Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

L’avenir des PME


« On doit tout faire pour encourager la France des entrepreneurs, ceux qui n’hésitent pas à prendre un vrai risque et qui grâce à leurs efforts et leur intelligence créent de la richesse », rappelait le Président de la République, Nicolas Sarkozy, le 25 septembre 2008 à Toulon.




Thierry Charles
Thierry Charles
Dans le même temps, il demandait à un groupe ad hoc des propositions rapides et concrètes ayant pour objectif de renforcer les PME. En effet, la crise financière sans précédent qui secoue notre économie révèle, outre l’urgence des réformes à effectuer, la nécessité de renforcer les fonds propres de nos PME.

Les problèmes actuels de financement des entreprises se posent au-delà du simple amorçage initial. Il s’agit bien de complément de fonds propres, l’entreprise ne relevant pratiquement plus aujourd’hui du financement du crédit bancaire.(1)

Or si le gouvernement a tout intérêt à faciliter l’accès des entreprises à de nouvelles sources de financements, plutôt que de dépendre du système bancaire classique, force est de constater que la pratique ne plaide pas en sa faveur.

L’avenir des PME
Pour preuve les atermoiements à propos d’un énième projet de réforme de la taxe professionnelle, véritable serpent de mer, démontrent encore une fois l’incapacité du Gouvernement à comprendre les besoins de financement et de développement rapide des entreprises en croissance. A cet égard, « l’observatoire de la fiscalité », mise en place par le MEDEF, exerce depuis plusieurs mois une veille sur la fiscalité locale, paramètre dont il faut également tenir compte pour la performance des entreprises.(2) Mais on attend impatiemment la suite.

Quant aux nouveaux marchés boursiers, après ce « 11 septembre » financier, ils doivent désormais répondre à un postulat de cohérence qui est également facteur de sécurité et par conséquent de retour à la confiance… pour les particuliers comme pour les entreprises.

(1) Voir à ce propos la note de la Direction générale du Trésor et de la politique économique de Novembre 2007 (N° 23), qui préconisait déjà de consolider les capitaux propres de nos TPE/PME.
(2)Le travail de cet observatoire a été présenté officiellement à la presse le 12 juin 2008.


Thierry CHARLES
Docteur en droit
Directeur des Affaires Juridiques d’Allizé-Plasturgie
Membre du Comité des Relations Inter-industrielles de Sous-Traitance (CORIST) au sein de la Fédération de la Plasturgie
t.charles@allize-plasturgie.com

Jeudi 2 Octobre 2008
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs