Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La France en grève vue par un Suisse


La grève et d'une manière générale l'esprit protestataire des Français sont considérés, de ce côté du Jura, comme une regrettable incongruité.




La France en grève vue par un Suisse
On se demande pourquoi les médias français n'ont pas encore inventé une sorte de "météo des grèves", qui, toutes les heures, informerait les habitants et les visiteurs de l'Hexagone des mouvements, non pas des cumulus, mais des débrayages.

Pourtant, nous ne sommes pas ignorants des luttes très vives que le prolétariat suisse a menées pour de meilleures conditions de travail. Il suffit de lire Nicolas Meienberg et ses descriptions des grèves dans les filatures de Suisse allemande dans les années 30 pour y découvrir un décor à la Dickens. Il faut aussi souligner que l'exemple des mouvements révolutionnaires français successifs ont inspiré les ouvriers suisses à s'émanciper.

Pourtant, l'exemple s'arrête là. Ce qui choque les Suisses dans les mouvements de grève français, ce sont principalement deux aspects: leur régularité, et leur apparente banalité. On a l'impression que les Français font grève comme on fait le café, par goût, par habitude, par automatisme presque. Tous les gouvernements élus depuis des décennies n'auront rien changé à cela. Le même schéma semble se répéter comme si un mauvais sort s'était emparé du pays tout entier: on élit un nouvel exécutif dans la liesse, et puis on s'en lasse, alors on baisse les bras, on enchaîne les grèves, et puis on finit par renvoyer ce même exécutif dans la honte.

David Laufer
David Laufer
C'est ce mécanisme qui échappe aux Suisses. Pénétrés de leur tradition démocratique aussi vive que spécifique, et dont on a dit à tort récemment qu'elle serait applicable à la France, les Suisses ne comprennent pas que l'on puisse à ce point-là vilipender ce qu'on soi-même choisi. Beaucoup plus lents et méfiants dans leurs emportements que les Français, les Suisses installent des gouvernements mous, mais consensuels, lisses, techniques.

Comme les galets d'une rivière, les Français se sont fait polir par des centaines d'années d'une monarchie dirigiste, centralisée, divine et tapageuse. Depuis deux cents ans et malgré deux révolutions, une monarchie constitutionnelle, deux empires et cinq républiques, les Français de 2009 continuent de donner aux Suisses l'impression qu'ils ne se remettront jamais d'avoir renvoyé, puis raccourci leur roi. Que chaque grève, chaque protestation braillante, chaque poing levé et chaque caliquot n'est qu'une longue, inutile et tristement prévisible punition que les Français s'infligent à eux-mêmes. Et que cet état d'esprit les empêche d'être parfaitement démocratiques dans la mesure où ils demeurent incapables d'accepter et de soutenir les choix qu'ils ont fait eux-mêmes sur le système de la majorité.

Comme le disait avec raison Jean Cocteau, les Français sont des Italiens qui font la gueule.
Et aussi longtemps qu'ils ne seront pas en paix avec leur turbulent passé, il est à craindre qu'ils ne changeront pas de masque.

David Laufer
Partenaire expert CFO-news

www.cfo-news.com/index.php?action=annuaire&subaction=enter&id_annuaire=17005

Lundi 9 Février 2009
Notez




DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par gamelin le 09/02/2009 11:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

M. Laufer n'a pas vraiment compris de quoi il retourne exactement en France, semble-t-il. Si la gauche et les syndicats font leurs journées nationales d'action à répétition, c'est pour éroder la popularité du gouvernement en place, l'empêcher de poursuivre ses réformes anti-fonctionnaires et favoriser la victoire de la gauche aux élections locales suivantes. C'est ainsi que la gauche contrôle 20 régions en France sur 22 et la très grande majorité des grandes villes. C'est une stratégie de sape extrêmement payante sur le plan politique. Alors pourquoi s'en priver...

2.Posté par EVREINOFF le 09/02/2009 20:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,

Eh oui, et comme dejà vu quelques années auparavant, cette même gauche va se faire virer car la céssité du bon peuple va se guérir et ce même bon peuple en aura ras le bol.
En France, l'histoire est un perpétuel recommencement.........A quand la prochaine ère........PETAIN ?
Cordialement,

3.Posté par ifrs2 le 11/02/2009 13:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Exact.
En revanche les observateurs doivent comprendre qu'il y a deux Frances, celle de la fonction publique et assimilée soit grosso modo la moitié de la pop active qui bénéficie de la sécurité de l'emploi et fait grève avec les conséquences que l'on connait.
La seconde moitié, le secteur privé qui se bat, qui est compétitif et intégré dans la mondialisation, ou la productivité est bien plus grande que dans le secteur public et qui supporte économiquement ce secteur public pléthorique. Pour eux pas de grève possible peu ou pas de 35 heures. Les investisseurs étrangers ne s'y sont pas trompés.
Donc ne généralisont plus.
J'ai travaillé dans plus de dix pays différents dont la suisse Alémanique et il n'y a pas de super Champion.
Salutations

Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News