Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

L’Asie, nouvel eldorado pour les opérations de fusions-acquisitions


Premier en son genre, l’indice de maturité des marchés mis au point par le centre de recherche MARC de Cass Business School reflète la capacité d’un pays à attirer et soutenir les opérations de M&A




L’Asie, nouvel eldorado pour les opérations de fusions-acquisitions
Le nouvel indice MARC (Mergers and Acquisitions Research Center de Cass Business School) « M&A Maturity Index » constitue une réelle innovation. Il reflète la capacité d’un pays à attirer et soutenir les opérations de fusions-acquisitions. Il permet d’évaluer et de classer les pays selon la maturité de leur activité de Fusions & Acquisitions (M&A). Ernst & Young a contribué à l’élaboration de cet indice et en est le sponsor.

L’étude évalue les risques et opportunités en présence dans différentes parties du monde en fonction de six types de facteurs : économiques, financiers, politiques, réglementaires, socio-culturels et technologiques. Chacune de ces catégories se divise en plusieurs sous-facteurs, pondérés pour produire un score global : « l’indice de maturité M&A du MARC ».

Cet indice présente un coefficient de corrélation de 0,81 (1) avec l’activité de fusions-acquisitions, un chiffre plus de deux fois supérieur à celui obtenu par « l’Indice de protection des investisseurs » ― seulement 0,30 ― établi par le groupe « Protecting Investor Index » de la Banque mondiale.

Sur les 175 pays analysés dans cette première étude, les bastions traditionnels de l’activité de fusions-acquisitions, tels que le Royaume-uni, et es États-Unis figurent sans surprise en tête du classement. Certains pays émergents, tels que la Malaisie, Israël et le Chili, se distinguent également par leurs bonnes performances dues à des spécificités marquées des pays. Ainsi, le Chili, 24e, affiche un score MARC de 1,4 (94 %) sur la question des facteurs politiques, à égalité avec le Royaume-uni et les États-Unis.

Parmi les résultats les plus surprenants de cette étude, on remarquera sur les marchés instables et en transition, la corrélation positive entre l’activité M&A et les contextes de fort changement politique. En revanche, l’environnement politique et le niveau de développement technologique n’ont pratiquement aucun impact pour les marchés M&A matures, ces derniers étant déterminés par les facteurs socioculturels. Le score de 1.5 (86%) de la France révèle un marché très favorable aux fusions et acquisitions. La France occupe selon l’index le 4ème rang mondial (sur 175 pays), à égalité avec le Japon et les Pays-Bas. La France bénéficie d’un environnement innovant pour les affaires et d’un environnement socioculturel mature. La France est cependant pénalisée par des régulation moins favorables en comparaison avec d’autres marchés comparables. Les lois de l’Union Européenne, en particulier celles liées au marché du travail, contraignent en effet les opérations et les intégrations.

Après l’Amérique du nord et l’Europe de l’ouest, l’Asie apparaît comme la région la plus propice à l’activité de fusions-acquisitions. La Corée du sud, Singapour et Hong Kong obtiennent des scores proches de l’Australie et l’Allemagne, preuve que l’activité M&A dans ces pays est désormais mature. L’indice de maturité M&A révèle également que le marché des fusions-acquisitions en Chine, est loin d’exploiter encore tout son potentiel, et est en retard sur la croissance économique du pays. Une

étude plus fine des résultats fait apparaître que si la Chine enregistre de bonnes performances sur l’ensemble des critères retenus, elle obtient respectivement des scores médiocres de 3,0 (50 %) et 3,3 (40 %) sur les questions de stabilité politique et de réglementation.

Alexis Karklins, associé responsable du pôle Capital Transformation d’Ernst & Young, précise : « Les marchés les plus matures sont évidemment ceux qui traditionnellement participent le plus au opérations de fusions-acquisitions. Toutefois, la Malaisie, Israël, la République tchèque et le Chili apparaissent tous dans la partie supérieure du classement. Ces bonnes performances s’expliquent par des facteurs relativement distincts. Ainsi, la Malaisie domine les volets économiques et financiers, Israël se distingue par ses performances dans le domaine de la technologie, la République tchèque s’impose sur le terrain socioculturel et le Chili est porté par une stabilité politique plus établie que celle de ses voisins. Ces États devancent les pays BRIC généralement mentionnés dans les analyses sur les principaux marchés émergents. »

Parmi les BRIC, la Chine dépasse le Brésil, l’Inde et la Russie dans ce classement.
Vincent Paul-Petit, associé responsable du département Ernst & Young Corporate Finance souligne : "Le M&A est un outil de plus en plus important pour les entreprises qui souhaitent gagner le pari de la croissance. Cela conduit nombre d’entre elles à examiner les marchés émergents pour y réaliser des acquisitions. Les investisseurs parlent souvent des BRIC comme d’un ensemble homogène. Il y a cependant des différences marquées entre le climat économique du Brésil et celui de la Russie, ou encore entre le climat socio culturel en Inde et en Chine. Les transactions M&A réussies reposent aussi sur la qualité de l’appréciation et de l’évaluation des risques. Les investisseurs doivent maîtriser ces éléments avant de se lancer dans ce type de transactions."

(1) Un score de 1,0 indique une corrélation parfaite ; un score de 0 indique une corrélation nulle.

Co-auteur de l’étude et directeur du MARC, le professeur Scott Moeller de Cass Business School déclare : « L’indice de maturité M&A du MARC fournit une indication solide sur la maturité des opérations de fusions-acquisitions à l’échelle des pays ; il offre une base de travail concrète à d’éventuels projets de transactions sur des marchés moins connus. La mise à jour annuelle de ces données permettra de dégager certaines tendances et de suivre dans le temps les évolutions régionales de la maturité des opérations de M&A. Cet indice dévoile le potentiel intrinsèque que recèlent les marchés non traditionnels pour les entreprises qui se préoccupent de croissance externe. Il sera intéressant de suivre l’évolution du classement au fil du temps. »

L’Asie, nouvel eldorado pour les opérations de fusions-acquisitions
- Les facteurs réglementaires évaluent la force du cadre réglementaire et les formalités encadrant la pratique générale des affaires. Ils prennent notamment en compte les résultats des pays au classement « État de droit » établi par la Banque mondiale ; différents classements de pays évaluant la facilité d’y « faire des affaires » (indice « Doing business ») ; le palmarès des législations écrites relatives aux investissements étrangers et au contrôle des fusions réalisé au cours d’une récente étude de la Global Law Intelligence Unit (cabinet Allen & Overy) ; etc.
- Les facteurs économiques mesurent la croissance et la stabilité économiques des pays. Ils intègrent les indicateurs économiques du FMI, notamment la taille et la croissance du PIB, l’inflation, la balance des paiements courants ; l’Indice de liberté économique de la Fondatio Héritage ; et les risques économiques structurels tels que définis par le bureau d'études Economist Intelligence Unit (EIU).
- Les facteurs financiers évaluent l’accès aux financements et le coût des affaires. Ils s’appuient notamment sur le développement des marchés d’actions et d’obligations (sources : Banque mondiale et Bloomberg) ; la disponibilité des prêts bancaires accordés par la Banque mondiale ; les coûts du travail (source : Banque mondiale) ; etc.
- Les facteurs politiques mesurent la stabilité et les risques des différents pays. Ils tiennent compte des notes obtenues au classement « Stabilité politique » de la Banque mondiale ; du classement « Corruption des dirigeants » de l’organisation Transparency International ; etc.
- Les facteurs technologiques déterminent si le climat est plus ou moins propice à l’esprit d’entreprise. Ils se fondent notamment sur le nombre de brevets délivrés selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle.
- Les facteurs socio-culturels s’intéressent à la population, aux compétences et à l’éducation. Ils s’appuient en particulier sur les données de la Banque mondiale relatives au nombre d’habitants et au niveau d’éducation des populations.

MARC
MARC is the Mergers and Acquisitions Research Centre at Cass, on the doorstep of the City of London – the first at a business school to pursue leading-edge research into the global mergers and acquisitions industry. MARC blends the expertise of M&A bankers, lawyers, consultants, accountants and other key market participants with the academic excellence of Cass to provide fresh insights into the world of deal making. Corporations, regulators, professional services firms, exchanges and universities will use MARC for swift access to research and practical ideas which guide their actions. From deal origination to completion, from financing to integration, from the hottest emerging markets to the board rooms of the biggest corporations, MARC covers the M&A spectrum. MARC is proud to have its Senior Sponsors, Allen & Overy, Credit Suisse and Ernst & Young, and Sponsor, Mergermarket, as research partners.

Cass Business School
Cass Business School, which is part of City University London, delivers innovative, relevant and forward-looking education, training, consultancy and research. Located in the heart of one of the world’s leading financial centres, Cass is the business school for the City of London. Our MBA, specialist Masters and undergraduate degrees have a global reputation for excellence, and the School supports nearly 100 PhD students. Cass offers the widest portfolio of specialist Masters programmes in Europe and our Executive MBA is ranked tenth in the world by the Financial Times. Cass has the largest faculties of Finance and Actuarial Science and Insurance in Europe. It is ranked in the top 10 UK business schools for business, management and finance research and 90% of the research output is internationally significant. Cass is a place where students, academics, industry experts, business leaders and policy makers can enrich each other's thinking.

About Ernst & Young
About Ernst & Young Ernst & Young is a global leader in assurance, tax, transaction and advisory services. Worldwide, our 141,000 people are united by our shared values and an unwavering commitment to quality. We make a difference by helping our people, our clients and our wider communities achieve their potential. Ernst & Young refers to the global organization of member firms of Ernst & Young Global Limited, each of which is a separate legal entity. Ernst & Young Global Limited, a UK company limited by guarantee, does not provide services to clients.

Dimanche 9 Janvier 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs