Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

France : les délais de paiement se sont allongés de 10 jours depuis le printemps 2011


Baromètre Atradius des Délais de Paiement: En France, les délais de paiement se sont allongés de 10 jours depuis le printemps 2011, reflétant des tensions grandissantes sur la trésorerie des entreprises




Cette 10ème édition du Baromètre des Pratiques de Paiement Atradius souligne que dans l'ensemble des pays étudiés, 3% en moyenne des créances B2B sont en défaut de paiement et 30% des factures sont payées en retard, avec un dépassement d'échéance de 2 mois pour 12 % d'entre elles.

La France se situe parmi les bons élèves de l'Union Européenne avec 35 jours, grâce à l'application de la Loi de Modernisation de l'Economie, mais les délais de paiement ont augmenté de + de 10 jours au premier semestre 2011 sous l'effet de la dégradation économique qui pèse sur la trésorerie des entreprises.

Le Baromètre Atradius des pratiques de paiement est une enquête réalisée deux fois par an, auprès de plus de 5400 entreprises réparties dans 27 pays d'Europe, d'Amérique du Nord et de la région Asie-Pacifique. Elle est menée à l'initiative d'Atradius par l'institut d'études de marché Heliview.

Les retards de paiement sont plus nombreux en Europe du Sud que dans le reste du monde

Les pays du sud de l'Europe - où des délais de paiement plus longs sont généralement accordés - sont confrontés à de plus en plus de retards de paiement sur leur marché domestique avec leurs clients B2B. Ainsi, 54 % des factures domestiques en Grèce, 43 % en Italie et 39 % en Espagne sont payées avec plus d'un mois de retard (le sondage révèle un taux moyen de 30 %). Pour ces mêmes pays, respectivement, 18%, 10% et 7% des factures sont réglées plus de trois mois après l'échéance alors que ce taux est de 6% pour l'ensemble des pays étudiés). Dans la région de l'Asie-Pacifique, même si le crédit interentreprises est moins pratiqué qu'en Europe (48% contre 63% des ventes en Europe), il faut souligner que le taux indonésien est de 14 % de factures réglées avec + de 3 mois de retard.

En B2B, 3% en moyenne des factures domestiques sont en défaut de paiement. En Europe, les moyennes pour les clients B2B sont les plus élevées pour la Grèce et l'Italie (respectivement 6 % et 5 % des factures B2B en souffrance ne sont jamais encaissées). Dans la région de l'Asie-Pacifique, des taux similaires ont été rapportés par les sondés en Indonésie et à Hong Kong (5 %). Ceci vaut également pour le Mexique.

La principale raison invoquée pour ne pas payer est un manque de trésorerie

Ce motif est invoqué par 66 % des sondés pour les délais de paiements domestiques et par 46 % pour les délais de paiement export. Pour réduire les délais et défauts de paiement, environ 30 % des entreprises interrogées ont pris des mesures supplémentaires de credit management en contrôlant notamment plus fréquemment la solvabilité de leurs acheteurs, en accentuant leurs actions de relance (rappels de paiement) ou en surveillant le risque de crédit de leurs acheteurs. Toutefois, le recours à des solutions externalisées comme le recouvrement et l'assurance-crédit n'ont pas augmenté. En effet, seuls environ 15 % des sondés seulement y ont recours.

En France les délais restent parmi les meilleurs de l'Union Européenne, grâce à l'application de la Loi de Modernisation de l'Economie, mais l'on constate une augmentation très nette au premier semestre 2011.

Le délai de paiement moyen des entreprises interrogées est de 35 jours à partir de la date d'échéance. Il n'existe aucune différence notable entre les délais domestiques et export. Avec une trésorerie plus serrée, ce sont les petites entreprises qui fixent les délais les plus courts et qui sont payées le plus rapidement.

Les délais de paiement sont un élément clé de la négociation commerciale pour fidéliser ses clients et pour emporter une vente. Ainsi l'entretien de bonnes relations commerciales est-il la principale raison pour accorder des délais de paiement. Par ailleurs, 36 % des entreprises interrogées déclarent proposer l'escompte pour paiement anticipé et 32% déclarent y avoir eu recours.

Près d'un tiers des factures est payé « en retard » avec le manque de trésorerie comme principale cause invoquée. Ceci impacte les décisions des entreprises dans leur gestion des crédits commerciaux qu'elles accordent de plus en plus souvent après avoir vérifié la solvabilité de leurs acheteurs. Ces retards sont moins fréquents sur le marché domestique 29% (inférieur à la moyenne de 32% de l'étude) et plus fréquents à l'export 36%, (très nettement supérieur à la moyenne de l'étude de 30%).

Le DSO affiché est de 28 jours en moyenne, le plus bas de tous les pays étudiés. Mais celui-ci a connu une augmentation de 10, 6 au cours du premier semestre 2011, conséquence probable du climat économique tendu et des conditions d'accès au crédit plus exigeantes et démontrant un risque accru de défaillance. Ce sont les grandes entreprises qui ont connu la plus forte augmentation. Le BTP a été le plus touché par l'augmentation des délais de paiement.

Les entreprises ont eu beaucoup plus recours à la relance pour optimiser leur recouvrement (34% ont eu recours à la relance au 1er semestre 2011). Toutefois, le recours à des solutions externalisées de credit management reste faible.

Yves Poinsot, Directeur Général d'Atradius France commente : « S'il est vrai que quelques améliorations avaient été constatées en 2010, la conjoncture sur certains marchés est restée délicate et avec la dégradation économiques de ces derniers mois, les défaillances recommencent à augmenter. Les résultats de notre étude soulignent plus que jamais la nécessité de surveiller et de gérer les risques de crédit. Beaucoup d'entreprises choisissent de mettre en place des procédures plus rigoureuses visant à améliorer leurs performances en recouvrement auprès de leurs clients, certes, mais il est également possible d'aller au-delà pour optimiser les récupérations en cas de défaut de paiement. Le recours à des solutions externalisées comme l'assurance-crédit ou le recouvrement ou la combinaison des deux, sont des outils précieux pour limiter les pertes sèches occasionnées par les défaillances de leurs débiteurs. »

Le rapport complet des résultats de la 10ème édition du Baromètre des Pratiques de Paiement Atradius est disponible pour téléchargement dans la section « publication » du site Atradius.fr.

À propos d'Atradius
Avec 160 bureaux et une présence dans 42 pays, le Groupe Atradius offre des solutions d'assurance-crédit, de caution et de recouvrement partout dans le monde. Atradius fait bénéficier ses clients d'informations sur la solvabilité de 60 millions d'entreprises et prend chaque jour plus de 20 000 décisions de limites de crédit. Ses solutions permettent aux entreprises de se protéger, sur le marché domestique et à l'international, contre le risque d'impayés lié à la vente de produits et de services à crédit.
www.atradius.fr

Mardi 25 Octobre 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News