Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Interview de Eric Desquatrevaux, Directeur associé de la société AVIZO





Interview de Eric Desquatrevaux, Directeur associé de la société AVIZO
CFO-news : Monsieur Eric DESQUATREVAUX, bonjour. Vous êtes directeur associé de la société AVIZO. Vous lancez une activité au concept novateur : Neonia, le contrôle de vos conditions bancaires. Pourquoi cette nouvelle activité ?
Eric Desquatrevaux : Bonjour, j'ai fondé en 2004 Avizo, société de conseil en systèmes informatiques. Avizo distribue principalement des logiciels de gestion de trésorerie, de rapprochement comptable et de télétransmission bancaire.
Constatant que l'acquisition d'un logiciel de gestion de trésorerie n'était pas toujours la juste réponse nous avons lancé une nouvelle activité qui répond mieux aux besoins et contraintes de certaines sociétés.

Ses besoins et contraintes quels sont ils ?
Un besoin de contrôle de la bonne application des conditions bancaires négociées et des contraintes de budget empêchant l'acquisition d'un logiciel de trésorerie ou l'embauche d'un trésorier.

Votre nouvelle offre vient sécuriser une zone d'ombre au sein du département financier de l'entreprise, quelle est elle ?
Nous constatons parfois que le directeur financier négocie les conditions bancaires avec son banquier et que le responsable comptable enregiste les charges. Mais le contrôle de la bonne application des conditions bancaires durement négociées échappe généralement aux process en place.

Quelles sont les commissions que vous contrôlez ?
Nous contrôlons l'ensemble des commissions prélevées sur les comptes bancaires mais nous portons une attention toute particulière à la commission de mouvement, à la commission de plus fort découvert et aux intérêts débiteurs qui sont des commissions techniques qui nécessitent des outils et un savoir faire particulier.

Pouvez vous nous donnez un exemple ?
Prenons la commission de mouvement : c'est une commission basée sur les mouvements débiteurs. Cela peut être sur l'ensemble des mouvements débiteurs ou bien sur les mouvement débiteurs commerciaux. Les débits dus aux impôts et taxes, salaires et charges salariales, virements de trésorerie et opérations de change devraient alors être exonérés, chose que nous ne constatons pas toujours. De même la présentation du taux appliqué diffère suivant les banques : ainsi entre un taux d' ¼ °/00 de 0,25 % ou de 0,025, le taux varie du simple au centuple sans que vous ne le perceviez réellement.
Seul l'utilisation d'un logiciel de trésorerie par une personne dûment formée permet un contrôle fiable.

Comment procédez vous ?
Notre client nous adresse les conditions générales et/ou particulières qui lui sont appliquées puis nous transmet mensuellement ou trimestriellement les fichiers de ses relevés de comptes accompagnés de ses échelles d'intérêts, ticket d'agios et autres relevés de commissions. Nous intégrons les relevés de comptes dans notre logiciel de trésorerie et vérifions l'ensemble des commissions bancaires prélevées.
A l'issue du contrôle nous transmettons notre rapport d'audit accompagné des lettres de réclamations à adresser à la banque si des anomalies ont été détectées.

Est ce que cela coûte cher, quel est le montant de vos honoraires ?
C'est gratuit pour le client. Je m'explique : hormis des frais de dossier initiaux, nous nous rémunérons uniquement qu'au pourcentage de rétrocessions obtenues par les soins du client auprès de sa banque (success fees).

Votre client est donc toujours gagnant ?
En effet, si nous ne détectons aucune sur-facturation, le directeur financier est rassuré quant à la bonne application des conditions bancaires sans que cela ne lui coûte rien. Si des rétrocessions lui sont accordées, il en récupère ainsi la majeure partie qu'il n'aurait pas obtenue sans notre information.

Comment vous contacter ?
Rendez vous sur notre site web [www.neonia.fr]url:http://www.neonia.fr pour découvrir notre offre et obtenir l'ensemble de nos coordonnées.

Je vous remercie et vous donne rendez-vous dans un prochain numéro.

Lundi 2 Avril 2007
Notez






Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs