Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La Chine ne peut se permettre une brusque appréciation du renminbi


Selon ING Investment Management (ING IM), l’appréciation attendue du renminbi devrait se faire de façon prudente et graduelle afin de ne pas peser sur le fragile secteur des exportations chinoises.




Maarten-Jan Bakkum, global emerging market equity strategist chez ING IM, commente : “Sur la base du discours de Zhou Xiaochuan de la semaine passée, nous sommes d’avis que les autorités chinoises s’apprêtent à autoriser une nouvelle appréciation du renminbi. Nous ne nous attendons cependant pas à ce que les pouvoirs publics prennent une décision qui puisse handicaper une grande partie du secteur des exportations. La Chine ne peut se permettre une brusque appréciation du renminbi car les marges bénéficiaires de ce secteur sont faibles et une nette appréciation affecterait par conséquent des employeurs cruciaux pour l’économie du pays.
“Nous tablons sur une appréciation graduelle et prudente d’environ 6%, qui débuterait au cours des prochains mois. Ce rythme d’appréciation serait plus ou moins similaire à celui que la Chine a connu dans les années qui ont précédé la crise de 2008.”

ING IM est d’avis que la reprise des exportations chinoises s’est clairement matérialisée et que l’économie peut à nouveau supporter une appréciation progressive de la devise. Il estime que le taux de croissance est actuellement de 40% en glissement annuel et que les exportateurs chinois ont accru leur part de marché tant aux Etats-Unis qu’en Europe. Outre-Atlantique, la part de marché chinoise est ainsi passée de 15% à 18% depuis la crise.

Selon ING IM, les pressions inflationnistes augmentent en Chine, mais pour l’instant, il est tout à fait prématuré de parler d’un problème inflationniste. Néanmoins, nous pensons que parallèlement à un resserrement de la politique monétaire, il est justifié de contrecarrer la hausse des prix par l’appréciation de la devise.
Maarten-Jan Bakkum, global emerging market equity strategist chez ING IM conclut : “Une modification progressive de la politique de change ne sera pas assez importante pour altérer la structure de l’économie chinoise. Elle n’affectera, par exemple, pas l’ampleur du secteur des exportations et n’augmentera pas la demande domestique en pourcentage du PIB de façon significative. Nous n’assisterons certainement pas à une diminution des déséquilibres mondiaux si une appréciation graduelle se produit.”

ING Investment Management
ING Investment Management est un gérant d’actifs mondial, qui compte plus de 3300 collaborateurs, et gère près de 343 Milliards d'€ * d'encours dans 33 pays, en Europe, Asie-Pacifique, Amériques et au Moyen Orient. ING Investment Management est le principal gérant d’actifs du Groupe ING, prestataire mondial de services financiers.
ING Investment Management met en oeuvre sa recherche et ses analyses internes, ses équipes de gestion implantées à travers le monde et sa gestion des risques, pour offrir un large éventail de stratégies, de supports d'investissement et de services de conseil dans toutes les principales classes d'actifs et styles d'investissement.
www.ingim.fr

* Données au 31 décembre 2009

Lundi 29 Mars 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs