Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

HSBC Global AM : valorisation, prévisions BRIC


À en juger par la solidité des prévisions de bénéfices et l’attractivité des valorisations, les marchés BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) devraient afficher des rendements conséquents en 2012 si les principaux risques sont évités, estime HSBC Global Asset Management, l’un des premiers investisseurs dans cette classe d’actifs, avec plus de 10 milliards USD d’actions de BRIC sous gestion.




HSBC Global AM : valorisation, prévisions BRIC
Nick Timberlake, Responsable des Actions des pays émergents chez HSBC Global Asset Management et gestionnaire principal du fonds HSBC GIF BRIC Equity déclare : « les fondamentaux attractifs de ces régions restent les mêmes. Par ailleurs, les BRIC sont en pleine expansion démographique et représentent ensemble une population de plus de 2,7 milliards de personnes, soit près de 40 % de la population mondiale. La région est riche en réserves minérales, notamment, en minerai de fer, en aluminium, en cuivre et en or ainsi qu’en terres arables pour l’agriculture. L’aisance grandissante des BRIC signifie que la consommation intérieure reste le principal moteur des échanges intra-BRIC et que ces pays deviennent de moins en moins dépendants des pays développés.

« Bien que nous anticipions de la volatilité en 2012, les solides rendements globaux des marchés BRIC ne nous paraissent pas déraisonnables si les principaux risques sont évités, par exemple si la crise de la dette souveraine européenne ne déclenche pas une récession mondiale. À notre avis, plusieurs facteurs nous permettent de tabler sur des rendements élevés, notamment des prévisions de croissance des bénéfices attractives, des valorisations en baisse et l’appréciation des devises ».

Même si 2012 a été marquée par une fuite des capitaux investis sur les marchés BRIC à la faveur des marchés émergents au sens large, Nick Timberlake prévoit une forte croissance sur ces marchés dans les années à venir. Il ajoute : « il est vrai que nous privilégions une exposition à l’univers global des marchés émergents. Ceci étant, les fonds BRIC offrent la possibilité d’effectuer des allocations tactiques sur ces marchés essentiels. Les BRIC comprennent les quatre plus grands marchés émergents. C’est pourquoi cette stratégie conserve un rôle important au sein d’un portefeuille de marchés émergents diversifié.

Philip Poole, Responsable de la Recherche et de la Stratégie d’Investissement chez HSBC Global Asset Management ajoute : « les valorisations sur ces marchés émergents mondiaux ne sont pas seulement attractives par rapport à leurs moyennes historiques (les valorisations des marchés émergents présentent une décote de 25 % par rapport à leur moyenne à long terme), nous continuons également à percevoir de solides fondamentaux et une robuste activité économique dans ces pays. En outre, l’inflation, considérée l’année dernière comme un problème majeur, montre des signes de modération ».

Les décideurs politiques des BRIC utilisent leurs prérogatives monétaires pour réduire l’inflation. Ils permettent ainsi à un certain nombre de banques centrales des BRIC d’assouplir leur politique afin de contrebalancer le ralentissement économique mondial. La sous-évaluation des devises des marchés émergents, dont la plupart ont subi une dépréciation notable en termes nominaux en 2011, constitue une autre raison importante d’envisager l’exposition aux BRIC dans la mesure où leur appréciation devrait permettre de doper les rendements des investisseurs. D’après HSBC Global Asset Management, les valorisations sont à des niveaux attractifs. Les cours actuels représentent une bonne opportunité d’entrée pour les investisseurs ayant des perspectives d’investissement à long terme.

Russie
La Russie, actuellement la première position surpondérée du fonds HSBC GIF BRIC Equity (31 %), semble sous-évaluée par le marché actuellement. Elle possède un grand nombre de titres attractifs aux valorisations faibles, et présente des niveaux élevés de rentabilité dans presque tous les secteurs du marché, y compris l’énergie, les matériaux et la finance. Edward Conroy, co-gestionnaire du fonds HSBC BRIC GIF Russia Equity (et composante russe du fonds HSBC GIF BRIC Equity) déclare : « les valorisations en Russie sont particulièrement attractives par rapport à d’autres marchés et à leurs moyennes historiques. Nous pensons par exemple que le secteur énergétique renferme une certaine valeur. En outre les titres de l’industrie pétrolière russe s’échangent avec une décote de 40-50 % par rapport à leurs concurrents des marchés mondiaux et émergents. Plus d’un tiers des 50 premières sociétés BRIC sont russes. Les récents problèmes politiques ont selon nous été exagérés et nous prévoyons des initiatives de réformes qui devraient profiter au marché à moyen terme. Dans l’ensemble, les opportunités de hausse paraissent favorables ».

Le potentiel d’amélioration des rendements des investisseurs est dopé par un horizon d’investissement à long terme encourageant. C’est le cas en Russie, grâce à la faiblesse de la dette publique et des ménages, l’abondance des ressources naturelles et la hausse des niveaux d’investissement. La Russie peut également compter sur une solide consommation grâce à la hausse des salaires russes exprimés en dollars depuis la fin du siècle dernier. À ce titre, elle connaît une explosion du secteur de la vente de détail, qui selon des critères internationaux, en est encore à ses premiers pas, note M. Conroy.

Chine
Les perspectives du marché chinois restent optimistes car les valorisations restent très faibles par rapport à leurs moyennes historiques. La consommation intérieure demeure florissante grâce à la hausse de
l’urbanisation et à la croissance d’une classe moyenne avide d’articles de luxe et de marques. Actuellement, la Chine représente la deuxième plus forte pondération du fonds HSBC GIF BRIC Equity avec 29 %. Selon M. Timberlake les craintes d’un atterrissage brutal en Chine ont été exagérées car les décideurs politiques sont parvenus à créer les conditions d’un atterrissage en douceur. L’inflation a atteint un pic en juillet 2011. La Banque populaire de Chine a également donné un tour d’assouplissement monétaire au quatrième trimestrequi devrait être suivi par d’autres. Un ralentissement mondial pourrait affecter les exportations. Cependant la Chine est de moins en moins exposée à un tel risque. Les secteurs privilégiés comprennent la finance, notamment les compagnies d’assurance dont les valorisations paraissent particulièrement attractives et dont les rendements sont généralement élevés dans un contexte mondial.

Inde
L’accroissement des dépenses de consommation constitue indubitablement (et devrait continuer à constituer) le principal moteur économique de l’Inde dans les années à venir, compte tenu de sa population en pleine expansion de 1,2 milliard d’habitants. Selon des estimations de l’OCDE, le taux de croissance potentiel de l’Inde est actuellement proche des 9 % et le revenu par habitant a doublé en l’espace de dix ans. L’économie indienne s’est repliée au quatrième trimestre de l’année dernière. Les chiffres sont alors ressortis à 6,1 %, ce qui représente un ralentissement par rapport à la croissance spectaculaire de son PIB en 2010 et 2011 de 9,9 % et 7,4 % respectivement. Ceci étant, elle ne laisse apparaître aucun signe de stagnation. Le fonds HSBC GIF BRIC Equity a accru ses investissements de 9 % sur ce marché cette année, rendant ainsi sa pondération presque neutre. Un certain nombre de facteurs ont motivé cette décision, notamment une décote globale des valorisations par rapport à leurs moyennes historiques. En outre, un nombre croissant de titres présentent des valorisations attractives, en particulier ceux sensibles aux taux d’intérêt. L’inflation semble en effet avoir atteint un pic et les autorités disposent à présent d’une certaine marge de manoeuvre pour mettre en place un nouveau tour d’assouplissement monétaire, dont les banques sont jusqu’à présent les principales bénéficiaires.

Brésil
Le fonds clôture progressivement sa position sous-pondérée au Brésil. Cette position représente actuellement 17 % du fonds en raison de l’amélioration des fondamentaux dans la région. Ses valorisations restent cependant plus élevées que celles des autres BRIC et la décote par rapport à leurs propres moyennes historiques est plus faible que sur d’autres marchés. L’inflation brésilienne montre enfin des signes de modération mais reste élevée (6,5 %). La plupart des économistes tablent sur une nouvelle baisse en 2012. Les secteurs privilégiés comprennent la finance et les biens de consommation discrétionnaire. La demande intérieure devrait continuer à soutenir la croissance du PIB et la politique d’assouplissement monétaire devrait profiter à la consommation. Les valeurs financières présentent les valorisations les plus attractives de la région et les banques sont fortement capitalisées et rentables.

HSBC Global Asset Management, la principale branche d’investissement du Groupe HSBC, gère au total 429,4 milliards USD d’actifs et occupe une place de leader dans le secteur des fonds des marchés émergents, avec 148,3 milliards USD investis dans cette classe d’actifs (fin mars 2012).
*HSBC Global Asset Management est l’un des premiers investisseurs sur les marchés d’actions BRIC (avec un fonds dédié à ces quatre pays et des fonds spécialisés sur chacun de ces marchés), avec plus de 10 684,6 millions USD d’actifs dans cette classe d’actifs fin mars 2012.

Le Groupe HSBC
HSBC Holdings plc, maison mère du Groupe HSBC, a son siège situé à Londres. Le Groupe sert des clients dans le monde entier à travers quelque 7 200 implantations réparties dans plus de 80 pays et territoires en Europe, dans la région Asie-Pacifique, aux Amériques, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Avec 2 637 milliards USD d'actifs au 31 mars 2012, HSBC est l'un des premiers groupes de services bancaires et financiers au monde.

HSBC Global Asset Management
HSBC Global Asset Management gère au total US$400.2 milliards d’actifs, il est un des leaders sur les marchés émergents, avec des actifs sous gestion qui s’élèvent à $122.3 milliards. HSBC Global Asset Management dispose d’un réseau mondial de clients privés, d’intermédiaires, d’entreprises et d’institutions qui investissent aussi bien dans des fonds communs que dans des mandats dédiés. Grâce à un réseau d’une trentaine d’implantations partout dans le monde, HSBC Global Asset Management propose à ses clients de nombreuses opportunités d’investissement. (Tous les chiffres sont au 31 décembre 2011). Pour tous renseignements complémentaires, visitez notre site à l’adresse www.assetmanagement.hsbc.com/fr.

Mercredi 6 Juin 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News