirer en 2009. Globalement, si 70% des répondants ont indiqué que leur entreprise a cherché à réduire le budget de leurs déplacements professionnels pour réaliser des économies, ce chiffre passe à 80% pour les Etats-Unis. De même, alors que 54% des répondants se sont vus invité à réduire leur nombre de voyages d'affaires en raison de la crise économique, ils sont 64% à l’avoir fait aux Etats-Unis.

« Cette enquête prouve que, contre toute attente, la responsabilité sociale et environnementale des entreprises n'est pas passée à la trappe en cette période de remise en question », se réjouit Susan Gurley, directrice exécutive d'ACTE. « Au contraire, les résultats nous révèlent que ces préoccupations gagnent du terrain et sont désormais solidement ancrées, s’inscrivant dans l’ADN des grandes organisations à travers le monde. Cependant, l’enquête bat en brèche l’idée selon laquelle les bonnes pratiques en matière de RSE conduiraient automatiquement à des prises de décisions plus écologiques en matière de voyage. Dans les conditions économiques actuelles, les choix de voyage plus respectueux de l’environnement se heurtent fréquemment à une logique de réduction de coûts plus prioritaire. »

« Les choix de voyage dictés par une responsabilité environnementale demeurent rares et sont souvent plus chers », commente Yves Weisselberger, PDG de KDS. « Par exemple, les entreprises européennes peuvent faire voyager leurs collaborateurs par trains à grande vitesse, ce qui représente la meilleure solution en matière d’émissions carbone, mais qui s’avère souvent plus chère qu'un vol low cost. Cependant, dans le contexte actuel, payer un surcoût est difficile à justifier, et le voyage d'affaires écologiquement responsable risque de sortir perdant. A plus ou moins long terme, néanmoins, on peut rester optimiste, les entreprises souhaitent clairement s’engager dans le cadre de leur politique RSE. Dès lors que le surcoût aura disparu ou que l’économie le permettra, nous pouvons nous attendre à un regain de popularité pour le voyage d’affaires responsable. »

L’étude complète est accessible à l’adresse : www.kds.com

Plusieurs des entreprises ayant participé à cette étude sont disposées à discuter de ces sujets avec la presse, parmi lesquelles : H. Lundbeck A/S, BMO financial group, Tourisme Montreal, AAPT Ltd, limagrain, Scor, berger-levrault, BATSA, União de Bancos Brasileiros – Unibanco, Sleepwell AB, IGATE, Class Tour, Derek Smith and Associates, Hotel Association of Canada, Hotel Sourcing Alliance, UNIGLOBE Travel - Sub Saharan Africa, Altadis, S.A., Fields, Community Financial Services Association of America, OKAIDI, PAR Travel Tech, Inc. and AirPlus International. Pour de plus amples informations, n’hésitez pas à nous contacter.

A propos d’ACTE (Association of Corporate Travel Executives)
ACTE est une association à but non lucratif qui permet aux professionnels du voyage d’affaires d’échanger des informations, de se retrouver et de partager leurs expériences. Ses membres appartiennent à l’ensemble du secteur du voyage d’affaires, et sont placés sur un plan d’égalité, des acheteurs en entreprises aux fournisseurs, ainsi que les agences de voyages. ACTE est présente dans 82 pays.
www.acte.org

A propos de KDS
Les solutions KDS à la demande pour la gestion des voyages d'affaires et des notes de frais offrent une intégration complète des fonctionnalités de gestion de voyages et de notes de frais. Elles répondent à des besoins essentiels des entreprises allant de l’élaboration et de l'application de la politique Voyages au traitement automatisé des notes de frais, en passant par la réservation des voyages en ligne. Chaque étape clé du processus peut être effectuée via les solutions KDS disponibles en mode ASP, améliorant les performances métier et générant des économies substantielles. KDS propose en outre les liaisons les plus complètes du marché avec les différents fournisseurs de voyage (aérien, location de véhicule, ferroviaire, hôtelier), assurant une tarification optimisée et une gestion des stocks en quasi-temps réel.
www.kds.com

Vendredi 13 Février 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs