Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

L’énigme matières premières : les matières premières peuvent-elles persister sans inflation ?


« Dans les conditions de marché actuelles, de nombreux investisseurs s’interrogent sur une possible bulle des matières premières, les rendant récalcitrants à des investissements supplémentaires sur cette classe d’actifs. Souvent tributaires des pressions et des aléas des cycles de marché, les matières premières devraient néanmoins conserver un poids stratégique dans le portefeuille des investisseurs en tant que classe d’actifs», note Russ Koesterich, Chief Investment Strategist et auteur du rapport iShares Market Perspectives de septembre 2011.




- Bien que les prix individuels des matières premières puissent être extrêmement volatiles, on constate pourtant qu’au cours des 25 dernières années, la volatilité d’un indice matières premières correspond à celle des marchés actions développés. De plus, si l’on considère un horizon à long-terme, les matières premières se diversifient et ont historiquement aidées à l’amélioration du ratio risque/rentabilité des portefeuilles.

- L’absence de dividendes ou de revenus constants des matières premières en rendent l’évaluation difficile, il n’y a cependant que peu de signaux permettant d’affirmer que l’ensemble de la classe d’actifs est entrée dans une bulle.

- Cela étant, les perspectives de rendement des matières premières dépendront de l’environnement macroéconomique. Sur le long-terme, les matières premières, et l’or en particulier, ont historiquement bénéficié de l’inflation et d’un dollar faible. Par ailleurs, les revenus plus cycliques des biens tels que les métaux industriels sont influencés par la croissance économique.

- Le niveau des taux d’intérêts réels reste vraisemblablement le plus grand déterminant de la performance des matières premières. Historiquement, les prix des matières premières ont le plus bénéficiés, non pas de l’inflation, mais des taux bas voir négatifs, diminuant l’intérêt de détenir un actif qui n’engendre aucun revenu. En conséquence, la chute des taux d’intérêts à long-terme, malgré une stabilisation de l’inflation, est un facteur bénéfique aux matières premières. Même dans le contexte d’une économie en croissance lente, le maintien des taux bas ou négatifs à long terme pourrait être l’élément le plus important à prendre en compte pour la classe d’actifs en général.

Veuillez trouver ci-dessous le rapport complet en téléchargement PDF (version anglaise)

http___us_ishares_com_content_stream_jsp_url__content_en_us_repository_resource_market_perspectives_sept_2011.pdf http___us.ishares.com_content_stream.jsp_url=_content_en_us_repository_resource_market_perspectives_sept_2011.pdf  (779.34 Ko)


Jeudi 8 Septembre 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News