Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

L’impact des politiques monétaires non conventionnelles


Face à la crise financière mondiale, la Banque centrale européenne et la Fed ont toutes deux mis en place une série de mesures non conventionnelles dans le cadre de leur politique monétaire.




Dans un nouveau livre blanc pour le Deutsche Asset & Wealth Management Global Financial Institute, Gert Peersman, Professeur à l’Université de Gand, analyse ces mesures ainsi que leurs conséquences macroéconomiques sur l’économie réelle.

Selon Gert Peersman, les banques centrales règlementent les taux d’intérêt en modifiant la masse monétaire. Lorsqu’elles souhaitent relancer l’économie, les banques centrales cherchent à réduire les taux d’intérêt en augmentant la masse monétaire disponible. En effet, les entreprises et les ménages réagissent aux taux d’intérêt plus bas, qui permettent donc de stimuler la demande de biens et de services. C’est ce que l’on appelle le mécanisme de transmission de la politique monétaire conventionnelle.

Dès que les taux d’intérêt sont proches de zéro, les banques centrales n’ont plus d’autre choix que de stimuler la demande économique globale par le biais de l’assouplissement monétaire. Au cours de la crise financière, elles ont plusieurs fois cherché à consolider la constitution de leurs bilans, afin d’influencer l’approvisionnement du marché des titres. Elles ont également utilisé l’assouplissement monétaire pour maintenir les taux d’intérêt à un niveau bas, notamment en achetant des titres et en communicant clairement sur les mesures qu’elles prenaient.

Dans son étude, Gert Peersman reconnaît qu’avec leurs mesures de politique monétaire non conventionnelles, les banques centrales ont pu stabiliser les marchés financiers en réduisant les taux d’intérêt (à long terme) et en stimulant l’économie. Il ajoute qu’aujourd’hui, la stabilité des prix n’est pas menacée : « Etant donné que nous n’avons pas atteint le plein emploi, la liquidité existante ne représente aucun risque d’inflation ».

D’autre part, M. Peersman conseille aux banques centrales de mettre fin aux mesures de relance dès la reprise des économies nationales. Afin de limiter les risques d’inflation, il faudrait augmenter les taux d’intérêt et réduire la masse monétaire. Pour ce faire, les banques centrales auront à leur disposition différentes stratégies de sortie. Cependant, il est possible que ces stratégies ne soient pas assez convaincantes ou qu’il soit trop tard pour les introduire. Dans ce cas, indique Gert Peersman, il se pourrait que l’inflation soit élevée pendant un certain temps.

Gert Peersman (1973) est professeur d’économie à l’Université de Gand en Belgique, Wim Duisenberg Fellow de la Banque centrale européenne et conseiller à la Banque nationale de Belgique. Il est diplômé des universités de Gand et Louvain en Belgique. Il rejoint la Banque d’Angleterre en tant qu’économiste de 2001 à 2003, période pendant laquelle il réalise également son doctorat.

Livre blanc téléchargeable ci-dessous (PDF en anglais 21 pages).

A propos du Global Financial Institute
Fondé en novembre 2011, le Global Financial Institute (GFI) est un think-tank d’un nouveau genre. Dans l’intérêt de la communauté internationale d’investisseurs, la mission du GFI est de rassembler des points de vues indépendants à moyen et long terme issus de deux mondes différents – celui de la finance et celui de la recherche universitaire – sur des sujets économiques, politiques, financiers et sociétaux. Les publications du GFI allient les vues des experts financiers de Deutsche Asset & Wealth Management avec celles des meilleures institutions en Europe, aux Etats-Unis et en Asie.

A propos de Deutsche Asset & Wealth Management
Avec 934 milliards d’euros d’encours sous gestion (au 30 septembre 2013), Deutsche Asset & Wealth Management¹ est une des plus importantes sociétés de gestion au monde. Deutsche Asset & Wealth Management conseille des clientèles de particuliers et d’institutionnels afin de préserver et de faire croitre leur capital, offrant des solutions d’investissement traditionnelles et alternatives sur toutes les classes d’actifs. Deutsche Asset & Wealth Management propose également des services sur mesure de banque privée et de gestion de fortune aux clients et familles fortunées.

(1) Deutsche Asset & Wealth Management est la marque de la branche gestion de fortune et gestion d’actifs de la Deutsche Bank. Les entités légales proposant les produits et services sous la marque Deutsche Asset & Wealth Management sont citées dans les contrats, les véhicules et les documents d’information sur les produits.

gfi_white_paper_gert_peersman_11_2013.pdf GFI_White Paper_Gert Peersman_11_2013.pdf  (1.64 Mo)


Lundi 25 Novembre 2013
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News