Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Investissement en actions : doit-on jeter l’éponge ? (Robeco)


Ces dernières années les investisseurs en actions sont passés de crise en crise.




Les difficultés commencent mi-2007 avec les investissements dans les subprimes américains. De nombreux fonds et intervenants de marché s’engouffrent dans la faille, générant le début d’une crise du crédit. L’été 2008, les banques n’ont plus confiance les unes dans les autres et la crise hypothécaire se transforme en crise financière mondiale. La faillite de Lehman Brothers en septembre 2008 aggrave la situation. Les mesures de soutien sans précédent ne pourront empêcher cette crise de contaminer l’économie réelle, qui entre à son tour en récession. Les opérations de sauvetage des banques et les aides économiques pèsent considérablement sur le déficit budgétaire et sur la dette publique de presque tous les pays développés. En conséquence, nous sommes touchés cette année par la crise de la dette publique (européenne), avec la Grèce pour foyer.

Une question se poste alors : l’heure est-elle venue de jeter l’éponge sur les marchés d’actions ?
Pour les investisseurs qui ne souhaitent plus traverser une nouvelle crise, il s’agirait de la meilleure stratégie.
Mais gardons à l’esprit que les crises ont toujours existé, et celle-ci ne sera pas la dernière. Il s’agit là de la seule certitude qu’un investisseur peut avoir. Une crise a également un rôle clair : stopper en peu de temps les excès qui se sont instaurés sur une longue période, afin de créer un nouveau point de départ. De ce fait, une crise n’est pas uniquement une menace mais également une opportunité pour les investisseurs. Prenons l’exemple de la fin des années 90. Les investisseurs sont passés de la crise asiatique en 1997 à la crise russe en 1998. Et avec un rendement d’environ 100% en 1999 et 100% cumulé sur la décennie suivante, jeter l’éponge sur les marchés émergents n’aurait pas été une bonne idée.

La crise actuelle offre-t-elle des opportunités ? Je répondrais oui, définitivement. Les dépenses en infrastructures par exemple connaîtront une croissance sans précédent dans les prochaines années. Cette expansion sera alimentée d’un côté par l’énorme besoin des marchés émergents en infrastructures nouvelles, d’un autre par la nécessité de remplacer les infrastructures obsolètes et consommatrices d’énergies dans les pays développés. De plus, de nouveaux consommateurs ont émergé ces dernières décennies. La croissance élevée a permis le développement d’une classe moyenne dans les pays émergents. Cette population ne se contente plus du simple nécessaire et participe à la hausse de la demande en produits de luxe.

En 2009, les ventes d’automobiles en Chine ont surpassé celles aux Etats-Unis. En occident, l’engouement pour le digital a définitivement explosé : communiquer, se relaxer, acheter, travailler sont des activités de plus en plus digitalisées.

La crise a fait prendre conscience aux consommateurs, aux producteurs et aux gouvernements du fait qu’un changement est nécessaire pour atteindre une croissance durable. L’utilisation économique des sources d’énergies existantes et l’investissement dans les énergies alternatives sont devenus un standard, tant dans les pays développés qu’émergents. De grands Etats comme l’Allemagne, la Chine, le Brésil ouvrent la voie, ce qui est une chance. Après tout, une crise écologique mondiale, engendrée par une marée noire qui s’étendrait du Golf du Mexique aux autres océans, serait un véritable désastre.

Publication destinée aux investisseurs professionnels
Focus Thématique
Par Peter Ferket, gérant du fonds Rolinco (Robeco Gestions)

Informations importantes : Ce document possède un caractère privé et confidentiel ; il est à l'usage exclusif de la personne à laquelle il a été remis par Robeco Gestions. Il ne peut être diffusé, reproduite ou publiée partiellement ou intégralement à destination de tout tiers sans l'accord écrit préalable de Robeco Gestions. Les avis et opinions que Robeco Gestions est susceptible d'émettre notamment sur les marchés et/ou les instruments financiers ne peuvent engager sa responsabilité. Ce document a été réalisé dans un but d'information uniquement et ne constitue pas une offre ou une sollicitation en vue de la souscription à ces produits ; l'investisseur étant seul juge de l'opportunité des opérations qu'il pourra être amené à conclure. Avant toute transaction, l'investisseur doit s'assurer que les supports choisis correspondent à sa situation financière et à ses objectifs en matière de placement ou de financement, il doit prendre connaissance des prospectus de chaque OPCVM, comprendre la nature des supports choisis, leurs caractéristiques et leurs risques notamment de perte en capital. Les informations légales devant être remises avant toute souscription d'OPCVM, notamment les prospectus complets et simplifiés, sont disponibles auprès de Robeco Gestions ou sur le site Internet robeco.fr. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse. Robeco Gestions est agréé par l'AMF en tant que société de gestion depuis le 1er juillet 1997. N° d'agrément : GP 97-72

Robeco Gestions

Jeudi 9 Septembre 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs