Global private equity watch 2011 – winners will emerge


Avec à ce jour plus de 245 SICARs et près de 1 230 SIFs, le Luxembourg s’est établi comme une place incontournable pour la structuration et la domiciliation de fonds de private equity (PE). L’engagement du Grand Duché en faveur de cette industrie demeure intact à la veille de mettre en oeuvre le nouveau cadre réglementaire européen établi par la Directive AIFM (Alternative Investment Fund Managers). Dans ce contexte, l’analyse des performances et des perspectives de l’industrie du PE présente un intérêt tout particulier pour les acteurs de cette industrie basés au Luxembourg.




Ernst & Young a le plaisir de publier son rapport annuel sur le private equity, pour la seconde année consécutive. Ce rapport intitulé Global private equity watch 2011 – winners will emerge analyse les défis stratégiques auxquels les maisons de PE ont été confrontées en 2010 ; il met également en lumière la façon dont l’industrie a su s’adapter à des conditions de marché volatiles et à un nouveau cadre réglementaire, tout en soulignant les perspectives pour 2011.

A l’issue de deux années atones, 2010 a connu un regain d’activité dans l’industrie du PE et 2011 devrait s’inscrire dans cette lignée. « Les gagnants de demain seront les maisons de PE qui auront su créer de la valeur de façon continue au niveau des sociétés détenues en portefeuille, mettre en oeuvre une stratégie d’investissement clairement définie et créer une fonction de back-office professionnalisée », précise Alain Kinsch, EMEIA¹ Private Equity Funds Leader.

Trois grandes catégories de thèmes ressortent par ailleurs du rapport.

Les facteurs clés de succès et de différenciation incluront à l’avenir la capacité des maisons de PE à :
- utiliser de manière croissante des équipes opérationnelles et des operating partners lors de la réalisation de nouveaux investissements, mais aussi en amont lors de la phase d’identification des investissements potentiels.
- satisfaire la demande croissante en faveur d’une gestion active des différentes parties prenantes, via des investissements, des changements opérationnels ou la mise en place d’une politique de communication axée sur la transparence.

La revue de l’année 2010 permet de mettre en lumière les éléments suivants :
- Des transactions en hausse de 74% en 2010 en valeur, une tendance qui devrait se poursuivre en 2011.
- Des banques plus enclines à financer des transactions de qualité, comme en témoigne une hausse de 36% des nouveaux prêts à effet de levier accordés par les banques l’année dernière.
- Les opérations secondaires, qui atteignent aujourd’hui un niveau comparable à ceux de 2004 et 2005, constitueront l’une des principales sources de transactions.
- Le PE est parvenu à plus que doubler la valeur totale des offres publiques d’achat en 2010, à $US35 milliard. Les offres émanant du PE devraient croître en 2011.
- Toutefois, la levée de nouveaux fonds demeure délicate.
- D’un point de vue géographique, les 10 principaux fonds de buyout émergeants en 2010 ont ciblé deux des régions les plus vastes et disposant des taux de croissance les plus élevés, à savoir l’Amérique Latine (Brésil en particulier) et l’Asie (Chine et Inde en particulier).

Les marchés d’avenir incluent l’Asie émergente (Corée du Sud, Singapour, Taiwan, Indonésie) et l’Amérique Latine et du Sud (Colombie, Pérou, Chili et Mexique), lesquelles disposent de caractéristiques socio-économiques similaires à celles du Brésil, de la Chine et de l’Inde. L’Europe de l’Est – et la Pologne en particulier- mais aussi la Turquie et l’Afrique semblent également susciter un intérêt croissant de la part des investisseurs en PE.

A propos d’Ernst & Young
Ernst & Young est l’un des leaders mondiaux de services professionnels en audit, fiscalité, transaction et services de conseil. Au quotidien, nos valeurs communes et notre engagement inébranlable pour la qualité guident nos 141.000 collaborateurs mondialement. C’est en accompagnant nos employés, nos clients et tous nos interlocuteurs dans la valorisation de leur potentiel que nous créons la différence.
Ernst & Young désigne les membres d'Ernst & Young Global Limited, qui sont chacun des entités juridiques distinctes. Ernst & Young Global Limited, société britannique à responsabilité limitée par garantie, ne fournit pas de prestations aux clients. Ce communiqué de presse a été publié par Ernst & Young Luxembourg S.A., un membre de l'organisation Ernst & Young Global Limited. L’organisation Ernst & Young est divisée en 5 zones géographiques avec des bureaux appartenant à l’une des entités juridiques suivantes : Ernst & Young Americas LLC, Ernst & Young EMEIA Limited, Ernst & & Young Far East Area Limited et Ernst & & Young Young Oceania Limited. Ces entités ne fournissent pas de services aux clients.

Ce rapport de 32 pages est également consultable à l'adresse suivante /
www.ey.com/Publication/vwLUAssets/Global_Private_Equity_Watch/$FILE/Global_Private_Equity_Watch.pdf

Mercredi 11 Mai 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Finyear magazine


L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Finyear évènements


Finyear livres Blancs



Finyear lettres métiers