Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Il faut décentraliser le cloud computing français


Interview de Didier Soucheyre, président de Neo Telecoms.




Didier Soucheyre
Didier Soucheyre
Quelles-sont les priorités pour le cloud computing Français ?

Mailler l’hexagone de datacenters de nouvelle génération est une priorité. Il faut en finir avec la vision jacobine de l’aménagement numérique du territoire, actuellement, les capacités d’hébergement sont inégalement concentrées sur le territoire français. En région, la plupart des datacenters, pour ne pas dire des espaces de stockage pour certains, sont plus qu’obsolètes et incompatibles avec les impératifs du cloud computing.

De nombreux territoires français souffrent aujourd’hui de cette mauvaise répartition et de ce manque d’infrastructures en région. La plupart d’entre eux ne disposent pas de capacités d’hébergement suffisantes pour répondre aux nouveaux usages. Sur les 136 datacenters répertoriés en France, faut il se demander combien d’entre eux sont obsolètes ?

Cela permettra t’il de résoudre les problématiques rencontrées par certains territoires ?

En partie, car la connectivité Très Haut Débit représente également un enjeu vital pour les régions : complément essentiel des capacités d’hébergement mises en place au plus près des pôles économiques, le réseau de transport vers les régions est également un enjeu clé pour développer le marché du « cloud computing » régional. En effet, il n’est pas rare de voir que certains territoires disposent encore d’une offre de connectivité inférieure à 100mega, bien souvent à des tarifs prohibitifs. Alors que le très haut débit constitue un levier de développement économique indéniable, comment accepter de telles disparités ? Afin d’apporter le débit nécessaire aux performances des datacenters, il ne faut pas hésiter à étendre les réseaux et allumer de la fibre noire sur plusieurs centaines de kilomètres. Ces nouvelles liaisons fibres permettront à des entreprises implantées en région de bénéficier de services jusqu’alors uniquement disponibles dans les grandes métropoles comme Londres, Amsterdam ou Paris.

Vous parlez de décentraliser le cloud français, comment allez vous faire ?

Décentraliser grâce à des partenaires locaux, est un de nos choix stratégique. Pour fonctionner et rendre les services attendus, le cloud computing régional doit se positionner au cœur d’un écosystème. Constitué à la fois des entreprises utilisatrices c’est à dire la demande, mais également d’offres de services et d’applications, orchestrées par des intégrateurs locaux. Notre objectif en recrutant des revendeurs et des intégrateurs est d’accélérer le développement d’un réseau de datacenters régionaux, en nous appuyant sur des compétences reconnues et appréciées des entreprises locales.

Mardi 22 Mai 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs