Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Il est sans doute trop tôt pour éteindre les lampions de la fête


Chaque mois, Swiss Life Banque Privée analyse les temps forts qui ont rythmé les marchés financiers et expose les choix et convictions de l’équipe de Gestion.




De mémoire de boursiers, il faut remonter à l’année 2000, voire avant, pour retrouver une période aussi enthousiaste, pour ne pas dire euphorique. Nous connaissions des marchés de flux, depuis quelques trimestres, avec des dégagements des marchés de taux vers les actifs plus risqués et, depuis janvier, nous assistons à un véritable phénomène d’entonnoir sur les marchés actions européens, avec des rendements qui continuent à baisser ou passent même en territoire négatif.

Les investisseurs internationaux ont identifié l’Europe, dans sa globalité, comme une situation de retournement et interviennent souvent sur les indices, sans prendre la peine de sélectionner des valeurs.
Question de valorisation par rapport à des marchés qui ont bien monté, comme les Etats-Unis, mais question aussi d’environnement macroéconomique beaucoup plus favorable aujourd’hui avec la baisse de l’euro, du pétrole et des rendements sur les marchés de taux. D’autant que le trend continue à décélérer dans les économies émergentes.
Il faudra « juste » être attentif aux prochaines publications en Europe, et s’assurer ensuite que l’investissement se renforce pour éviter que le soufflé ne retombe et ne pas perdre de vue les paramètres qui ont créé les conditions d’une reprise.

Etats-Unis : un premier trimestre 2015 un peu à l’image de celui de 2014

Aux mêmes causes, les mêmes effets. Comme début 2014, la météo est venue contrarier les statistiques et les grèves, qui ont affecté certains ports, d’une part , la stabilisation des exportations à cause du dollar, d’autre part, n’ont rien arrangé. On a donc eu des chiffres en demi-teinte, mais la consommation reste solide et dispose même d’un potentiel d’accélération. Le crédit à la consommation en atteste (+5.9 % en février).
Nous pourrions connaître une augmentation de la production industrielle, une meilleure tendance en termes d’embauches (en février, les offres d’emplois étaient sur un pic de 14 ans) et des hausses de salaires plus marquées.
En attendant confirmation, les perspectives de changement de politique de la Fed semblent s’éloigner et les taux, comme le dollar, pourraient marquer une pause. A noter que le terme « patience » ne figure plus dans les minutes du FOMC, mais on attendra que l’inflation se renforce.

Japon : la croissance reste modérée

Les derniers chiffres de croissance relatifs à la fin 2014 sont ressortis en-deçà des attentes, à +1.5 %, au lieu de 2.2 % attendu. Quant au niveau d’inflation, qui était, rappelons-le, une des principales cibles des Abenomics, il est à 0 en février, retraité de la hausse de la t.v.a. décidée il y a un an.
De ce fait, la Banque du Japon n’exclue pas de nouvelles mesures.
En revanche cela n’empêche pas les indices actions de continuer à progresser. Il est vrai que l’énorme fonds de pension GPIF a commencé depuis plusieurs mois, comme on le lui a ordonné, à augmenter très sensiblement son exposition actions ; or ses encours représentent la bagatelle de 25 % du PIB japonais. Il est clair que ces interventions ne passent pas inaperçues.

Zone euro / Europe : tout finit par arriver, avec un euro et un pétrole, qui ont baissé et des taux de plus en plus bas

Pas question de généraliser, la situation en Europe doit être appréciée pays par pays, mais globalement nous assistons à une confirmation de ce que nous présentions depuis quelques semaines : non seulement l’environnement a cessé de se dégrader, mais on relève des signaux positifs un peu partout et dans l’ensemble des secteurs économiques.
L’impact de la baisse de l’euro et des cours du brut commence à se traduire par un regain d’activité dans la zone euro, qui renoue en mars, avec des indices PMI nettement au-dessus des 50, voire des 55. L’Allemagne retrouve sa place de locomotive mais la France a du mal à rester dans le peloton.
Le nouveau programme de rachats d’actifs de la BCE a commencé en mars et devrait contribuer à soutenir le crédit ; il se justifie, entre autres, par le sentiment que les prix resteront durablement bas en zone euro.
Le cycle économique actuel ne pourra permettre une nouvelle dynamique de l’inflation que, si la croissance est plus soutenue. Et seule une reprise de l’investissement peut, à ce stade, créer un contexte plus tonique (d’où le retour de mesures favorables à l’investissement dans les thématiques mises en avant par les pouvoirs publics français).
Ne rêvons pas, la France connaîtra quand même une croissance encore faible en 2015 (sans doute supérieure à 1.5 %) malgré le nouveau dispositif fiscal d’amortissement très favorable à certains investissements. Mais, nonobstant le fait qu’il devrait rester marginal, il jouera, dans un premier temps, sur les marges des entreprises mais peu sur l’emploi. Il faudrait une croissance beaucoup plus forte pour que le taux de chômage diminue.
Mais revenons un instant sur certains pays périphériques, dont beaucoup ne voulaient plus entendre parler il y a encore un an. Certes, le chemin est encore long pour l’Italie et l’Espagne, mais ces économies ont retrouvé une certaine compétitivité, grâce à des réformes structurelles et une baisse des coûts. Le niveau des taux espagnols traduit bien ce regain de confiance. Même le Portugal envoie des signaux positifs, malgré un endettement des ménages et des entreprises encore élevé.
Dans ces pays il faudra également que reprennent les investissements et, de ce point de vue, l’Italie est sans doute le pays européen, qui a pris le plus de retard, ces dernières années.
Difficile de ne pas évoquer certaines consultations électorales risquant de créer quelques tensions, notamment en Espagne ou au Royaume-Uni, où le bipartisme, qui a longtemps prévalu, pourrait bien voler en éclats.
Deux économies, qui récoltent aujourd’hui les fruits de plans d’austérité sévères, la première se voyant gratifiée de prévisions de croissance de 2.8 % pour cette année et la seconde ayant connu une telle croissance l’an dernier.
Et pourtant, si les intentions de vote en faveur de Podemos en Espagne sont en baisse régulière depuis quelques semaines, la partie ne sera pas facile pour Rajoy et, outre-Manche, Conservateurs et Travaillistes sont au coude à coude, les assurant d’être obligés de trouver des alliances.
A l’autre bout de la Méditerranée, la Grèce continue à être une épine dans le pied de l’Europe et revient régulièrement sur le devant de la scène.

Zones émergentes : le ralentissement de la Chine aidera t-il l’Inde à gagner son pari en 2015 ?

Pékin reste vigilant par rapport à l’état du marché immobilier et continue à gérer une décélération de la croissance (à en juger par les derniers indices PMI en baisse), via une politique de stimuli et une politique monétaire susceptible de sortir du cadre strictement conventionnel.

L’inde connaît en ce moment un léger tassement de l’activité, surtout au niveau domestique ; la baisse des taux début mars s’avère donc bien justifiée, mais Delhi ambitionne d’afficher la plus forte croissance mondiale en 2015.

Le Brésil est en proie à des révisions en baisse de prévisions de croissance qui n’en finissent plus et le consensus prévoit une contraction de 1 % du PIB pour 2015 (-0.5 % prévu fin février…). Et ce n’est pas l’impopularité grandissante de Dilma Roussef, contestée par son propre ministre des finances, qui améliorera le climat.

Globalement, il faudra se contenter d’une croissance de 1 % au lieu des 2.2 % prévu il y a encore quelques semaines ; la première économie est en panne et le Vénézuéla est quasiment en faillite. Le Chili, la Colombie ou le Mexique n’y suffiront pas et, par ailleurs, les pays producteurs de matières premières sont les plus affectés.

Achevé de rédiger, le 20 avril 2015

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

L'ordonnance du 20 août 2014 (n°2014-947) a introduit deux taux différents, l'un s'appliquant aux créanciers personnes physiques n'agissant pas pour des besoins professionnels, l'autre "pour tous les autres cas".

Le gouvernement a également instauré un calcul semestriel du taux légal calculé "en fonction du taux directeur de la Banque centrale européenne sur les opérations principales de refinancement et des taux pratiqués par les établissements de crédit et les sociétés de financement".

Comme prévu par l'article 2 de l'ordonnance du 20 août 2014, les deux nouveaux taux ont été fixés par arrêté pour leur entrée en vigueur dès le 1er janvier 2015.

L'arrêté du 23 décembre 2014 publié au JO le 27 décembre 2014 indique ainsi que :
"Pour le premier semestre 2015, le taux de l'intérêt légal est fixé :
1° Pour les créances des personnes physiques n'agissant pas pour des besoins professionnels : à 4,06% ;
2° Pour tous les autres cas : à 0,93%."


Rappelons que :
- En 2014, il était de 0,04%
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


INFORMATIONS LÉGALES

Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

AVERTISSEMENT LÉGAL CONCERNANT LES COMMENTAIRES ET AVIS D'EXPERTS:

Les commentaires et avis d'experts figurant dans cette série d'articles publiés par Finyear sont émis à titre d’information et ne doivent pas être considérés comme un conseil d’investissement.

Plus particulièrement, les contenus figurant sur ce site Internet Finyear.com ne sauraient être interprétés comme des conseils fournis ou approuvés par tout membre du Groupe Finyear, ou comme une sollicitation ou une incitation à souscrire, vendre ou acheter un quelconque instrument financier.

Les analyses et opinions exprimées sont celles des sociétés et experts référencés dans chaque article à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ces articles document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des auteurs. Des événements imprévus peuvent se produire.
Ces commentaires et avis sont fournis uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres professionnels ou investisseurs qualifiés.

Le site Internet Finyear.com ne contient aucun conseil financier, fiscal ou commercial, ni aucun conseil en investissement ou autre conseil proposé ou recommandé par le Groupe Finyear (et ne doit pas être interprété comme fournissant de tels conseils), et ne doit pas être considéré comme une liste des cours de placement, ni comme une offre, une incitation ou une sollicitation, en vue de la souscription, l'achat ou la vente de tout instrument financier.

Toute personne prenant une décision d'investissement en se fondant sur des informations disponibles sur Finyear.com agit à ses propres risques, et Finyear (y compris ses filiales) ne saurait en aucun cas être tenue responsable de toute perte subie de ce fait.

Tous les efforts ont été fournis afin de s’assurer de la justesse de l’information délivrée mais aucune assurance ou garantie ne peut être donnée.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur

Le magazine bimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mercredi 6 Mai 2015
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News