Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Interview de Fabien Jacquot, Président de Bottomline Technologies France





Fabien Jacquot
Fabien Jacquot
DSO : Monsieur Fabien Jacquot, bonjour. Vous êtes Président de Bottomline Technologies France, fournisseur de services et de progiciels d'automatisation permettant de gérer le cycle achat-règlement ainsi que le processus de facturation clients. Pourriez-vous nous présenter votre société et ses solutions?

FABIEN JACQUOT : Créée en 1989 aux Etats-Unis, Bottomline Technologies (Nasdaq: EPAY) avec un chiffre d'affaires de 120 millions de dollars est un prestataire international de services et fournisseur de progiciels d'automatisation des achats et du traitement des factures reçues et émises pour les entreprises, organisations du secteur public et institutions financières.

Afin de répondre aux attentes du marché français et d'une manière plus large pour répondre à la demande de l'Europe continentale, Bottomline a ouvert une filiale française. Notre offre est destinée à répondre aux attentes des sociétés hexagonales en matière d'externalisation de certains traitements de documents ne faisant pas partie du coeur de métier de l'entreprise. Notre tâche consiste à traiter au nom des entreprises des documents financiers et ne fournir comme résultat de ces traitements, que des données validées pour intégration dans l'ERP ou système comptable dans un cycle n'excédant pas 24 heures.

Bottomline compte déjà 9 000 clients dont déjà quelques-uns en France et traite plus de 3 millions de factures chaque semaine émises par plus de 200 000 fournisseurs européens.

Implanté aux USA, UK, France, Australie, Bottomline compte plus de 650 collaborateurs. Parmi les nombreux partenariats techniques Bottomline est un partenaire agrée d'Oracle et entretien des relations privilégiées avec de nombreux éditeurs de progiciels.
Implanté aux USA, UK, France, Australie, Bottomline compte plus de 650 collaborateurs. Parmi les nombreux partenariats techniques Bottomline est un partenaire agrée d'Oracle et entretien des relations privilégiées avec de nombreux éditeurs de progiciels.

Le Groupe HSBC en partenariat avec Bottomline propose depuis le début de l'année, à ses clients ayant une forte volumétrie de factures, le service HSBC API (Automatisation des Paiements par Intégration). Cette solution à forte valeur ajoutée, déjà déployée avec succès au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, est proposée dans le cadre de l'optimisation de la "supply chain" financière et permet une gestion automatisée des factures quelques soient leurs formats.


Bottomline permet aux entreprises d'améliorer significativement la gestion de leurs comptabilités fournisseurs grâce à l'automatisation des traitements du cycle complet d'achat-règlement. Quels avantages concrets apportez-vous à vos clients ?

Bottomline offre une palette de services permettant en effet d'améliorer les traitements du cycle achats-règlements. Cette offre modulaire propose la gestion des commandes et leur acheminement vers les fournisseurs, le traitement des factures reçues et leur rapprochement avec commande ou livraison, imputation comptable et au travers d'un workflow mise à disposition des informations pour le Système d'Information. Dès le démarrage du service, grâce à nos traitements, nos clients bénéficient de factures électroniques, livrées dans leur ERP après validation et imputation comptable gérées automatiquement. De ce fait, les gains et le retour sur investissement sont atteints très rapidement.

Bottomline permet également de simplifier la gestion des paiements en constituant les instructions de paiement à destination des établissements financiers pour des réglèments domestiques et internationaux aidant la transition vers le SEPA.

Au delà de la capacité de traiter tous les formats de factures ainsi que toutes les langues, notre offre se distingue car elle ne limite pas à la seule dématérialisation. Si notre démarche permet des réductions de coûts significatives et une amélioration de la relation fournisseurs mais permet également de répondre aux objectifs financiers des entreprises sur leur Supply Chain. Notre portail permet en effet aux acheteurs et fournisseurs de travailler ensemble sur les délais de paiement en fonction des enjeux de chacun et donc en favorisant les deux parties. Paiement anticipé contre remise sur le montant facture, réglement anticipé par un tiers, décalage des échéances de paiement, etc, sont ainsi possibles car Bottomline s'engage à traiter et valider les factures à J+1 et offre une visbilité partagée sur ces statuts de validation. Une relation collaborative entre fournisseurs et acheteurs est ainsi possible et ils peuvent décider d'associer un tiers financeur pour apporter de la souplesse dans les flux financiers.

En dernier volet, afin de faciliter la facturation vers les clients pour les fournisseurs, notre offre permet de récupérer des informations de facturation créées au sein du système d'information afin de créer les factures en fonction des formats attendus par les clients.


Avez-vous des conseils ou recommandations à présenter à nos lecteurs professionnels ?

En matière de fonctionnement comptable, les entreprises vivent encore sous la contrainte du document papier. Malgré les initiatives de facturation électronique, la dominance du document papier perdure. Bottomline propose de traiter l'existant majoritairement en format papier tout en assurant une migration réaliste vers les formats électroniques (Edifact, xml, etc) et la dématérialisation fiscale affranchissant progressivement les échanges de factures du support papier.

En matière de financement, les entreprises sont soumises au besoin d'amélioration de leur fonds de roulement. Notre démarche vise à évaluer et mettre en place de nombreuses possibilités collaboratives offertes dans la 'supply chain' financière avec comme pré-requis des processus de traitement mieux maitrisés et des temps de validation raccourcis. Tout ceci peut se conjuguer comme un service facturable à la transaction ne requérant aucun investissement technologique.

A bientôt pour une prochaine interview.

Dimanche 21 Janvier 2007
Notez






Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News