Industrie européenne : une question d’état d’esprit


Par Gérard Moulin, gérant du fonds Delubac Exceptions Pricing Power




Avant d’être politique, l’Europe a été industrielle. En créant la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA) en 1952, les pères fondateurs ont en effet privilégié l’intégration de deux filières économiques fortes de l’époque, rendues stratégiques par les contraintes de reconstruction d’alors. 60 ans plus tard, l’industrie est la grande oubliée de l’idée européenne, qui pâtit aujourd’hui d’un retour au national. Prenons la Grèce. Les efforts pour un règlement purement comptable de son déséquilibre budgétaire font l’impasse sur l’essentiel : l’industrialisation du pays (et non sa « réindustrialisation », faute d’un tissu industriel préalable). Or s’il est une bonne nouvelle pour le pays, c’est bien la hausse mécanique de sa productivité induite par le recul des salaires. Le moment est donc venu de jeter les bases d’un tissu économique viable. Ne reste plus qu’à donner l’impulsion. C’est là que l’Union européenne doit jouer un rôle. Car les sommes déboursées pour aider le pays à subvenir à ses fins de mois seraient bien mieux employées si elles soutenaient en réalité son industrialisation, par exemple sous la forme de subventions ciblées.

Et c’est bien là le problème. Sommée de gérer l’urgence, l’Europe ne prévient pas les problèmes et reste prisonnière de logiques purement nationales. Prenons l’usine de Renault à Tanger. Une politique industrielle paneuropéenne aurait très bien pu amener le groupe à opter pour une implantation locale (pourquoi pas en Grèce ?), à condition qu’elle découle d’une stratégie prospective réellement portée vers l’intérêt économique de ses maillons faibles.

Autre (contre)exemple : EADS. La classe politique allemande s’est dressé vent debout lorsque le patron du groupe européen, Tom Enders (lui-même allemand), a souhaité transférer des compétences de R&D sur le site d’Airbus à Toulouse. Que l’état-major d’un groupe aussi emblématique qu’EADS soit bloqué par des considérations de politique nationale au détriment de son intérêt économique témoigne du prisme cocardier (et finalement suicidaire) des gouvernants européens.

Variés, tous ces exemples convergent sur un point : l’industrie européenne ne manque ni d’atout, ni de moyen. Ce dont elle manque, c’est d’un état d’esprit qui dépasse les frontières nationales. Un constat qui rappelle la crise de la dette, pour laquelle chaque pays est sommé de se débrouiller seul, quitte à solliciter directement ses compatriotes pour subvenir à ses propres besoins de financement. A quand le premier eurobond indistinctement souscrits par les particuliers européens ? Ce jour-là, l’idée européenne aura fait un bond.

Mercredi 21 Mars 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

ENGLISH
Articles and press releases are provided as is and have not been edited or checked for accuracy.
Any queries should be directed to the company issuing the press release or to the author issuing the article.
If you have a question for the author, or would like to comment on this article, use the box above. Your comment will be moderated before publication.
Your comment or question will appear below and the author or Finyear editor will be able to respond. Please note that your name will appear next to your comment (not your email).
Finyear does not offer financial advice of any kind and the opinions of authors are not necessarily those of Finyear.
By posting your comment, you agree to our acceptable use policy. If you read anything here that you consider inappropriate or offensive, please contact the adress : contact (at) finyear.com
Finyear: Daily News & Best Practices for the Finance Executives (CFO, Treasurer, Controller, Credit manager, accountant, financial executive, etc...).

The Financial Year by Finyear. Copyright Finyear 2007-2013. You may share using our article tools.
Please don't cut articles from Finyear.com and redistribute by email or post to the web without permission: contact (at) finyear.com

FRANCAIS
Les articles et les communiqués de presse sont fournis tels quels et n'ont pas été modifiés ou vérifiés.
Toute demande de renseignement doit être adressée à la société émettrice du communiqué de presse ou à l'auteur de l'article.
Si vous avez une question pour l'auteur, ou si vous désirez commenter cet article, utilisez la boîte ci-dessus. Votre commentaire sera modéré avant publication.
Votre commentaire ou question ci-dessous apparaîtra et l'auteur ou l'éditeur Finyear sera en mesure de répondre.
Veuillez noter, s'il vous plaît, que votre nom apparaîtra à côté de votre commentaire (pas votre adresse email).
Finyear n'offre pas de conseils financiers de quelque nature que ce soit et les opinions des auteurs ne sont pas nécessairement celles de Finyear.
En postant votre commentaire, vous acceptez notre politique d'utilisation et nos mentions légales.
Si vous lisez quelque chose ici que vous considérez inapproprié ou offensant, s'il vous plaît contacter l'adresse: contact (at) finyear.com
Finyear: actus quotidiennes et meilleures pratiques pour les cadres financiers (CFO, trésorier, contrôleur, gestionnaire de crédit, comptable, cadre financier, etc ..).

The Financial Year by Finyear. Copyright Finyear 2007-2013. Vous devez utiliser nos outils de partage situés sur les articles.
SVP ne coupez-pas les articles issus de Finyear.com, ne les reroutez-pas par message sur le web sans autorisation : contact (at) finyear.com


Lettres Finyear



Conférences


Magazine n°33


FY Research


Livres Blancs



L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30