Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Halloween : 5 graphiques effrayants sur l'économie mondiale


Pour fêter Halloween, voici cinq graphiques « effrayants » dont Freddy Krueger n’aurait pas à rougir !




M&G et bondvigilantes.com sont fiers de vous présenter les graphiques les plus terrifiants sur l’économie mondiale.
Vous en rirez, vous en pleurerez. Vous serez stupéfaits, envoûtés, déconcertés, amusés. Bien entendu, ce qui suit est déconseillé aux âmes sensibles. Vous aurez été prévenus.

1. Le risque fait fuir les entreprises

Une pléthore d’obligations d’entreprises à faibles taux d’intérêt a été émise depuis la crise financière. Qu’ont fait les entreprises de toutes ces liquidités que les marchés financiers leur ont prêtées ? Dans l’immense majorité des cas, les sociétés américaines ont mené des opérations de rachats d’actions et de fusions/acquisitions, contribuant à pousser le marché d’actions à la hausse. Seul un faible pourcentage des sommes mobilisées par les entreprises américaines sur les marchés obligataires a servi aux dépenses d’investissement. Cela indique que les entreprises hésitent encore à prendre des risques, même dans un environnement dans lequel beaucoup considèrent que l’économie américaine peut faire face à des taux d’intérêt plus élevés.

2. Aucune échappatoire pour les investisseurs

Autrefois, les investisseurs pouvaient compter sur la bonne tenue de leurs obligations en portefeuille lorsque les actions faisaient l’objet d’un mouvement de vente massive, et vice versa. Plus maintenant. Une analyse réalisée par le FMI montre que les classes d’actifs évoluent de plus en plus dans la même direction. Autrement dit, la règle d’or en matière d’investissement, diversifier, n’est plus aussi pertinente qu’auparavant. Ce qui est inquiétant, c’est que la tendance qu’ont les cours des actifs mondiaux à évoluer de concert atteint aujourd’hui un niveau record et que les corrélations sont restées élevées même durant les périodes de faible volatilité. Un sentiment de grande frayeur sur les marchés d’investissement pourrait réellement éprouver la fragilité du système financier en cas de chute des valeurs de l’ensemble des actifs.

3. Des prévisions terrifiantes

Les prix des produits sont extrêmement volatils et imprévisibles, comme en témoigne le prix du pétrole brut fixé par le marché à terme. Ce phénomène constitue un défi de taille pour les autorités des pays riches en ressources. Dans la majorité des pays exportateurs de matières premières, une part importante des recettes publiques provient des ressources naturelles. Le choc qui secoue actuellement le prix des matières premières pourrait exercer de fortes pressions sur les comptes publics, notamment dans les régions troublées comme le Moyen-Orient, le Nigéria, la Russie et le Venezuela. Ceux qui prévoient (pour ne pas dire espèrent) un rebond des prix des matières premières risquent d’être déçus.

4. Une exposition monstrueuse aux produits dérivés

La valeur notionnelle des instruments dérivés au sein du système financier mondial s’élève à environ 630 000 milliards USD. À titre de comparaison, la valeur du PIB mondial est estimée à 77 300 milliards USD. Ce chiffre de 630 000 milliards est certes considérable, mais l’importance des risques liés au marché mondial des produits dérivés est exagérée. Le montant notionnel ne reflète pas les actifs exposés au risque dans une opération sur dérivés. Selon la BRI, la valeur brute du marché mondial des produits dérivés négociés de gré à gré s’élève à 20 900 milliards USD (proche d’un tiers du PIB mondial).

5. Les efforts pour empêcher le réchauffement climatique sont insuffisants

Et pour finir, voici le graphique le plus terrifiant de tous. Les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter à l’échelle mondiale, au détriment de l’environnement. L’OCDE estime que ces émissions augmenteront de plus de 50 % d’ici à 2050, sous l’impact d’une hausse de 70 % des émissions de dioxyde de carbone liées à la consommation d’énergie. La demande énergétique devrait progresser de 80 % d’ici à 2050. Si ces prévisions se confirment, les températures mondiales devraient augmenter de 3 à 6 degrés Celsius. Un tel phénomène modifierait les systèmes de précipitations, ferait fondre les glaciers, entraînerait la montée du niveau des océans et accentuerait les phénomènes météorologiques extrêmes à des niveaux sans précédent. Les bouleversements naturels qui l’accompagneraient pourraient avoir des résultats catastrophiques ou irréversibles sur l’environnement et la société.

D’un point de vue économique, le principal problème lié aux efforts de réduction des émissions de CO2 est que le monde développé doit trouver un moyen de subventionner les pays en développement afin qu’ils adoptent des technologies exploitant les énergies renouvelables (plus coûteuses). Le coût pourrait atteindre plusieurs centaines de milliards de dollars. Les pays en développement rétorquent que les pays développés devraient assumer l’essentiel des efforts de réduction des émissions dans la mesure où les émissions par habitant sont plus élevées dans les pays riches.

Heureusement, des mesures sont mises en œuvre pour tenter de limiter la hausse des émissions de gaz à effet de serre. Quatre-vingt-une multinationales ont signé un engagement parrainé par la Maison-Blanche visant à prendre des mesures plus énergiques concernant le changement climatique. En fin d’année, la France accueillera la « COP21/CMP11 », une conférence des Nations unies dont l’objectif est de conclure un nouvel accord international sur le climat afin de contenir le réchauffement de la planète en dessous de 2 degrés Celsius. Et pour les innovateurs, un prix de 20 millions USD a été mis en jeu et sera remis à quiconque parviendra à développer des technologies permettant de convertir les émissions de dioxyde de carbone des centrales électriques et des sites industriels en produits de valeur comme les matériaux de construction, les carburants de substitution et d’autres objets du quotidien.
Halloween : 5 graphiques effrayants sur l'économie mondiale

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL & TAUX INTERBANCAIRES

L'ordonnance du 20 août 2014 (n°2014-947) a introduit deux taux différents, l'un s'appliquant aux créanciers personnes physiques n'agissant pas pour des besoins professionnels, l'autre "pour tous les autres cas".

Le gouvernement a également instauré un calcul semestriel du taux légal calculé "en fonction du taux directeur de la Banque centrale européenne sur les opérations principales de refinancement et des taux pratiqués par les établissements de crédit et les sociétés de financement".

Comme prévu par l'article 2 de l'ordonnance du 20 août 2014, les deux nouveaux taux ont été fixés par arrêté pour leur entrée en vigueur dès le 1er janvier 2015.

L'arrêté du 23 décembre 2014 publié au JO le 27 décembre 2014 indique ainsi que :
"Pour le premier semestre 2015, le taux de l'intérêt légal est fixé :
1° Pour les créances des personnes physiques n'agissant pas pour des besoins professionnels : à 4,06% ;
2° Pour tous les autres cas : à 0,93%."


Rappelons que :
- En 2014, il était de 0,04%
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


INFORMATIONS LÉGALES

Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

AVERTISSEMENT LÉGAL CONCERNANT LES COMMENTAIRES ET AVIS D'EXPERTS:

Les commentaires et avis d'experts figurant dans cette série d'articles publiés par Finyear sont émis à titre d’information et ne doivent pas être considérés comme un conseil d’investissement.

Plus particulièrement, les contenus figurant sur ce site Internet Finyear.com ne sauraient être interprétés comme des conseils fournis ou approuvés par tout membre du Groupe Finyear, ou comme une sollicitation ou une incitation à souscrire, vendre ou acheter un quelconque instrument financier.

Les analyses et opinions exprimées sont celles des sociétés et experts référencés dans chaque article à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ces articles document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des auteurs. Des événements imprévus peuvent se produire.
Ces commentaires et avis sont fournis uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres professionnels ou investisseurs qualifiés.

Le site Internet Finyear.com ne contient aucun conseil financier, fiscal ou commercial, ni aucun conseil en investissement ou autre conseil proposé ou recommandé par le Groupe Finyear (et ne doit pas être interprété comme fournissant de tels conseils), et ne doit pas être considéré comme une liste des cours de placement, ni comme une offre, une incitation ou une sollicitation, en vue de la souscription, l'achat ou la vente de tout instrument financier.

Toute personne prenant une décision d'investissement en se fondant sur des informations disponibles sur Finyear.com agit à ses propres risques, et Finyear (y compris ses filiales) ne saurait en aucun cas être tenue responsable de toute perte subie de ce fait.

Tous les efforts ont été fournis afin de s’assurer de la justesse de l’information délivrée mais aucune assurance ou garantie ne peut être donnée.

Lundi 2 Novembre 2015
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs