Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

France : Pas de concurrence, pas de croissance...


Un mouvement de grève nationale des chauffeurs de taxi s'est déroulé lundi 13 janvier. Au menu, opération escargot et traditionnel concert de klaxons. En cause, seulement trois petites lettres : VTC, pour voitures de tourisme avec chauffeur.




Anthony Benhamou
Anthony Benhamou
Les fédérations patronales de taxi voient en effet d'un très mauvais œil l'arrivée de ces nouveaux acteurs sur un marché jusque-là solidement cloisonné. De fait, elles exigent la mise en place d'une réglementation plus stricte pour les VTC : instauration d'un délai de trente minutes (au lieu des quinze déjà en vigueur) entre la réservation et la prise en charge d'un client ainsi qu'un montant minimum de soixante euros pour chaque course.

Si les exigences des chauffeurs de taxi peuvent se comprendre (notamment en raison du sacrifice pécuniaire de beaucoup d'entre eux), la violence de ces-derniers envers les chauffeurs de voitures de tourisme est en revanche inadmissible. De nombreux incidents ont en effet été signalés tels que des jets de pierres, des pneus crevés, des vitres brisées et même des clients chahutés.

En fait, ce conflit est le reflet de deux Frances qui s'opposent. La première est constituée de professionnels qui désirent conserver leur privilège sans même comprendre que le monde est en train de changer. La deuxième se compose également de professionnels qui, dans un contexte d'atonie de l'activité, souhaitent entreprendre et ainsi participer à relancer la machine à fabriquer de la croissance.

En ces temps de crise, faire du bruit et défendre coûte que coûte une situation de position dominante plutôt que d'innover et de proposer de la nouveauté apparaît être une très mauvaise stratégie. Car les français veulent de la concurrence. Ils veulent du choix. Ils souhaitent effectivement consommer au juste prix et disposer d'un pouvoir de sanction en cas de mécontentement.

Alors oui, lors de sa conférence de presse du 14 janvier, François Hollande a laissé entendre que les choses allaient changer (simplification administrative, allègement des charges etc.). Malheureusement, en ce qui concerne les sujets liés à la concurrence, peu de choses ont été dites et peu (ou pas) de questions ont été posées. Sûrement un sujet moins sexy que les sorties nocturnes du président de la République…

Anthony Benhamou

Anthony Benhamou est un économiste diplômé de l’université de Paris Dauphine. Il a notamment exercé pendant 3 années en tant que consultant auprès de grandes entreprises internationales. Maître de conférences à Sciences-Po Paris et tuteur enseignant à l’université de Paris Dauphine, il rédige par ailleurs avec Marc Touati de nombreuses chroniques économiques et financières pour le cabinet ACDEFI.


Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct : www.finyear.com/newsletter

Lisez chaque mois notre magazine digital sur www.finyear.com/magazine

Mardi 21 Janvier 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News