Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

L’impact du G20 et de la BCE sur les marchés financiers


Nous sommes au cœur d’une crise économique, financière et de confiance. Les Etats nationaux et banques centrales ont les outils pour essayer de l’enrayer, notamment grâce à l’arme budgétaire, la dette publique croissante, et l’arme monétaire avec les ajustements de taux d’intérêt.




La Banque Centrale Européenne (BCE) l’a compris et poursuit ses baisses successives de taux directeur, désormais 1.25%, et se dit même prête à des mesures non conventionnelles. La Réserve Fédérale Américaine parle déjà d’intervenir sur le marché obligataire, notamment celui des emprunts d’Etat.

Le G20 semble avoir été un succès, du moins, du point de vue de ses objectifs. Le G20 n’a pas de pouvoirs directs, n’a pas de moyens financiers pour agir mais il a malgré tout un rôle important, celui de redonner confiance. Lorsque les marchés financiers traversent une crise, le facteur défiance est très présent, surtout en phase de maturité d’un marché baissier. Les liquidités sont présentes sur les marchés et certaines sociétés d’investissement détiennent plusieurs millions d’euros de cash (EURAZEO, société d’investissent de premier plan en Europe, détient ainsi 1.6 milliard d’euros de disponibilités et de nombreux investisseurs plus modestes sont aussi en phase d’attente).

Le rôle d’un comité comme le G20 est donc de trouver les mots justes pour redonner confiance et libérer les intentions et énergies d’investissement. A ce titre, le communiqué du G20 a eu un impact très positif et a généré des signaux très intéressants sur les marchés financiers, à court terme.

Les indices du marché actions ont accéléré leur mouvement haussier qui a débuté au début du mois de mars 2009. Des niveaux de supports chartistes majeurs ont stoppé la baisse et des résistances ont été franchies grâce au G20 (2920 points sur le CAC 40 et 8000 points sur le Dow Jones). Il faut malgré tout éviter l’emballement car à moyen terme, la structure technique des indices actions restent baissières. La moyenne mobile à 30 semaines est un indicateur privilégié sur cet horizon de temps et pour le moment, la tendance est baissière.

Les indices actions ont peut-être fait leur point bas, la tendance à long terme s’est au mieux stabilisée mais elle n’est pas encore en phase haussière. Il faudra une période de stabilisation longue sur les marchés financiers pour retrouver les conditions d’une tendance haussière à long terme.

Sur le marché des changes, la Livre Sterling sort renforcée du G20 avec une reprise d’ampleur face à l’Euro et au Dollar. La monnaie américaine reste faible sauf face au Yen, ou le franchissement de la résistance à 99 Yen constitue un signal positif fort à moyen terme.

Les matières premières, notamment le pétrole et les métaux, ont confirmé leur mouvement de reprise qui a commencé au début du mois de mars.

La baisse du Dollar et un regain général d’optimisme permettent au baril de pétrole de se maintenir au-dessus des 50$.

Parallèlement à cette arrivée d’argent frais vers les indices actions et matières premières, les valeurs refuge traditionnelles comme l’or subissent des prises de bénéfice mais les dégagements sont limités pour le moment. A court terme, la rupture du support graphique à 900$ l’once permet d’anticiper un potentiel de baisse vers 800$.

Enfin, il n’y a pas eu de révolution sur le marché des taux d’intérêt. Les rendements monétaires tendent toujours vers zéro, directement influencé par la politique des banques centrales. Quant au rendement des emprunts d’Etat, il reste élevé, car la dette publique va encore se renforcer et l’impact des plans de relance sur l’activité économique est encore difficile à évaluer.

Le G20 a permis la continuation du mouvement de reprise haussière constatée sur les marchés financiers et les matières premières, il permet à la bourse de poursuivre sa stabilisation générale mais seuls le temps et la confiance peuvent constituer un socle à la hauteur pour achever le marché baissier.

L’impact du G20 et de la BCE sur les marchés financiers

Vincent Ganne
IG Markets France

www.igmarkets.fr

Lundi 6 Avril 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News