Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Fusions et acquisitions : l’Espagne et l’Allemagne en première ligne


L’année 2010 a démarré doucement pour les fusions-acquisitions dans le secteur des services financiers en Europe mais une accélération de l’activité est à envisager sur certains pays selon l’étude European Financial Services M&A Insight de PwC.




Un volume d’activités faible sur le premier trimestre 2010 mais avec des signaux de reprise
Le premier trimestre de 2010 a été marqué par le faible nombre de transactions de taille significative sur le marché européen des services financiers. Toutefois, une reprise est attendue sur le reste de l'année 2010. Des opérations de rapprochement devraient notamment voir le jour en Espagne et en Allemagne qui apparaissant comme des pays présentant des opportunités assez importantes dans le secteur des services financiers selon la dernière publication de PwC intitulée 'European Financial Services M&A Insight » de PwC.

Hervé Demoy, associé de PricewaterhouseCoopers France, spécialiste des fusions-acquisitions dans le secteur bancaire commente: « "La reprise attendue des fusions-acquisitions dans le secteur des services financiers ne s'est pas encore concrétisée, avec un volume d’affaires qui reste faible dans toute l'Europe au cours du premier trimestre 2010. Toutefois, nous anticipons une reprise du volume des opérations de fusions-acquisitions au cours de l'année 2010 en raison notamment de la restructuration en cours du secteur bancaire européen qui devrait générer de nombreuses opérations de rapprochement. "

Dans l'ensemble, la valeur totale des opérations de fusions-acquisitions dans le secteur des services financiers européens annoncées au cours du premier trimestre 2010 reste faible avec un montant d’opérations de 7,8 milliards d’euros. Ce chiffre représente moins de 10% du montant total des opérations réalisées en 2009 qui était de l’ordre de 80 milliards d’euros. Il est également inférieur au montant des opérations de fusions-acquisitions enregistré au cours du premier trimestre 2009 qui avait été marqué par des prises de participation des états européens dans certaines banques afin d’aider ces dernières.

Le poids des transactions dans le secteur bancaire diminue, elles représentent 46% de la valeur totale des transactions sur le premier trimestre 2010 contre 25% pour les transactions dans le secteur de l’assurance et 23% dans le secteur de la gestion d’actifs. Les interventions des gouvernements européens ne représentent plus que 4% de la valeur totale des opérations sur le trimestre.

Des programmes de cession et de restructuration sont anticipés pour les banques européennes qui bénéficient des aides publiques
L’activité fusions/acquisitions des prochains mois dans le secteur financier devrait être tirée par les programmes de cessions et de restructurations qui sont envisagés par les banques européennes qui ont bénéficié des aides publiques. Ces banques doivent notamment mettre en œuvre un certain nombre de programmes de cessions qui leur ont été imposés par la Commission Européenne suite au versement de ces aides publiques.

Hervé Demoy, associé de PricewaterhouseCoopers France, spécialiste des fusions-acquisitions dans le secteur bancaire commente: "l’activité des fusions-acquisitions dans le secteur financier devrait être soutenue par la restructuration en cours du secteur bancaire européen. Un certain nombre de groupes bancaires qui ont bénéficié d’aides gouvernementales doivent céder certains actifs afin de dégager du cash et rembourser ces aides publiques conformément aux décisions prises par la Commission Européenne. De plus la crise financière qui secoue actuellement l’Europe et les changements politiques observés dans certains pays comme le Royaume Uni pourrait également favoriser les opérations de fusions/acquisitions et certaines cibles intéressantes devraient être mises sur le marché prochainement.

Au-delà du secteur bancaire, d'autres opérations dans des secteurs comme celui de l’assurance, de la gestion d’actifs ou des moyens de paiement pourraient être réalisées en Europe au cours des prochains mois.

Hervé Demoy, associé de PricewaterhouseCoopers France, spécialiste des fusions-acquisitions dans le secteur bancaire explique : " La nouvelle réglementation qui va venir impacter le secteur de la gestion d’actifs devrait entraîner des opérations de regroupement dans ce secteur. La mise en place de la directive européenne UCITS IV pourrait être un facteur de consolidation du secteur et certains acteurs mondiaux pourraient chercher à se développer en Europe. "

D’autres opérations pourraient également impliquer des fonds d’investissement qui sont de plus en plus intéressés par les secteurs des services financiers au sens large. Ces fonds ont généralement levé des capitaux importants qui ne sont pas investis et cherchent à diversifier leur portefeuille d’activités.

Les marchés allemands et espagnols présentent de nombreuses opportunités en matière de fusions-acquisitions dans le secteur financier
Le marché bancaire allemand, contrairement aux marchés français ou anglais, est relativement fragmenté. De plus, les banques allemandes ont bénéficié d’aides publiques et doivent donc faire face à une pression accrue du régulateur pour mettre en œuvre le programme de cession imposé par la Commission Européenne. Ces deux éléments devraient entraîner un certain nombre d’opérations de restructuration et de fusions-acquisitions en Allemagne. Il convient de signaler que l'Allemagne est l’un des rares pays européens de cette taille à offrir des opportunités de synergies et de développement de marché.

En Espagne, la restructuration du marché a également créé des opportunités pour les investisseurs. L'Espagne est à l’évidence l'un des pays où le mot restructuration est susceptible d'être le plus prononcé au cours des prochains mois. Les institutions financières cherchent à se concentrer sur leur cœur de métier et des opérations de cessions des actifs jugés comme non stratégiques sont envisagées afin de permettre aux établissements financiers de restaurer leurs marges et leurs fonds propres. Des opérations de cessions de portefeuilles de prêts non performants sont également envisagées.

PricewaterhouseCoopers

Lundi 7 Juin 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News