Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La crise de crédit* n’épargne plus aucune zone et atteint les BRICs


Coface annonce à l’occasion de son Colloque Risque Pays la mise sous surveillance de la Chine et de la Russie.




Lors de son 13ème Colloque Risque Pays, Coface annonce la dégradation de 22 notations pays dont, pour la première fois, la mise sous surveillance négative simultanée de deux des plus grands pays émergents : la Chine et la Russie.

Au niveau mondial, le différentiel de croissance attendu est désormais de 3,1 points de PIB entre 2007 et 2009. Il n’était que de 2,5 points entre 2000 et 2001, lors de la précédente crise de crédit liée à l’éclatement de la bulle internet. Ce creux de croissance explique un indice d’incidents de paiement de Coface en hausse de près de 50% entre 2007 et 2008. Coface prévoit que la crise de crédit ne s’achèvera qu’avec l’année 2009.

Une crise de crédit d’une ampleur désormais équivalente à celles des années 80 et 90
La crise de crédit, qui a démarré début 2008, semble avoir atteint une nouvelle dimension au quatrième trimestre, à l’heure où même les entreprises de pays résistants jusqu’alors (à l’image de l’Allemagne), sont touchées à leur tour. Avec une nouvelle prévision de croissance mondiale à 0,9% en 2009, cette crise devient équivalente à celles du début des années 1980 et 1990 si l’on se base sur le choc d’activité. Le ralentissement de la croissance entre les années 2007 et 2009 devrait en effet atteindre 3,1 points – comme entre 1979 et 1982 et entre 1989 et 1991. Mais il reste plus faible que lors du 1er choc pétrolier. Sur l’ensemble de 2008, Coface enregistre une progression de 47% de son indice d’incidents de paiement, avec une accélération au quatrième trimestre.
Le panorama mondial du risque pays présenté lors du colloque souligne la propagation de la crise de crédit depuis son démarrage en janvier 2008 aux Etats-Unis, puis dans les autres pays dits « à bulle » (Royaume-Uni, Espagne, Irlande etc..). Plus aucune zone ne semble épargnée. Les pays industrialisés voisins de l’épicentre de la crise, puis les pays sans bulle mais à croissance molle (comme l’Italie, la France, l’Allemagne, le Japon…) ont été touchés tour à tour ainsi que les pays émergents fragiles (Afrique du Sud, Vietnam..).

Chine et Russie : des entreprises vulnérables au ralentissement en cours
Alors que toutes les notations des pays industrialisés ont été revues à la baisse en 2008, Coface annonce la mise sous surveillance négative de deux des BRICs, qui avaient jusqu’à présent résisté. « La crise de crédit touche maintenant deux grands pays émergents, la Russie et la Chine, qui jouissaient pourtant ces dernières années d’une confortable situation macroéconomique et financière » explique François David, Président de Coface. « Mais les entreprises de ces deux pays affichaient de fortes vulnérabilités, déjà repérées par Coface, brutalement accentuées par le ralentissement actuel ».

Coface prévoit une croissance en Chine de 7% en 2009. L’étude de Coface sur le comportement de paiement des entreprises chinoises menée depuis 6 ans a permis de mettre en lumière les effets de la trop forte concurrence sur la contraction des marges dans le secteur privé. Dans ce contexte de vulnérabilité microéconomique, le ralentissement de croissance conduira à un accroissement des éfauts de paiement des entreprises chinoises. La note A3 de la Chine vient donc d’être placée sous surveillance négative. Pour leur part, Hong Kong et Taiwan sont déclassés en A2.

La prévision de croissance 2009 de Coface pour la Russie est de 2,5%. L’expérience de paiement interentreprise de Coface en Russie s’est dégradée en 2008, et ce principalement en raison des lacunes persistantes dans la gouvernance des entreprises, problèmes déjà pris en compte dans la note B de la Russie. A présent, le pays est sévèrement touché par la crise (chute du crédit, baisse des prix du pétrole). La dette en devises des entreprises russes a augmenté de 140% depuis 2005, ce qui devrait conduire à de nouveaux impayés. Dès lors, la note de la Russie est placée sous surveillance négative.

Tableau des changements de notation annoncés

La crise de crédit* n’épargne plus aucune zone et atteint les BRICs

A propos de Coface
Coface a pour mission de faciliter les échanges entre toutes les entreprises partout dans le monde. Pour cela, Coface offre à ses 130 000 clients quatre outils pour externaliser en tout ou partie la gestion, le financement et la protection de leur Poste clients : l’assurance-crédit, l’affacturage, la notation et l’information d’entreprise et la gestion de créances. Coface propose également, en France, la gestion des garanties publiques à l’exportation pour le compte de l’Etat. Grâce à un service de proximité de qualité et 7 000 collaborateurs répartis dans 65 pays, plus de 45% des 500 plus grands groupes mondiaux sont déjà clients de Coface. Coface est filiale de Natixis dont les fonds propres (tier 1) s’élèvent à fin juin 2008 à 12,9 milliards d’euros.
www.coface.fr

* La crise de crédit au sens de Coface est une forte augmentation des incidents de paiement des entreprises. Une crise de crédit peut être limitée à un pays ou une région, à un secteur ou elle peut être globale. Le suivi par Coface des crises globales de crédit montre qu’il y en a eu 4 depuis 1973 et le premier choc pétrolier, et que la 5ième crise de crédit a commencé en janvier 2008.

Avertissement : la notation pays Coface ne concerne pas la dette souveraine mais elle indique le niveau de risque moyen présenté par les entreprises dans le cadre de leurs transactions commerciales à court terme.

Mardi 20 Janvier 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs