Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Gaston Rechenmann de Tessi sur la thématique du SEPA


Monsieur Gaston Rechenmann bonjour, vous êtes Directeur Général Délégué de Tessi Sakarah, une filiale de Tessi au sein du pôle Tessi documents services. Pourriez-vous nous présenter votre société ?




Gaston Rechenmann
Gaston Rechenmann
Tessi accompagne les entreprises depuis plus de 40 ans dans la gestion de leurs éléments vitaux : documents, moyens de paiement, marketing promotionnel et transactions devises et or.

Ce business mix unique confère au groupe une position originale au sein de son univers concurrentiel.

Ses activités et expertises s’articulent aujourd’hui autour de 3 pôles d’activités :
- Tessi documents services spécialisé dans le traitement des flux de documents et moyens de paiement ; Tessi Sakarah est rattachée à ce pôle et propose ses services de traitements électroniques de documents de gestion et dématérialisation fiscale des factures
- Tessi marketing services spécialisé dans la promotion et le digital, le marketing relationnel et la logistique BtoC,
- CPoR Devises intervenant principal assurant la liquidité du marché de change manuel et de l’Or en France.

Aujourd’hui, Tessi recentre son offre autour de la notion d’entreprise numérique.

Vous êtes également un expert de la migration SEPA. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette norme qui peut paraître complexe au regard des particuliers ?

En résumé, le SEPA permet de réaliser des opérations bancaires vers l’ensemble des pays de la zone SEPA à savoir :
- les 28 États membres de l’Union européenne,
- les 4 États membres de l’Association européenne de libre échange : Islande, Liechtenstein, Norvège, Suisse,
- la principauté de Monaco.

Tous les paiements s’effectuent de manière uniforme dans l’espace européen, qu’ils s’agissent d’opérations nationales ou internationales, aussi facilement qu’une opération interne.

Concrètement, quels sont les changements auxquels seront confrontés les particuliers ?

En réalité, il y a peu de changements impactant pour eux.

Concernant les virements et prélèvements SEPA, les particuliers ne sont pas directement touchés puisque les coordonnées bancaires sont depuis plusieurs années adaptées à la norme SEPA. Le RIB, quant à lui, est simplement remplacé par les codes BIC et IBAN que possède déjà chaque compte.
A noter que le SEPA contribue à une meilleure protection des consommateurs notamment en matière de prélèvements.
En outre, deux moyens de paiements spécifiques à la France, que sont le TIP (Titre Interbancaire de Paiement) et le Télérèglement, disparaîtront dans leur forme actuelle au 1er février 2016 pour se conformer également aux règles SEPA. Tessi participe de manière active au groupe de travail aux côtés des grands émetteurs afin d’établir la mise en conformité de ces moyens de paiement.

L’harmonisation permettra, à terme, un gain de temps pour tous (1 journée contre plusieurs jours auparavant pour les virements). Les changements qui concernent les particuliers sont donc minimes : seules les entreprises ont désormais les cartes en main pour que cette harmonisation soit effective et efficace.

Les entreprises sont-elles encore à la traîne comme c’était le cas il y a encore quelques mois ?

Aujourd’hui, il semble que des efforts aient été réalisés puisque « à la mi-mai 2014, 95,44% des virements et 94.07 % des prélèvements ont été effectués dans l'espace unique SEPA », selon les statistiques publiées par la Banque de France.

Les dangers sont donc moindres mais risquent de perturber fortement les retardataires avec des risques de blocage au niveau de leur gestion financière, de leur comptabilité, des virements de salaires, etc. Les derniers retardataires doivent adopter les moyens de paiement SEPA bien avant le 1er août 2014 pour éviter le rejet de leurs opérations.


Gaston Rechenmann, je vous remercie et vous donne rendez-vous très prochainement dans un nouveau numéro de Finyear.

www.tessi.fr

© Copyright Finyear. Propos recueillis par la rédaction de Finyear.


Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/abonnement

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur
- la lettre digitale "GRC Manager" sur www.finyear.com/grcmanager
- la lettre digitale "Le Contrôleur de Gestion" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/lecontroleurdegestion

Un seul formulaire d'abonnement pour 7 lettres



Mardi 17 Juin 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News