Journal quotidien finance & innovation
Financial Year Financial Year

Journal quotidien Finyear : finance & innovation all the year

 
 
 
              



Investissement & trésorerie des entreprises – baromètre 2017


Baromètre Euler Hermes 2017, Investissement et trésorerie des entreprises.



En 2017, 2 entreprises françaises sur 3 remettent l’investissement en marche :
- Pour la moitié des entreprises, la guerre des prix est le principal risque pesant sur la rentabilité ;
- 1 entreprise sur 3 envisage d’augmenter ses dépenses d’investissements en 2017 ;
- 9 entreprises sur 10 s’attendent à une amélioration ou stabilisation de leur trésorerie en 2017.

Grâce à l’appui de ses 23 délégations réparties sur l’ensemble du territoire français, Euler Hermes, le leader mondial de l’assurance-crédit, a interrogé, entre janvier et avril 2017, plus de 1 000 PME et ETI françaises sur leurs intentions d’investissement, l’état de leur trésorerie et de leur carnet de commandes. En résulte la quatrième édition de ce baromètre, qui, au regard du contexte macroéconomique de la France, apporte une analyse exclusive de la situation actuelle des entreprises et de leurs préoccupations en termes de demande et d’investissement, à l’aune d’un nouveau quinquennat.

Investissement : les entreprises ont toutes les cartes en main

La consommation des ménages sera le principal moteur de l’économie française en 2017, contribuant à hauteur de 1,1 point à la croissance du PIB, et attendue en hausse de +2,1% en 2017 et +2,3% en 2018 (+2,3% en 2016). Les ménages français reprennent confiance (indice à 100, son meilleur niveau depuis mai 2007). Aussi l’investissement des ménages devrait-il croître de +3,6% en 2017 et +4% en 2018, après +2,4% en 2016, en droite ligne avec le rebond du secteur de la construction. L’investissement public sera lui aussi au rendez-vous dès 2018. Il devrait augmenter de +2% dès 2018, après -0,7% en 2017 et -0,1% en 2016. « Toutes les composantes de l’investissement sont au rendez-vous. Après +2,8% en 2016, l’investissement total devrait accélérer à +3,2% en 2017», souligne Stéphane Colliac, économiste en charge de la France chez Euler Hermes.

Pour les entreprises, ce regain de demande est le bienvenu. Les chiffres d’affaires dans l’industrie hors énergie devraient croître plus rapidement en 2017 et en 2018 à +2,2% (+1,3% en 2016), aussi portés par d’avantage d’inflation (+1,1% en 2017 après 0,2% en 2016). En revanche, les marges des entreprises stagnent à 31,4% depuis deux trimestres, alors que l’effet des mesures de soutien (CICE) et du pétrole peu cher s’estompe. Le rôle des politiques économiques aura été majeur dans le rebond de l’investissement des entreprises : il s’est accéléré en 2016 (+3,6%), soutenu par la mesure de suramortissement, qui a contribué pour moitié à cette performance.

La levée des incertitudes entourant l’élection présidentielle française conduit Euler Hermes à réviser à la hausse son scénario de croissance de +1,4 à +1,5% en 2017 et de +1,3 à +1,5% en 2018. « Au-delà de la confiance, le programme économique du Président devrait porter l’investissement des entreprises par davantage de demande, un contre-choc fiscal et un plan d’investissement public », estime Ludovic Subran, Chef économiste d’Euler Hermes. Tout d’abord, la substitution des cotisations-employés par une hausse de 1,7 point de la CSG, et l’exonération de la taxe d’habitation pour 80% de la population française devraient soutenir la demande. Ensuite, la baisse de l’impôt sur les sociétés de 33,3% à 25% et le recul de 6 points des cotisations sociales employeur devraient stimuler les marges. Enfin, le plan d’investissement public de 50 Mds EUR prévus sur 5 ans devrait à peine permettre de renouer avec le niveau de 85 Mds EUR enregistré en 2012. D’ailleurs, le déficit public se maintient au-delà de 3% du PIB (3,2% en 2018).

« Au final, l’investissement des entreprises est attendu en hausse à +2,9% en 2017 et +3% en 2018. Malgré cette embellie, le gap d’investissement reste difficile à résorber : il s’élève à 38 Mds EUR (1), contre 40 Mds EUR en 2015. Au rythme actuel, il faudrait 15 ans pour combler ce retard », analyse Ludovic Subran.

Selon le baromètre d’Euler Hermes, la pression sur les prix est le problème majeur d’une entreprise sur deux, mais les fondamentaux financiers se sont renforcés

La moitié des entreprises interrogées évoquent la pression sur les prix comme le principal risque pesant sur leur rentabilité. C’est dans l’industrie automobile (66%) et la construction (55%) que cette menace est la plus prégnante. Elles sont seulement 18% à citer le manque d’activité, contre 23% en 2015. La visibilité sur les carnets de commandes est d’ailleurs meilleure. « La visibilité moyenne des entreprises s’est améliorée, passant de 5 mois en 2015 à 6,4 mois en 2017. 35% des entreprises françaises estiment avoir une visibilité sur leurs carnets de commandes de plus de 6 mois, alors qu’elles n’étaient que 24% il y a deux ans », confirme Stéphane Colliac.

Quand il s’agit des dépenses d’investissement, les entreprises restent préoccupées par les débouchés. Pour près de 9 entreprises sur 10, les perspectives de demande domestique ou à l’export sont un déterminant important (ou très important) de l’évolution des dépenses d’investissement (elles étaient 75% en 2015). Viennent ensuite le renouvellement de l’outil de production (54% contre 73% en 2015), le niveau d’endettement de l’entreprise (17% contre 53% en 2015) et les conditions de financement (16% contre 47%). Ces dernières se sont nettement améliorées.

Pour les entreprises interrogées, les trésoreries se sont consolidées en 2017 : elles sont 93% à déclarer avoir pu stabiliser ou améliorer leur trésorerie. Elles n’évoquent pas de problèmes de financement particuliers, en ligne avec le faible coût actuel du financement bancaire, et témoignent de délais de paiement plutôt contenus pour 8 entreprises sur 10. Euler Hermes estime que le cash cumulé, disponible dans les trésoreries des grandes entreprises non financières, avoisinerait les 355 milliards d’euros en 2016. Cela reste un niveau très élevé, qui a d’ailleurs progressé de +3% par rapport à 2015.

Une entreprise sur 3 envisage d’augmenter ses dépenses d’investissement en 2017 et 1 sur 2 jouera offensif

Avec une demande de retour, et des trésoreries renforcées, les entreprises françaises témoignent de velléités croissantes d’investissement. « En 2017, 2 entreprises françaises sur 3 investiront au moins autant qu’en 2016 (59% en 2015). Au final, 32% des entreprises envisagent d’augmenter leurs efforts d’investissements par rapport à 2016 », décrypte Hubert Leman, Membre du Comité Exécutif d’Euler Hermes France et Directeur des Engagements. Seulement 28% des entreprises françaises ne tournent pas à plein régime, d’où cette volonté d’investir plus pour répondre au supplément de demande.

« 53% des entreprises sondées privilégient un investissement offensif : augmentation des capacités de production, lancement d’une nouvelle activité, dépenses de R&D, opération de croissance externe ; elles étaient la moitié en 2015. Les secteurs des services (65% d’investissement offensif) et des biens de consommation (63%) semblent les plus offensifs, peut-être parce qu’ils y sont forcés par la révolution digitale », conclut Ludovic Subran.

Pour aller plus loin, téléchargez ci-dessous le baromètre (PDF 20 pages en français).

2017_05_17_barometre_investissement_vfinale2.pdf 2017_05_17_Barometre_Investissement VFinale2.pdf  (806.43 Ko)


(1) Ce gap d’investissement est basé sur l’écart entre le montant total des investissements par les entreprises dans l’économie à fin 2015 et le montant calculé sur la base d’une hypothèse de croissance trimestrielle de l’investissement de 0,7%, similaire au rythme de 2006. Il était de 83 milliards si l’on utilise 1% soit la tendance 2000-07 (Baromètre Euler Hermes 2015).

Crédit image : ©Thomas Bartel DDC by ESIEA
Crédit image : ©Thomas Bartel DDC by ESIEA
Laurent Leloup
Fondateur Finyear & Blockchain Daily News, consultant, conférencier.
Auteur de "Blockchain, la révolution de la confiance"
Membre d'honneur du Cercle TURGOT.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

FINYEAR

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

Sa newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation & Digital transformation.

Ses 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief Digital Officer

Finyear magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour choisir de recevoir un ou plusieurs médias Finyear

BLOCKCHAIN DAILY NEWS

Le quotidien Blockchain Daily News :
- Blockchain Daily News

Sa newsletter quotidienne :
- Blockchain Daily News Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Blockchain daily News, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Blockchain révolution.

Sa lettre mensuelle digitale :
- The Chief Blockchain Officer

Jeudi 18 Mai 2017
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Blockchain Daily News


Actus Nasdaq