Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La comptabilité ne contribue pas au résultat d'une entreprise...


Ou l'alchimie des normes comptables. Etait-ce faire preuve de naïveté que d'espérer tirer de la comptabilité des vertus apaisantes ? Sans doute. Face à une crise bancaire aux relents systémiques, les pouvoirs publics américains et européens ont décidé de modifier des normes comptables auxquelles ils avaient pourtant promis neutralité et intangibilité.




La comptabilité ne contribue pas au résultat d'une entreprise...
Depuis quelques années, ces normes prescrivent de valoriser certains instruments financiers à leur juste valeur, c'est-à-dire, dans la plupart des cas, à leur valeur de marché. Or, pendant la crise des subprimes , les marchés financiers ont subi un assèchement de liquidités. Cette chute de liquidité a parfois conduit à l'absence de prix de marché ou à des valeurs décotées et insignifiantes. Confrontées à cette situation, plusieurs entreprises financières ont dû reconnaître des pertes comptables significatives.

Comment apprécier le débat ? Il est très complexe et exige une grande rigueur académique. En effet, une valeur de marché d'un actif n'est jamais que le prix de la dernière transaction. Celle-ci formule une valeur marginale : son prix n'est pertinent que pour les derniers acheteurs et vendeurs. Ce prix est d'ailleurs éphémère, puisqu'il est destiné à être contredit à tout moment. Il n'emporte aucune pérennité et entraîne sa propre précarité. Mais si ce prix est utilisé pour valoriser les bilans de banques, il s'impose comme une norme. Il devient donc une valeur moyenne qui s'impose au-delà de sa signification. L'utilisation de la juste valeur confond les valeurs moyennes et marginales d'un actif.

Ceci étant, la comptabilité n'a pas d'autre but que de recenser et d'évaluer les actifs et passifs d'une entreprise. Elle se situe en aval de l'événement économique. Elle ne peut pas, en bonne logique, contribuer au résultat de l'entreprise qu'elle est censée mesurer. Ce n'est donc pas la comptabilité qui a entraîné des pertes, mais l'événement économique qu'elle est chargée de calibrer. De surcroît, dans de nombreux cas, le manque de négociabilité des instruments financiers a été lié à leur complexité intrinsèque. Cette sophistication mathématique a conduit aux phénomènes d'illiquidité que la comptabilité a dû retranscrire. Et, à nouveau, il aurait été extravagant de demander aux règles comptables de rectifier un déficit de liquidité entraîné par la complication des instruments financiers dont elle est censée mesurer, a posteriori , la valeur.

Incidemment, l'abandon de la juste valeur en cas d'évaporation de la liquidité conduirait à attribuer à la direction comptable un pouvoir d'évaluation des instruments financiers qui serait supérieur à celui des marchés. Or, si les marchés financiers considèrent, dans leur globalité, qu'un actif doit être décoté, et que cette décote conduit à l'absence de prix de transactions acceptables, comment une entreprise pourrait-elle avancer qu'elle dispose d'un meilleur pouvoir d'évaluation ? L'adaptation des règles comptables en cas de marché illiquide conduirait à substituer un risque de modèle à un risque de marché.

Et puis, comment savoir de manière irréfutable quand un actif devient illiquide ? Et comment distinguer une décote d'illiquidité dans un prix de marché ? Selon quelle méthode intégrer cette illiquidité dans un modèle, sauf à la nier ou à l'évaluer de manière forfaitaire, c'est-à-dire subjective ? En outre, l'abandon de la juste valeur en cas de crise pourrait même inquiéter les marchés financiers, au motif que les politiques d'évaluation des actifs financiers deviendraient occultes.
... elle informe et pilote les marchés boursiers

Il faut, aujourd'hui, tirer des leçons. Les critiques doivent être étudiées avec sagesse : la comptabilité est une discipline trop construite pour l'apprécier de manière lapidaire. Elle contribue à informer et à piloter les marchés boursiers, en ce qu'elle oblige à une transparence uniforme, faute d'être parfaite.

La leçon comptable de la crise des subprimes réside donc moins dans l'inadéquation des règles que dans les difficultés à évaluer des instruments financiers sophistiqués.

Au reste, quelle serait l'alternative crédible à la juste valeur ? Certainement pas un retour aux méthodes anciennes dont l'inadéquation à des instruments financiers est flagrante. La juste valeur ne doit pas être définitivement écartée, mais plutôt affinée et débattue. La plupart des organismes de contrôle bancaire viennent de le confirmer.

Les enjeux sont significatifs car ils concernent une importante profession et les marchés boursiers, à la recherche d'apaisement et de stabilité.

D'après Trends.

Vendredi 12 Juin 2009
Notez




DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par COURAL Hugues le 13/06/2009 08:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'adhère tout à fait à vos propos concernant l'évaluation comptable d'un actif, la question que l'on peut tout de même formuler concerne les provisions que peuvent constituer une société si elle considére qu'il peut exister un doute sur le mode de valoraisation d'un actif.
Il va sans dire qu'une provision se doit d'être justifiée et que la encore le maniement reste délicat, mais c'est un outil qui peut permettre de minimiser le risque existant sur un produit financier.
Par contre, provisionner un actif jette le doute sur l'actif en question et peut en précipiter la chute.

2.Posté par jérome tchopi le 01/09/2009 19:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mais est ce que les actifs ne se déduisent pas des nominatifs concalculaires?

3.Posté par CFO-news quotidien finance et gestion le 03/09/2009 07:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si, vous avez raison mais auparavant vous devez recalculer la valeur intralène des actifs rationnaires

Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs